undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles16
4,7 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:18,65 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 16 février 2004
Ce film en noir et blanc (1946) est peut-être le meilleur de Hitchcock avec "La mort aux trousses" réalisé 13 ans plus tard.
Le couple Bergman-Grant est glamour à souhait, leur amour ambigü. Tout dans ce film confine à l'excellence: cadrages, jeux de regards, mouvements de caméras. Le suspens va crescendo jusqu'au retournement de situation final: ah cette interminable descente d'escaliers!
Hitchcock sublime une banale histoire d'espionnage, grâce à des personnages tout en mystère et presque froideur.
Côté DVD zone 2: cette édition 2004 tout juste convenable, ne contient aucun bonus, c'est une honte pour un film d'une telle qualité! L'image n'a pas été soigneusement restaurée (souvenez-vous de la méticuleuse restauration du Dictateur de Chaplin...) et c'est bien dommage: subsistent donc des griffures, et beaucoup de grain dans certains plans en extérieur.
Le noir et blanc est mieux rendu dans les scènes d'intérieur. Un rendu global tout juste honnête.
Bref une édition indigne en 2004! On se croirait aux débuts du support. PS/ un film à regarder d'office en VO pour les voix et les ambiances d'origine.
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2003
'Notorious' ('Les Enchainés' en VF') est un film du maitre que le public français connait peu, alors qu'il s'agit d'un chef d'oeuvre du genre, servi par deux des plus grand acteurs d'Hollywood de tous les temps : Ingrid Bergman et Cary Grant.
L'histoire tourne autour d'une femme aux moeurs légères (Bergman), qui est enrolée comme espionne pour les services secrets américains et qui va tomber amoureuse de son contact, un homme sombre et mystérieux (Grant), alors qu'elle est chargée d'infiltrer l'entourage du leader d'une organization pro-nazie.
Sur fond d'espionnage, Hitchcock tisse une histoire d'histoire d'amour où se mêlent les thèmes de la confiance, trahison, rédemption, sans jamais devenir mélodramatique ou rompre l'intrigue.
L'utilisation de la technique du McGuffin par Hitchcock, technique qui constitut à réunir toute l'intrigue et les personnages autour d'un objet (ici une bouteille de vin), est parfaitement insérée à l'histoire.
La qualité du film tient en deux point : d'abord le scénario de Hecht, sur lequel personne ne pariait avant 1945, et sa realisation par Hitchcock; puis l'alchimie parfaite entre Ingrid Bergman (qui trouve ici son meilleur role), et Cary Grant qui, pour le maître du suspense, casse son image de gentleman comique pour celle d'un homme complexe, froid et inquiétant.
Leur baiser, long de plusieurs minutes est considéré par certaines critiques comme le plus long de l'histoire du 7e art. Entrecoupé de dialogues, ce baiser a ainsi pu passer le cap de la censure américaine qui chonométrait la durée des baisers au cinéma à la seconde près.
Pour les cinéphiles, il s'agit définitivement un film incontournable dans la biographie de Hichcock, Bergman et Grant, et, personnellement, mon film préféré.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 4 février 2006
Le 24 avril 1946, Huberman, un espion nazi, est condamné par un tribunal américain. Sa fille, Alicia (Ingrid Bergman), qui n'a jamais été nazie, mène une vie dissolue. Un agent du gouvernement, Devlin (Cary Grant), lui propose une mission, qu'elle accepte : Alicia est chargée de prendre contact avec un ancien ami de son père, Sebastian (Claude Rains), sont la vaste demeure sert de repaire aux Nazis réfugiés au Brésil...

Ici, sir Alfred Hitchcock réussi de facto à transformer une banale histoire d'espionnage, saupoudrée d'un zest de romance, pour en faire un métrage captivant, personnel et original. Le cinéaste d'origine anglaise signe une oeuvre épurée, passionnante tant au niveau de l'approfondissement des personnages qu'au niveau de la densité narrative et du suspense sous-tendu par la tension dramatique où s'entrecroise le destin des différents protagonistes.
Hitchcock donne donc libre cours à sa virtuosité à la fois sur la construction du suspense et bien sûr via une technique sans faille à la fois simple (plans fixes) et à la fois sophistiquée alternant plans longs et de plans-séquences se développant au plus près des acteurs. Le travelling partant du haut de l'escalier et aboutissant sur la clé qu'Alicia (Ingrid Bergman) serre dans sa main est resté gravé dans les esprits, ainsi que le couple Cary Grant/Ingrid Bergman.
Les scènes s'écoulent les unes après les autres avec une fluidité sans égal et la tension dramatique reste au diapason de l'ensemble.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Hitchcock a plusieurs fois tâté de l'espionnage, et le plus souvent avec succès, comme en témoignent "Les 39 marches" ou bien sûr "La mort aux trousses", mais à mon avis sa plus belle réussite en la matière reste ce pur chef-d'oeuvre dont l'intrigue entremêle brillamment passion et raison d'Etat. En 1946, désireux d'espionner les activités d'Alexander Sebastian, louche personnage aux sympathies nazies vivant à Rio, les services secrets américains, en la fringante personne d'un certain Devlin, recrutent une jeune femme, Alicia, afin qu'elle séduise le susdit Sebastian et perce à jour ses noirs desseins. Seule ombre au tableau: Devlin et Alicia se sont épris l'un de l'autre! Sauront-ils faire passer leur mission avant leur amour?

Ainsi ramassée en quelques mots, l'histoire a quelque chose d'un peu mélodramatique, voire même de sirupeux, mais jamais impression ne fut plus trompeuse! Il n'y a pas dans ce film un soupçon de guimauve. Le récit est tendu comme une corde à piano. Chaque scène est utile. Chaque réplique importe. Chaque plan compte. Rarement Hitchcock est allé aussi loin à la fois dans l'épure et dans la virtuosité. Et quel casting pour le servir! Cary Grant, comme d'habitude, étincelle d'élégance, de classe et tout simplement de talent. Claude Rains est parfait dans son rôle. Quant à Ingrid Bergman, son visage rayonne d'une telle beauté qu'elle semble faire l'amour à la caméra dès qu'elle paraît à l'écran... Du coup, on en oublierait presque qu'elle est aussi une excellente comédienne...

Résultat? Une heure quarante de pur bonheur cinématographique... Et dire que ce joyau du Septième Art ne récolta pas le moindre Oscar!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2007
Voici un très bon film, et Ingrid Bergman est exceptionnelle dans son rôle d'espionne amoureuse. Elle tient a elle seule le film a bout de bras, mais Cary Grant en protecteur est comme a son habitude, flegmatique, sensible et attentionne. L'intrigue est bien menee et ce film est reussi sans ambiguite.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2008
Tout à fait d'accord sur l'excellence de ce film .

Un suspens très bien géré, les plans avec les clefs sont très bien étudiés, Il y a aussi un bon jeu sur les ombres, et bcp de moment ou le suspens est vraiment intense .
Le seul défaut serait peut etre qlq longueures au début ( mais bcp moins que dans certains autres Hictckock ), et puis ça pose bien l'ambiance ...

Il y a une chose par contre dont personne ne parle, c'est l'excellent jeu de Claude Rains ( Alex Sébastien ), car c'est selon moi son jeu tendu qui contribue à toute la tension de la seconde partie du film .
Il n'y a que Claude Rains pour pouvoir jouer les méchants avec une telle classe dans les films, il est d'ailleurs dans notorious, par certains cotés plus attachant que Cary Grant .

Enfin, je vous laisse juger par vous même mais selon moi c'est le meilleur des Hichtcock avec psychose et le crime était presque parfait .
Vraiment ce film est génial, je vous le garantie !!!
Autrement, je donne le même conseil que la première critique de le voir en anglais !

Quant à la qualité, ça va, y a pas à se plaindre, par contre c'est vrai que je n'aurais pas été contre quelques bonus, ou aussi des sous-titres anglais ( en plus de français ).
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2015
Je suis très heureuse de posséder et enfin voir ce film. Par le jeu hitchcook dès le début on est séduit et envoûté par les personnages.ingrid bergman est d,une beauté toute en profondeur. Elle fait passer les sentiments comme personne. Gary Grant tjrs égal à lui même,grande classe!
Ce film est un chef d,oeuvre sur tous les plans. Merci mr hitchcok pour ce grand moment!!!!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2009
Nous sommes entraînés dans l'intrigue, subjugués par la maestria hitchcockienne, envoûtés par la beauté solaire d'Ingrid Bergman, par la virilité rassurante de Cary Grant, enchaînés à cette histoire d'un autre temps... mais qu'il était plaisant le temps des films en noir et blanc des années 40 et 50. Surtout avec le maître du suspense.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2015
Nous sommes en tamis de guerre. Et ce sujet était d'actualité. De plus, la conception du suspens par le Maître est originale. Un petit chef d'oeuvre à remettre dans on contexte.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2016
Plus connu pour ses talents de narrateur que pour son engagement humanitaire, ALFRED HITCHCOCK a pourtant très clairement affiché son hostilité au régime nazi dès le début des années 40. De CORRESPONDANT 17 (1940) à CINQUIÈME COLONNE (1942), en passant par le documentaire MEMORY OF THE CAMPS (1945), le réalisateur n'a eu de cesse de pointer du doigt les prémices, puis les résultants d'une idéologie basée sur l'ignorance et la destruction. Son apport fut, sinon décisif, du moins important dans la prise de conscience des populations européennes et américaines. Sorti en 1946, LES ENCHAÎNES marque la dernière étape de l'ère "militante"' du cinéaste, lequel profite de la fin de la guerre pour s'adonner à un nouvel exercice de style passionnant. Prétexte à un énième MacGuffin ("Au studio, nous appelons ça le MacGuffin. C'est l'élément moteur qui apparaît dans n'importe quel scénario" dixit Hitchcock), le nazisme perd de sa valeur malfaisante - après tout, la guerre est finie depuis quelques mois - pour devenir le substrat d'un film d'espionnage matinée de romance. À moins que ce ne soit l'inverse.

Toujours est-il qu'Hitchcock a l'art et la manière de combiner des ingrédients souvent dissonants de manière à les rendre prisonniers l'un de l'autre. Ou plutôt enchaînés l'un à l'autre. En clair, l'affaire d'espionnage n'a d'intérêt que parce qu'elle permet aux trois personnages principaux de s'y livrer à une joute amoureuse frémissante. Les comédiens sont sans exception aucune fascinants. Impériale dans la peau d'une jeune femme compensant son manque d'amour par une accumulation de conquêtes sans lendemain, INGRID BERGMAN (ALICIA HUBERMAN) parcourt la pellicule avec une élégance et une émotion cristallines, effleurant les objets (inoubliable scène où elle s'empare d'un trousseau pour y subtiliser une clé source de tous les fantasmes) et les cœurs avec une grâce infinie. Face à la beauté brune, CARY GRANT (T.R. DEVLIN) confirme qu'il ne sera pas qu'un feu de paille dans la grande histoire du cinéma hitchcockien (l'acteur avait déjà été confronté au réalisateur sur le tournage de SOUPÇONS). Campant avec autorité un personnage tiraillé entre sa fierté et son amour pour une "dévergondée", la star impose son charisme velouté au gré de regards fuyants et de gestes désapprobateurs. La sophistication de son jeu n'a d'égale que celle de l'immense CLAUDE RAINS (ALEXANDER SEBASTIAN), comédien pénétrant qui injecte un maximum d'émotion à un ex-nazi éperdument romantique prêt à tout pour séduire l'être aimée... quitte à se montrer un peu trop imprudent.

Jouant sur le double tableau du marivaudage et de l'espionnage, Les Enchaînés est l'œuvre d'un perfectionniste dont la finesse de la direction d'acteur et le timing dramatique viennent d'atteindre un nouveau sommet. Un sommet du haut duquel Alfred Hitchcock contemple sa seule et unique proie : le spectateur, témoin privilégié d'une spirale de sentiments enfiévrés et de sévices corporels.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,95 €
7,53 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)