undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles10
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 décembre 2005
Mon Dylan préféré ! Pas son plus connu, ni son plus marrant ! Planet Waves est un album spleenien, désespéré, poignant, à éviter absolument en cas de peine de coeur. Les chansons sont très belles et pas neutres du tout. Je crois que ça coincide avec sa séparation d'avec Sara (celle de Desire). Cet album contient une chanson des plus amères (Dirge) et LA chanson d'amour la plus ultime jamais écrite (Wedding Song). En plus c'est The Band qui acccompagne Bob tout au long de l'album et c'est peu de dire que l'alchimie est parfaite et la qualité bien supérieure à celle de "Basement Tapes" (que pourtant j'adore).
Le seul (petit) hic, c'est que Wedding Song n'aurait pas du figurer sur l'album au départ. Dylan l'a choisie au dernier moment pour remplacer une chanson intitulée "Nobody 'cept you" qui ne figure que sur le triple album "Bootleg Series". Il vous faudra encore mettre la main au porte-monnaie mais ça en vaut la peine, croyez moi.
0Commentaire|24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2004
Oui il convient de dire que Planet Waves est probalement dans la série des très grands: entre Highway 61, Blonde on Blonde, John Weslay, Before the Flood, Blood on the Tracks, Desire, Infidels, Oh Mercy, Time ou of Mind et Love and Theft. Il contient quelques une de ses plus belles chansons interprétées avec beaucoup de force, d'émotion et un climat musical superbe entretenu par le groupe de Robbie Robertson à la guitare et Levon Helm . Que de belles musiques et mélodies développées par ce groupe mythique emporté par un Dylan chantant mieux que jamais avec beaucoup de feeling. Ecoutez: Going, Going, Gone, Forever young et Dirge (Quelle émotion au moins au niveau de Like a rolling stone), Wedding song, Hazel and so on.
Il est sûr que l'on a tendance à oublier que cet album sorti en 1974 a été la suite d'un vrai renouveau après New Morning (1971) pour ce très grand auteur compositeur du siècle dernier ( probablement le plus grand). Dylan était alors dans une période très prolifique qui atteindra un sommet en 1975 -1976 avec Blood on the Tracks et Desire.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2007
"Planet Waves" est un des meilleurs albums secondaires de Bob Dylan, malgré le fait qu'il soit assez peu connu et écouté. Pas mal de grandes chansons ici, dont "Dirge", "Wedding Song", "Hazel" et les deux versions de "Forever Young". Vraiment un très bon disque.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Derrière le barde, le Band. Et aussitôt, il se remet à se passer quelque chose dans la musique de Dylan. La lumière revient. Comme pour mieux faire front aux critiques qui pleuvent sur le Zim qui, il est vrai, n'a plus pondu de merveille depuis un moment, les potes de toujours se resserrent autour de lui. A l'unanimité, Dylan et le Band, par la voie de son porte-parole Robbie Robertson, décident de repartir sur les routes, ce qui n'était plus arrivé depuis 1966, je crois, en Angleterre. Comme la relation avec Sara a du plomb dans l'aile, le moment est, pour lui, opportun d'aller se régénérer avec les amis, d'autant plus qu'il est épié du coin de l'aeil par ses fans, d'une part, qui ne lui pardonneraient pas un énième revers, et par Asylum, le nouveau label de David Geffen avec lequel il vient de signer suite à sa rupture d'avec Columbia où il vient de passer une décennie. Et le moins que l'on puisse reconnaître est que cette suite de décisions concertées a du bon. Du très bon même, à l'image du produit qui en est issu : Planet Waves de 1974. Dylan est bel et bien de retour, avec un lot de titres à l'écriture plus introspective, parfois discutables, mais souvent denses et sensibles. Il semble même qu'il ait pris une autre envergure. Ses mots se remettent à toucher leur cible, à colporter une belle intensité émotionnelle, portés par une voie plus touchante. L'association avec les complices des Basement Tapes, auxquels toute latitude est ici accordée, fait mouche. Une énergie nouvelle en découle. La sanction est immédiate : un disque de Dylan occupe pour la première fois la tête du Billboard. Tout n'est pas encore tout beau tout rose cependant, mais Planet Waves détient son lot de chansons qui nous réconcilient avec l'artiste et notamment l'incontournable hymne qu'est Forever Young, interprété en deux versions différentes, la première douce comme du velours, la seconde plus enjouée ; la guitare de Robertson est en accord total avec l'organe vocal éraillé du Zim. C'est une merveille. Si Forever Young est affecté aux enfants, les siens vraisemblablement, Dirge, c'est pour Sara. Fallait oser vu le contexte ambiant. Il l'a fait et magnifiquement réussi. Dylan a des burnes. Ajoutez-y le Dylan solitaire de l'autobiographique Wedding Song, avec guitare et harmonica et vous avez les trois fleurons de ce disque du come-back. Mais comment occulter de cette petite sélection des airs aussi accrocheurs que Hazel, Though Mama, You Angel You, Never Say Good Bye, Going Going Gone ou Something There Is About You ? Il n'est finalement que le titre d'ouverture On A Night Like This qui puisse rappeler les errements artistiques d'hier. Passage obligé pour aborder ce disque, on craint alors le bis repetita de ses récentes productions. Fort heureusement, il n'en est rien. Absolument rien. Planet Waves, c'est manifestement ce que Dylan a fait de mieux depuis 1969 et Nashville Skyline. Mais, manque de bol, ce retour au premier plan sera occulté, la même année, par l'énorme Blood On The Tracks, le meilleur Dylan de la décennie 70 (PLO54).
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2001
Cher Hubert vous n'avez pas chroniqué le bon album mais passons...
Planet Waves, premier album 'officiel' de Dylan avec le Band recèle quelques merveilles comme 'Forever Young', 'Going, going, gone' et surtout une des 5 plus belles chansons de Bob the Zim', 'Dirge'. Sur un accompagnement minimaliste (piano et guitare acoustique), Dylan nous livre un de ses textes les plus forts et les plus poignants. Ceux qui n'ont jamais aimé assez fort à en souffrir ne comprendront pas mais les autres...
A la suite de cet album, Dylan entrainera le Band dans une tournée mondiale immortalisée par 'Before the Flood'. Cette activité reveillera son inspiration puisque dans la foulée il nous livrera 'Blood on the tracks' son dernier meilleur album.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2004
Après un tres bon New Morning (1971) et l'excellent instrumental Pat Garret (1973), les Fans pensaient que Dylan allait se cantonner à sa vie de famille. Exit l'effervescence de Highway 61 et Blonde on Blonde. Surtout après le catastrophique Self Portrait et la compilation ratée Dylan (1973) juste avant à la signature de Dylan chez Asylum où il va réaliser cet album essentiel. C'est ici que Dylan vient nous surprendre avec son groupe mythique the Band avec qui il va enregistrer dans l'urgence. On retrouve ici de très beaux textes et des mélodies dignes de la grande période (65 67): Ecoutez les titres : Going, going, gone, Hazel, Forever Yong, Dirge,Weeding Song, Something about you. Quelle musique... Quel feeling dans le chant du Zim... Un climat musical unique au service de chants superbement interprétés par le Zim qui a retrouvé sa voie si caractéristique avec le soutien et la complicité de ses amis que sont Robbie Robertson à la guitare qui l' avait accompagné lors de l'enregistrement de Blonde on Blonde, Levon Helm, Rick Danko, etc...., Finalement cet album est le renouveau d' une période qui sera aussi prolifique que celle de (65-67). Cet album est excellent, on ose à peine dire un chef d'oeuvre....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 25 février 2014
Le début des années 70 a surtout été une période d’errance et d’hésitation pour Bob Dylan. Des albums allant dans tous les sens (SELF PORTRAIT) se succédèrent sans qu’il ne retrouve la flamme des beaux jours. Seule la bande originale du film PAT GARRETT & BILLY THE KID lui offrît un retour positif de la critique et du public.
Désireux de renouer avec le rock et de remonter sur scène, il convoque ses anciens complices du Band afin de l’aider dans sa quête. Sans bien sûr retrouver le génie des années 65-66, PLANET WAVES sera l’album du retour pour les fans du Dylan rocker. Forgé d’un son plus épais, c’est son premier album avec une production 70’s et ses nouveaux morceaux y gagnent une intensité qui s’était perdue depuis 1966. Sentant son mariage battre de l’aile, Dylan pond ses plus belles chansons depuis un moment (WEDDING SONG, DIRGE), renoue avec l’aisance de la création pop (YOU ANGEL YOU, futur hit pour Manfred Mann) et retrouve enfin le chemin des radios (l’impérial FOREVER YOUNG, écrit pour son fils). Prenant la route en compagnie du Band, il retrouvera sur scène une rage intacte, telle qu’en témoigne l’album live BEFORE THE FLOOD issu de cette tournée. He’s Back !
Tops : FOREVER YOUNG, WEDDING SONG, DIRGE, YOU ANGEL YOU, ON A NIGHT LIKE THIS, GOING GOING GONE
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 5 décembre 2015
Disque qui a ete enregistre dans l' urgence avec "the band" mais qui profite d'une production qui n'a pas vieillit ( ce qui n'est pas forcement le cas d'albums de la meme epoque),dylan retrouve son flamme creatrice et nous pond un perle presque aussi forte que "blood on the tracks" ,de plus il chante magnifiquement "forever young" "dirge", et le band a sortit les petits oignons pour l'accompagnement ,il faut dire qu'ils avaient tout juste produit "moondog matinee" apres la tournee de l'album live "rock of ages" et avaient chargees leurs batteries a bloc,il y aussi 2 versions de "forever young" vraiment differentes qui un fait tres rare dans un disque,sans oublier de grands moments comme "tough mama" "hazel" "wedding song" "one night like this" "going going gone" et bien sur "dirge" qui merite a lui seul l'achat de cet album majeur dans la discographie de dylan.pascal49
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2014
Et plus j'écoute la musique de Dylan,et plus elle devient indispensable et évidente,en particulier pour cet album,entre autre et en particulier.C'est sans doute pour cela que Dylan est Dylan.Critiqué, adoré, détesté,adulé,rejeté ou vénéré mais on y revient toujours avec plaisir!
Merci Bob!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2014
A acquérir ne serait que pour Going, Going, Gone, Forever Young...Un plaisir à l'écoute de ce disque certes de 1974, mais ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)