undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:9,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Les versions prestigieuses du Winterreise ne manquent pas : Hotter/Moore, Fischer-Dieskau/Moore, Fischer-Dieskau/Brendel, Goerne/Johnson, Hampson/Sawallisch, Haefliger/Dähler, Pregardien/Staier, Ludwig/Levine, pour ne parler que de celles que je connais bien.
Celle-ci réunit deux noms immenses et elle constitue une deuxième tentative pour le chanteur comme pour le pianiste. Mais que nous apporte-t-elle exactement de nouveau ?
D'abord il s'agit d'un enregistrement de concert et cela se sent : la concentration et l'unité, la continuité, sont extrêmes ; le recueillement est absolu. La prise de son, en revanche, est un peu étouffée : il a fallu réduire les bruits liés au concert.
Ensuite l'accord entre le pianiste et le chanteur est exceptionnel. Brendel, qui peut être parfois un peu démonstratif, joue ici avec une simplicité et une humilité absolues : il accompagne et sert le chant de Goerne dans ses moindres inflexions (c'est, en un sens, l'un de ses plus grands disques). Ecoutez " Auf dem Flusse " ou " Frühlingstraum " et vous saurez ce qu'accompagner veut dire : d'une totale discrétion, Brendel prépare pourtant, suscite et soutient chaque phrase du chanteur. Du coup, le génie de Goerne s'épanouit pleinement aussi bien dans l'exercice de sa puissance (quelle incroyable voix ! toujours pleine et ronde jusque dans la violence) que dans celui de sa sublime et caressante mezza-voce. Ecoutez encore " Frühlingstraum ", je vous assure qu'il y a de quoi être réellement saisi et ému : à la légèreté, à l'insouciance des strophes 1 et 4 succèdent la noirceur et la violence magnifique des strophes 2 et 5, puis la douceur bouleversante des strophes 3 et 6. Ecoutez le dernier vers, " Wann halt' ich mein Liebchen im Arm ? " : l'avez-vous déjà entendu chanté avec une telle douceur, un tel dépouillement ?
Cette version, qui est tout entière au service de l'œuvre et non des interprètes, est donc d'une qualité exceptionnelle et elle prend assurément sa place parmi les meilleures que je connaisse. A titre personnel, je serais même tenté de dire qu'avec celle de Haefliger/Dähler (qui est totalement différente puisque Haefliger est un ténor et que Dähler joue du pianoforte), c'est celle qui me touche le plus.
1111 commentaires33 sur 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2015
Mais pas extraordinaire, contrairement à ce que laissait penser un commentaire dithyrambique, dont je me demande qui l'a posté, et malgré Afred Brendel au.piano.
Je vais d'ailleurs le mettre en vente, puisque j'avais acheté l'excellente version de Jonas Kaukmann.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2014
Un film réalisé en allemagne reprend le thème avec un éleveur de volaille qui les nourrit avec leurs propres carcasses concassées et l'on grince des dents à l'idée de son fils qui tente de le fuir et de l'éliminer.
11 commentaire1 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus