undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles11
4,5 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:14,04 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce film de Richard Fleischer réalisé pour la RKO en 1952 est une petite merveille. Une vraie perle rare! « Narrow Margin » (titre original) a les contours du film noir mais n'en est pas vraiment un. C'est plutôt un polar, d'une splendeur inégalée, d'une efficacité qui laisse toujours pantois celles et ceux qui l’ont vu. En effet, le cinéaste, en soixante-seize minutes chrono, montre en main, nous embarque dans une histoire haletante, menée tambour battant, à un train d'enfer. Tout est millimétré, pensé, et merveilleusement mis en scène. Pas de superflu dans ce joyau du cinéma. Hors mis la scène du début, tout se passe dans un train. Scénario irréprochable, dialogues ciselés, rythme soutenu, plans séquences judicieux, acteurs jouant à la perfection... On tient là un petit bijou du septième art. C’est disons-le un film inoubliable ! Longtemps considéré comme un petit film de série B (petit budget, peu de moyens, le film fut tourné en treize jours (sic), sans réelle tête d'affiche...), Bref, « L'énigme du Chicago Express » ne mérite pas cette mesquine appellation de série B, tant la réalisation est maîtrisée de bout en bout. Aussi, le noir et blanc de George E. Diskant (directeur de la photographie) est magnifique.

Synopsis (je ne raconterai pas tout, seulement le début, histoire de vous mettre l’eau à la bouche…). La nuit. Deux agents fédéraux (Charles McGraw et Gordon Gebert) débarquent à la gare de Chicago. Leur mission, se rendre au 9417, Water Street South, ruelle d’un quartier lugubre, pas vraiment chic… Cadre urbain poisseux, la nuit donc. Là, ils doivent retrouver la veuve d'un gangster notoire (campée par la merveilleuse Marie Windsor), escorter la belle jusqu'au tribunal et la protéger de la mafia… La poule est bien roulée, elle a même le regard lubrique, ce qui n'arrange rien... Malheureusement, elle est empoisonnante. Ambigüe, elle ne manquera pas d'essayer de séduire le flic viril et taciturne interprété par Charles McGraw. Direction la gare après quelques péripéties... Tout le reste du film se passe dans les compartiments d'un train. Huis clos magistral, comme vous le verrez. L’art cinématographique porté à son plus haut niveau !

Un vrai huis clos ferroviaire donc. Je ne raconterai pas la suite, mais y a du suspens, les personnages sont tous brillants (Marie Windsor en femme énigmatique et belle à croquer est vraiment l'une de ces rares femmes du cinéma, avec Barbara Stanwyck, Jane Greer ou encore Lana Turner, à avoir joué les plus beaux rôles de salopes. Qui a oublié son excellente interprétation dans L'Ultime Razzia connu aussi sous le titre The Killing, superbe film noir de Stanley Kubrick, face à un Elisha Cook Jr. sublime et déconfit?). Ici, même chose, réparties subtilement méchantes, dialogues savoureux, comme lorsque Marie Windsor, furieuse de l'indifférence du flic, lance: « Alors, votre hâle, il s'est dissipé en route? »... De gros plans magnifiques sur le visage de l'actrice me laissent encore dire ceci : Richard Fleischer savait ce que ça impliquait de réaliser un film. Un maître de l'image à nul autre pareil. Les silences, les regards comme autant d’expressions des sentiments… Bref, vous l'aurez compris, chers amis (et amies) cinéphiles, cette énigme du Chicago Express est non seulement du grand cinéma, mais c'est aussi l'un de ces rares films que l'on ne manquera pas de revoir et revoir avec un plaisir à chaque fois délectable.
_________________________________________________________________________________

PS. Comme le précise M. Bloomberg dans l'introduction au film, « Narrow Margin » (« marge étroite », j’adore le titre original) contient aussi l'un des fondus enchaînés les plus osés, pour ne pas dire des plus sensuels de toute l'histoire du cinéma : aux mouvements de vas-et-viens réguliers des bielles d'une locomotive en marche succèdent ceux quasi similaires d'une lime à ongles… Génial. Un film que l'on verra et reverra avec beaucoup de plaisir, forcément. Enfin, seulement la V.O.S.T.F. (version originale sous titrée en français) est proposée dans ce fleuron du septième art. Qualité soignée de l'image et du son (restauration impeccable).
55 commentaires|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'énigme du Chicago Express (The Narrow Margin) est un film noir remarquable. Il a été tourné en 13 jours pour seulement 230.000 dollars, mais c'est une réussite magistrale. Deux inspecteurs de la police de Chicago sont chargés d'escorter la veuve d'un malfrat à Los Angeles où elle doit témoigner contre la mafia. L'histoire démarre très fort. Un des inspecteurs est tué dès la sortie de l'appartement de la veuve. Celle-ci(très peu sympathique) et son garde du corps arrivent à monter dans le train et un scénario oppressant se met en marche, avec une série de fausses pistes (qui est qui?, le policier est-il honnête, qui est la mystérieuse passagère accompagnée de son fils dont le policier devient de plus en plus proche? la veuve du membre de la mafia est-elle ce qu'elle prétend être?), une tension extrême et des rebondissements inattendus. Richard Fleischer a su rendre l'histoire de ce convoyage périlleux palpitante en usant de procédés narratifs (unité d'action, de temps et de lieu) et techniques de nature à créer réalisme et suspense (notamment grâce à l'emploi, peu usuel à l'époque, d'une caméra portée sur l'épaule pour filmer les courses poursuites dans les couloirs du train; le producteur du film n'arrivait d'ailleurs pas à comprendre ce que son rélisateur voulait faire avec tous ces angles de caméra bizarres). Compte tenu de la qualité du scénario (de Samuel Felton), du soin apporté par Fleischer à la préparation et à la réalisation du film et de la perfection de la réalisation, le terme de Série B apparaît un peu réducteur. Tourné en 1952, le film n'a pas vieilli et constitue un excellent film noir.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2010
Ce n'est pas un film noir au sens strict, les personnages principaux ne sont pas tous englués dans un destin tragique dont ils n'espèreraient même pas se sortir. C'est un formidable polar, court, dense, avec une unité de lieu (le train) qui permet de se concentrer sur l'intrigue. L'action est très rythmée, les dialogues tous importants, parfois cruels, parfois humoristiques.
Bref, un film à ce point maîtrisé par Richard Fleischer qu'il devient une référence intemporelle du genre, et qu'il sera bien difficile pour les réalisateurs à venir d'éviter les redites, sauf à user (puis abuser) d'effets spéciaux pour masquer le manque d'originalité.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2004
Un film de série B remarquable. L'histoire tient la route et réserve des surprises. Le réalisateur nous mène où il veut,le montage est parfait.Les années cinquante comme on les aime...
0Commentaire|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2013
Voilà un polar noir dont certaines images sont mythiques et illustrent parfaitement le style passionné de Fleisher.
Tourné en 1952, il s'agit d'un modèle du genre. Dommage qu'il soit si peu connu des amateurs. A découvrir absoluement !
Une courte mais complète introduction présente le film.
Parmi les innombrables qualités :
- très intelligent
- très comique
- très bien joué
- très bien réalisé
Ce film vous tiendra en haleine pendant 1h10.
Ces 70 minutes ne sont ni trop courtes ni trop longues, elles sont parfaites ! Aucune image n'est en trop. (et je le redis : certaines sont absolument époustouflantes!)
Je n'en dirai pas plus, sinon je dévoile l'intrigue.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2014
Je ne suis pas fan de ce genre d'édition au rabais (Montparnasse n'accomplit pas toujours un travail digne des films de la RKO - travail sur les contrastes et les couleurs, restauration limitée) -, mais ce film de Richard Fleischer est un vrai petit bijou. A ne manquer sous aucun prétexte. Mise en scène brillante, Marie Windsor belle à croquer, et en moins de 80 minutes le tour est joué ! C'est l'un des plus grands films de la RKO avec Citizen Kane d'Orson Welles, The Set Up de Robert Wise, Cap People de Jacques Tourneur, et j'en passe. Une vraie pépite pour cinéphiles.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'intrigue se noue autour du voyage en train, de Chicago à Los Angeles, de la veuve d'un gangster et du policier chargé de la protéger, alors que des tueurs du syndicat du crime sont à leur poursuite.
Ce huis clos, associé à la réalisation précise et efficace de Fleischer, aboutit à un film au suspense intense, sans temps mort, avec rebondissements et fausses pistes qui rappelle Hitchcock.

NB : utile et succincte présentation du film en introduction.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Chargés d'escorter la femme d'un caïd à Los Angeles, deux flics doivent faire face à un trio de meurtriers qui veulent empêcher la dame de témoigner au grand Jury - et entendent perpétrer leur méfait à bord du train qui relie Chicago à L.A. Mais ils ne savent pas à quoi ressemble leur cible...
Ce premier grand film de Richard Fleischer, produit par la RKO, est un modèle d'inventivité et de dynamisme. 75 mns menées tambour battant, pleines de chausses-trappes et de retournements, et au cours desquelles l'imagination et la subtilité compensent avantageusement le manque de moyens. Plus qu'un film noir, l'oeuvre est un suspense à la Hitchcock marqué par de brillantes métaphores ferroviaires et des mouvements de caméra recherchés (ah, ces personnages qu'on suit dans les couloirs). On trouve aussi la patte pessimiste de Fleischer dans le fond de l'intrigue : après tout, notre héroïne aurait aussi bien pu voyager incognito et c'est la présence du flic qui attire comme le miel les abeilles les malfrats. Brillantes compositions de semi-inconnus (Charles McGraw, la très belle Marie Windsor et la 'flashy' Jacqueline White).
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 16 janvier 2006
Deux détectives, Walter Brown et Gus Forbes, sont chargés de protéger Mrs Neal, la veuve d'un gangster qui doit témoigner contre le syndicat du crime. Dans le train qui les mène à Los Angeles Forbes est abattu par des gangsters et Brown fait la connaissance d'Ann Sinclair, une jeune femme accompagnée de son fils...
Atmosphère tendue, suspense haletant, rebondissements, fausses pistes...: tout dans ce film rappelle l'univers hitchcockien. Ce huis-clos ferroviaire souligna le talent de réalisateur de Fleischer dont la faible renommée est assez incompréhensible car son oeuvre abondante (40ans de carrière) et multiple (drame, policier, aventure, guerre...) comprenant notamment l'Etrangleur de Boston, Tora tora tora, 20 000 lieues sous les mers, les Vikings... confère à cet honnête tâcheron hollywoodien des allures, surtout dans les années 50, de maître de l'image.
11 commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2014
Que du bonheur image et son magnifiquement restaurés et intrigue palpitante bref encore une édition parfaite de la part des éditions Montparnasse
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,10 €
5,70 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)