undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

17
4,1 sur 5 étoiles
Blow-Up
Format: DVDModifier
Prix:6,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Reçu en direct à l'époque un véritable coup de poing de poids lourd dans le plexus solaire, une peinture ravageuse de la période. Le film ne peut pas vieillir à cause de ceci, pas plus qu'un bon film en costumes ou une science fiction futuriste bien filmés et interprétés ne se dévalorisent le temps passant. Le miracle de ce précis regard d'Italien sur la société anglaise au coeur des années soixante qui vont nous faire collectivement passer d'une société bien fermée et tenue au monde que nous connaissons depuis, en occident, tient justement à cette description d'une époque charnière (le film) alors que nous n'étions pas conscients de vivre justement cette dite époque. Je m'explique, nous étions dans une époque que nous pensions stable, la belle illusion, comme si ce qui est humain pouvait être stable... mais après deux guerres mondiales, ce renouveau, cette renaissance, au sens historique du terme, se vivaient comme une tempête que l'on a bien du mal à analyser quand on est le nez dans le guidon. Avec le recul du temps et de l'âge, on comprend, on admet bien des choses que seuls des Antonioni sont capables de réciter sur le moment avec ce détachement intelligent. Bref, une grande oeuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 septembre 2010
Ce chef d oeuvre d antonnioni, en dehors de son coté "swinging london" de la fin des années 60, pose la question sur qu est ce que la realité???
le debut commence par un long plan d une architecture droite vide...comme les fondation de nos convictions...que viennent troubler des etudiants farfelues symbolisant l imagination , ils provoquent les passants comme pour les reveiller, on les retrouvera à la fin pour la fameuse partie de tennis...
le heros, un photographe journaliste qui traque le quotidien, le scoop des personnages qu il rencontres "ouvriers etc" va etre lui mme pris dans une etrange histoire qui va boulverser son REGARD..il photographie un couple dans un parc..a leur insu...
en devellopant son film...il va decouvrir des choses surprenante ...comme ce corps allonger...pour connaitre l identité du cadavre, il va agrandir et agrandir l image, mais plus il agrandi l image..plus celle si lui echappe , antonioni par cette superbe et longue scene exprime que la realité est insaisissable et surtout CHANGEANTE, chaque photo develloppée est differente de la precedente...
antonnioni nous montre aussi avec maestria, qu un objet n a de valeur à nos yeux que dans un contexte particulier " la scene du concert rock ou le guitariste jette le manche de sa guitare brisée"...tout le film est basé sur le regard....et le sens que l on donne au choses et au situation...
de plus dans ce film antonni...touche encore une fois à l INDICIBLE grace au plan silencieux et vide des lieux qu il filme..la ruelle ou le heros s arrete et regarde comme si il percevait qulque chose..la scene du parc...ses silence les arbres qui s agitent..le realisateur arrive a nous faire ressentir le mystere du "reel"...comme si il nous insitais à arreter notre mental analytique symboliser par le photographe pour mieux saisir une realité plus vaste et plus subtile
Et le film se termine sur cette fameuse partie de tennis...ou le heros "joue le jeu" des etudiant fantaisiste...en lancant une balle invisible..mais dont on perçoit le son......imagination??? realité...
le photographe regarde la terre et la camera s envole au dessus de lui...il s interroge??? qu est ce que la vie???
un chef d oeuvre un film foissonnant et riche...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 14 novembre 2011
Après un quart d'heure, un peintre qui fait partie des amis de Thomas, le photographe de mode qui est le personnage principal du film, explique que c'est plusieurs années après qu'il comprend ce qu'il avait mis dans ses tableaux abstraits. On y distingue en effet comme une jambe. Passage capital qui explique la suite, ou du moins l'annonce, puisque dans une scène ordinaire que Thomas a photographiée, le cadavre d'un homme assassiné serait vaguement visible. Comme ce cadavre s'amuse à disparaître, ce qui après tout n'a rien d'inexplicable, puisque les assassins, ou les services d'hygiène, avaient des raisons de l'évacuer, comme la musique d'un disque commence avant que le bras de la platine ait eu le temps de descendre pour la lire, comme un immeuble change brusquement d'aspect, comme on entend le bruit des balles de tennis après que des jeunes se sont amusés à imiter les gestes des joueurs sans balle et sans raquette, une des grilles de lecture de Blow-Up est celle du doute sur la réalité perceptible. Le personnage principal, qui gagne l'essence de sa Rolls décapotable avec la photographie de mode, mais, motivé peut-être par le sentiment du côté irréel de sa profession, photographie des ouvriers et des clochards, nous encourage à comprendre le film de cette manière. Le caractère légèrement sadique du management de ses subordonnées par Thomas, son habileté apparente à manipuler le personnage joué par Vanessa Redgrave (la fille de Michael Redgrave) peut nous faire imaginer que le jeu du pouvoir est aussi un des sujets du film, mais cette lecture n'est pas confirmée par la suite.

Il n'est d'ailleurs pas du tout certain que tous les spectateurs de ce film de 1966 aient vu grand chose du visible et de l'invisible, du réel ou de l'irréel, puisque la terrifiante austérité de la première moitié, que l'usage probable d'un filtre gris pour rendre le film plus déprimant accentue, a pu encourager certains d'entre eux à quitter la salle. C'était peut-être dommage pour eux, parce que le film est aussi un documentaire sur la modernité des baby boomers les plus à la pointe des nouveaux comportements, working class exclue, bien entendue. Certaines scènes étaient possibles à Londres en 1966, qui ne l'étaient pas à Paris ou à Moscou, pas plus qu'à Issoire ou à Figeac. Je me suis demandé à plusieurs reprises si l'auteur n'avait pas un regard négatif sur ces mouvements de mode (scènes montrant la bêtise des fans du groupe pop, démagogie des membres de ce groupe, dont l'un casse exprès une guitare, pour m'en tenir à la fin du film). Ça pourrait expliquer le caractère assez déprimant du début. Mais beaucoup de choses restent pour moi assez obscures, comme le fait que les couleurs sont plus chaleureuses dans la deuxième partie, puisque le filtre gris aggravant les effets du climat londonien cesse en effet d'être employé. La soudaine libération mentale que provoque la vue des branches d'un arbre, dans un parc, vues d'en bas et agitées par le vent, qui apparaissent comme les personnages les plus vivants de tout le film, contribue à me confirmer qu'Antonioni n'a pas vraiment écrit un hymne à la modernité.

Si on me demande pourquoi je n'ai mis que quatre étoiles, je répondrai que Blow-Up m'intéresse intellectuellement plus que je ne l'aime vraiment. Dans cette édition, il est complété par deux bandes-annonce et par les commentaires d'un critique, mais comme ces commentaires sont en anglais et ne peuvent être sous-titrés, à la différence du film lui-même (je vous rassure), ça en limite l'intérêt pour beaucoup.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 juin 2009
Un film plus culte que culte. Des plans dans un parc à couper le souffle, sans musique autre que le vent dans le feuillage. En prime, un concert de Yardbirds, version III, avec messieurs Jeff Beck et Jimi Page aux guitares. Une chronique du Londres de la fin des sixties complètement désabusé, mais un vrai régal!! A vissionner juste après "If" pour rester dans le ton.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Attention, il n'est pas indiqué que ce DVD, que j"ai acquis, est édité en ZONE1, donc non lisible par la plupart des lecteurs français...De la sorte, si vous n'êtes pas anglophone confirmé, évitez-le!
Désolée d'envoyer ce genre de commentaire pour un tel chef d'oeuvre...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un ovni cinématographique, en 1969, avec le style très particulier d'Antonioni, fait de silence et d'absence, de rencontres singulières et de langueurs monotones ...Belle évocation du Londres de la fin des années 60 et réussite formelle.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 mars 2015
C'est l'un des plus grands films de l'histoire du cinéma.

Dans le swinging London des années 60, un jeune photographe de mode aussi talentueux qu'arrogant croise par hasard un couple dans un parc vide et excentré de la ville, et les prend en photo lorsqu''ils s'embrassent. Alors qu'il s'éloigne, la femme, d'une beauté étourdissante, le rattrape et exige qu'il lui restitue la pellicule sans en divulguer la raison, mais qu'on devine essentielle pour elle.

Film mythique, doté d'une très grande esthétique (photo et décors superbes), son histoire tortueuse vous surprendra, vous enivrera, et vous fera réflechir. Abordant le thème de la frontière entre le réel et l'imagination, entre qui est (a été) et ce qui n'est pas (n'a pas été), on en sort ébranlé, tout comme le personnage principal en proie à une pleine crise existentielle. Jamais l'existentialisme n'aura réussi à être aussi profond et divertissant à la fois.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 octobre 2005
Un film incroyable qui même avec le temps ne perd rien de son "ambiance"... Antonioni signe la un monument ! Certains le trouve longuet bien au contraire, ce film maintient une tension particulière, comment élucider le mystère de cette énigme photographique ? Comment ne pas être marqué par cette partie de tennis mimée qui cloture ce film mémorable ? A voir et à revoir !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 juin 2014
Ce film a surement déclenché des passions... de photographe.
Tellement dans son jus de l'époque, qu'il en devient super type..!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 janvier 2013
Visuel, comme son titre l'indique bien, et comme le fait comprendre aussi l'intrigue. Avec un érotisme qui reste très estrhétique, comme le veut cette époque... à part peut-être la scène avec J. Birkin, déjà provocatrice. A voir, surtout si on aime les couleurs, la mode et la déco de l'époque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Zabriskie Point
Zabriskie Point de Mark Frechette (DVD - 2008)
EUR 6,99

L 'Avventura
L 'Avventura de Monica Vitti (DVD - 2008)
EUR 13,00

La Notte
La Notte de Jeanne Moreau (DVD - 2014)
EUR 16,47
 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Réservez votre soin en ligne. Regardez les prix de Blow-Up.