undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles6
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:19,58 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 mai 2004
Fuyez les ersatz mes frères, la grande soul black, venu du deep south est revenue dans une compilation où l'enchaînement ininterrompu des chefs d'œuvre frise l'indécence tant la chaleur, la soul, l'élégance, la tristesse et la joie illuminent chacune de ces petites d'Amérique. Candi Staton c'est le niveau Aretha, les premiers Tina Turner, c'est une voix irréelle de finesse et de puissance, suave et déchiré&e par instant, qui sussure sa peine ou son humour ou qui arrache tout quand c'est du fond de la gorge que le chant s'élève. Cela flotte comme une rêve sur des compos soul et ryhtm' blues magiques, défiant le temps, les modes et fixant un standard d'émotion que bien peu peuvent prétendre approcher. Ce disque est une baffe immense. C'est exceptionnel de pouvoir ainsi redécouvrir une artiste de ce niveau. Foncez mes frères, ces chansons sont indispensables.Leur pouvoir curatif sur les peines quotidiennes est immense. GET IT. Mille étoiles pour ce sommet de soul!
0Commentaire|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juillet 2004
CANDI STATON est le pendant d'ARETHA FRANKLIN et d'ETTA JAMES, ces sessions ont toutes été enregistrées et produites au studio FAME de MUSCLE SHOALS par RICK HALL. Les musiciens qui jouent sur ces titres sont les "SWAMPERS" ou le "FAME GANG" (JIMMY JOHNSON,ROGER HAWKINS, TRAVIS WAMMACK, etc).Si elle est surtout connu pour la deuxième partie de sa carrière qui est très disco, ce disque capture sans aucun doute le meilleur de sa musique avec des titres très connu chantés par d'autres (voir "in the ghetto" par ELVIS ET "stand by your man" par dolly parton) et d'autres originaux. Il est donc très très sixties soul et fortement recommandé pour ceux qui apprécie la soul façon ATLANTIC.
A ACHETER D'URGENCE !!
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2006
En un mot, impressionnant. Cette collection d'enregistrements précédant l'ère disco de Staton est l'équivalent d'une oeuvre d'Aretha Franklin ou Ruth Brown à leur meilleur niveau. De la southern soul à l'état brut, et véhiculée avec conviction. En effet, il est n'est pas question de Gospel ici, mais bien de rythm and blues. L'interpretation de "Stand By Your Man" le classique de Tammy Wynette est tout simplement remarquable. Que dire de "I'm Just a Prisoner", "Evidence" ou "I'd Rather Be An Old Man Sweetheart", les premiers hits de Staton, qui n'ont pas pris l'ombre d'une ride. Le tout est accompagné d'une pléiades de compositions hautes en couleurs telles "To Hear You Say Your Mine", "Sweet Feeling", "The Thanks I Get For Loving You" qui prennent une toute autre dimension au sortir des lèvres de celle qu'on peut aisément cataloguer comme une reine de la Soul. Les hits et les performances vocales assourdissantes se succèdent, au rythme effreiné des hymnes tantot délicats, sarcastiques et déterminés, menés par la voix irréelle de Staton. Rien à dire, cette compil fait l'effet d'une véritable bouffée d'air frais, un tourbillon dévastateur, ne laissant derrière lui que beauté, musicalité et émerveillement. Un must have.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2009
Excellente compilation pour ceux qui ne connaissent pas la dame : du beau , du bon , du chaud ; de la soul , quoi ! Avec même un peu de country dedans ( in the ghetto d'Elvis et stand by your man de Tammy Wynette ) . Oubliez les culs froids d'aujourd'hui qui prétendent faire de la soul , de la black music ou du "ar hen bi"... c'est pipeau , ils font de la "soup" , pas de la soul : ils se sont trompés de cuisine !
88 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 octobre 2010
« The Sweetheart Of Soul » présente Candi Staton à son apogée, entre 1969 et 1973 chez Fame Records.

Pour ceux qui ne savent pas qui elle est, Candi Staton est une époustouflante chanteuse soul originaire d'Alabama, du niveau d'Aretha Franklin et consorts, et même aussi bien entourée que l'incontournable Lady Soul. Ainsi, ces sessions sont le fruit d'heures et d'heures de travail aux studio de Muscle Shoals, avec Rick Hall aux manettes, et bien sûr les musiciens maison. Pour situer, c'est dans ces studios qu'ont été enregistrés la plupart des grands titres de Wilson Pickett (« In the midnight hour » excepté). Les Rolling Stones y ont également fait un tour pour y mettre en boîte « Brown sugar » et « Wild horses ».

Pour une raison qui échappe à toute appréciation artistique - pas nécessairement à toute logique - Candi Staton demeure aujourd'hui une quasi inconnue. On se souvient de son tube disco de 1976 (« Young hearts run free », période Warner) et c'est à peu près tout. D'autant que les trois albums originaux de l'ère Fame restent difficiles à trouver.

Et pourtant... lorsque cette anthologie est sortie en 2004, je suis tombé dessus pas hasard (après avoir lu une bonne critique dans un journal, pour être tout à fait honnête), et comme tant d'autres je me suis pris une sacrée claque! L'image est un peu galvaudée, mais c'est exactement ce que j'ai ressenti.

Alabama, 1969. Tout commence par un rythme de batterie étouffé, typiquement « deep south ». Puis une voix se pose sur une guitare électrique tremblante : « I'd rather be lonely... than to lose you... I'd rather be blue... ». C'est une voix comme on voudrait tous en posséder (hommes & femmes confondus), une voix au timbre chaud, stable, expressif jusque dans ses fêlures, et dont la puissance semble sans limite. De fait, Rick Hall n'aura de cesse d'attendre que la fatigue survienne, avec ce qu'il faut de brisure dans les fins de phrase, pour capter la bonne prise de ce « I'm just a prisoner » qui ouvre le bal. Comme s'il fallait compliquer la tâche à cette chanteuse née - issue du gospel - pour lui faire cracher tout ce dont elle est capable, plutôt que la mettre à l'aise, comme on fait le plus souvent lorsque des cordes vocales sont sollicitées.

Derrière, c'est un festival. Dans l'ordre de la sélection: « Evidence », « I'd rather be an old man sweetheart » (son 1er single), « The best thing you ever had », absolument rien n'est à jeter. Plus loin, on trouve du Otis Redding (« That's how strong my love is »), et quelques incursions dans un univers plus blanc, inaugurant un cross-over des plus réussi (tout particulièrement avec « In the ghetto », le classique d'Elvis Presley).

Lorsque l'on croit remarquer une légère baisse d'inspiration - il y a beaucoup de bons titres mais il ne faut rien exagérer, la soul-music peut aussi être très répétitive - surgit « Too hurt to cry », boulversant et intemporel. Et puis il y a ce « Sure as sin », rescapé d'une face B de 45 tours en 1972, qui ferait pâlir de jalousie une excellente chanteuse comme Amy Winehouse. Une anecdote au passage : l'ambiance de ce dernier morceau me fait irrésistiblement penser au « Glory box » de Portishead. Les arrangements pourraient faire parti de l'échantillonnage utilisé par le groupe anglais, ou bien est-ce la progression harmonique qui est ressemblante ? Peut-être est-ce simplement une impression générale, tant « Glory box » transpire son amour pour la soul-music.

Je vous passe la formule « il faudrait citer toutes les chansons », et j'arrête ici les compliments, il n'y a plus de place pour la critique. Mais que Candi Staton devienne aussi connue qu'Aretha, Tina Turner et Diana Ross et - promis - je ferais la fine bouche lorsque paraîtra son disque de reprises des meilleurs titres de Mariah Carey, en duo avec Lady GaGa.

Pour ceux qui auront aimé ce disque, il n'est pas inutile d'écouter la compilation des années Warner (1974-1980), même si la musique n'est pas tout à fait du même calibre. Notre sweetheart of soul y reprend les choses exactement là où on l'avait laissé (à Muscle Shoals), pour évoluer les années suivantes vers un disco de bonne qualité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2010
On ne peut pas imaginer qu'il existe des trucs pareils !!! Sidéré, que dire ? C'est hallucinant; après avoir écouté un tel disque, on n'écoute plus de la même façon les autres "chanteuses"... Le son est prodigieux, le CD et son livret superbes. Dire que le fan de rythm & blues que je suis est passé à côté de cette prodigieuse pépite dans les années 60 !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles