undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:16,34 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 avril 2009
Charles Caldwell (1943-2003) est mort d'un cancer du pancréas laissant derrière lui sa femme, Coralee, ainsi que cinq filles et quatre petits enfants. Charles Caldwell n'avait pas d'argent de sorte qu'il ne pouvait obtenir les soins nécessaires, rien que pour atténuer la douleur du fait de sa maladie. De ce fait, il a souffert durant son cancer, au point qu'il ne pouvait dormir. Pendant ces heures de douleurs, il joua de la guitare et il faut croire que cela lui donna l'inspiration nécessaire. Il faut le dire que c'est souvent dans le malheur et la douleur que les hommes se dépassent pour donner naissance à de merveilleuses choses. Aussi, Charles Caldwell confirme cette réalité. Se limitant au strict nécessaire pour offrir un Delta Blues moderne des plus traditionnel, il n'aura besoin que de sa voix et de sa gratte, ainsi que d'une batterie qui sera jouer par trois joueurs différents selon le rythme donné à savoir Spam, Tino Gross et Ted Gainey. Il faut ajouter la collaboration de Rodney Grisanti pour les mixages sur "Down The Road of Love" et "Same Man". Le résultat est que Fat Possum peut se targuer d'un autre excellent album dans ses rayons. Charles Caldwell avait une voix des plus superbe, celle des vieux crooneurs, des vieux baroudeurs qui par le seul instrument vocal réussisse à transmettre des émotions indescriptibles. Le tempo est lents, brute, fort et puissant et les riffs de guitares assez simplistes. Mais cela marche, car on ressent une réelle profondeur à sa musique. Si il est vrai que Charles Caldwell n'aura pas pu vivre de sa musique, cet album apparait comme son ultime leg pour sa famille et la postérité. Leg pour se souvenir de ce bonhomme. Une chose est sure, le monde du Blues ne l'oubliera pas !

Durée : 40minutes - 11Titres.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Du vrai blues rural , concocté dans une cahute nichée et surement pas trop éloignée des rives boueuses du fleuve , sujet à d ' impétueuses colères , noyant tout sur son passage , voila ou est l ' origine de l ' inspiration de l ' auteur de ce CD , restituant le son minimaliste , mais au combien , absolument cru , d ' un blues puissant , chanté avec ferveur , par un homme humble , accompagné , par un unique compagnon de galère . .
Comme son blues profond , Charles CALDWELL , méritait un autre son que celui trop spécifiquement numérique , d ' un enregistrement CD , plutôt la qualité d ' un son vinyle ( diffusé par le label FAT POSSUM directement des States ) , regrettable erreur , du catalogue AMAZON , qui ne vend que les CDS de ce label, hormis peut être les BLACK KEYS .
L ' artiste n ' a enregistré que cet ultime et posthume album de huit titres , sauf si il existe quelques cassettes pirates de concerts , dans ces bars à blues , ou il jouait pour se payer , ses médocs , pour soigner son cancer du pancréas et oublier ce mal qui le rongeait .
Les légendes du blues existent toujours , celle de R JOHNSON , mais lui commençai à être reconnu, au moment de sa mort , alors que CALDWELL , bien éloigné des styles des maitres du genre évaluant , à CHICAGO , ou à NEW -YORK , sans bruit et tapage , nous enchante , par ces mélodies , authentiques , nées des accords de ses doigts , bougeant les cordes de sa guitare .
Mais la magie a disparu car cette maladie l ' a consumé , et comme les billets verts que recevaient notre homme ( ouvrier d ' usine ) ne suffisaient , pour qu' il bénéficie d ' un vrai traitement , la flamme du blues s ' est éteinte , un soir .
Quelle immense perte pour le BLUES .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,87 €
15,55 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)