Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Horace Silver avec Joe Henderson, J.J. Johnson et Woody Shaw!, 30 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cape Verdian Blues +1 [Remaste (CD)
Je suis un grand fan du quintet d'Horace Silver de cette période Blue Note des années 60 (je n'ai pas entendu les albums suivants d'Horace mais je vais y remédier). Tous les albums que je connais du groupe de cette période sont excellents...Mais j'avoue avoir une préférence pour celui-ci pour plusieurs raisons.

Tout d'abord Joe Henderson (que j'adore!) fait partie du quintet d'Horace de l'époque, il a avait déjà enregistré "Song for my father" avec le groupe auparavant. On retrouve aussi Woody Shaw à la trompette, et sur 3 titres le grand JJ Johnson rejoint le quintet. Un groupe avec pour cuivres Joe Henderson, Woody Shaw et JJ Johnson, il y a pire tout de même! A cette époque seuls les messengers D'Art Blakey devait avoir une ligne de cuivre de ce niveau. On retrouve aussi aux côtés d'Horace le solide Bob Cranshaw à la contrebasse et aussi le batteur Roger Humphries, qui était déjà sur "Song for my father" également.
Ce qui me plait particulièrement sur cet album, c'est que la musique d'Horace s'oriente un peu plus vers le hard-bop de ses confrères Joe Henderson et Woody Shaw, mais avec tout gardant les caractéristiques qu'on lui connait: les solos de pianos sont toujours aussi marqués rythmiquement ("Funky" diront certains) et toujours intéressants, et comme d'habitude les compositions sont superbes et les arrangements très soignés. Horace est vraiment un compositeur de premier ordre. Je trouve qu'on ressent vraiment l'influence de Joe Henderson sur cet album. Outre ses solos, reconnaissables entre mille, on retrouve l'énergie qu'il y avait sur ses albums persos de l'époque. Il est possible que Joe ait participé aux arrangements...En tous cas par rapport au quintet précédent, il y a une plus grande énergie, les solistes "osent" plus, c'est plus aventureux qu'auparavant. Il y aussi quelques thèmes modales, comme "The african queen" ou "Bonita", et les solistes tentent des choses et s'en donnent à coeur joie.
Joe Henderson et J.J. Johnson jouent particulièrement bien sur cet album, on peut entendre ici parmi leurs meilleurs chorus. Woody Shaw est très bon également. En plus du jeu d'Horace, il faut aussi retenir l'excellent drumming, inspiré et dynamique, de Roger Humphries, superbe batteur qu'on a peu vu hélas en dehors de ce groupe; ceux qui avaient déjà aimé la batterie sur "Song for my father" devraient adorer ce qu'il fait sur cet album, car son jeu est encore plus abouti selon moi.

Bref un album indispensable pour les fans d'Horace Silver. Attention par contre à vérifier lors de l'achat si l'album est "copy control": il a été réédité à l'époque où Blue Note appliquait cette politique (très intelligente car ennuie celui qui a acheté le CD...), mais je crois qu'il est resorti maintenant sans ce problème. A vérifier en tous cas...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Après Song For My Father, un autre incontournable d'Horace Silver, 11 février 2012
Par 
Pierre Dulieu (Bruxelles, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cape Verdian Blues +1 [Remaste (CD)
Après le grand succès remporté par l'album Song For My Father (RVG Edition) et son titre phare, Horace Silver décide de poursuivre l'idée de son père de combiner la musique capverdienne avec son jazz pétri de blues et de soul. C'est dans cet état d'esprit qu'il retourne dans les studios d'Englewood Cliffs les 1er et 22 octobre 1965 pour enregistrer deux sessions de trois titres qui constitueront son prochain album intitulé The Cape Verdean Blues. Si Joe Henderson est toujours au saxophone ténor, Carmell Jones a été remplacé par le jeune trompettiste virtuose Woody Shaw, alors âgé seulement de 21 ans. On peut l'écouter prendre un solo d'anthologie, après celui d'Henderson, sur le lancinant African Queen, commençant lentement son discours et le portant soudain à un climax intense grâce à un jeu tendu et contrasté. Avec un tel casting, le combo de Silver brille de mille feux d'autant plus que, les morceaux étant plus longs que d'habitude, les deux solistes ont tout l'espace nécessaire pour s'exprimer. Les compositions de Silver chantent avec un naturel inégalable, affichant à l'occasion quelques teintes exotiques et latines qui les rendent légères et si faciles à écouter. Sur les trois titres de la seconde session, le tromboniste J.J. Johnson s'ajoute au quintet, renforçant les textures cuivrées et délivrant quelques solos magnifiques comme sur le complexe Nutville ou sur l'envoûtant Bonita. The Cape Verdean Blues, c'est Horace Silver au meilleur de sa forme, à la tête d'un combo qui sonne un peu plus aventureux que d'habitude mais qui exerce toujours une irrésistible attraction. Ceux qui ont apprécié Song For My Father ne sauraient en aucun cas être déçus par celui-ci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit