undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 septembre 2007
Si l'ensemble des quelques onze films qui forment la série complète des Grandes Batailles, se place à un très haut niveau de qualité, d'objectivité et d'intérêt, le reportage sur la Bataille d'Angleterre - à mon sens - se situe à un niveau encore plus élevé.
Costelle, sans avoir aucun recours à la fiction, fait dérouler devant nos yeux « le film des événements ». Il parvient à intégrer à sa narration une vérité, une réalité qui nous permettent de revivre ce bel été 40, de se croire pour un instant « partie prenante » dans cette histoire.
La construction du reportage est rigoureuse. Elle s'ouvre sur la présentation de l'avion mythique qui illustre la bataille, le superbe Spitfire dessiné en 1935 par l'ingénieur Mitchell. Elle se clôture sur une très émouvante séquence du vieil avion piloté pour la dernière fois par son pilote d'essai.
Costelle nous intègre au film en nous faisant rencontrer certains des pilotes, survivants entrés dans la légende : Alan Bader, « Lucky » Tuck et Galland. Au mess des pilotes, deux survivants français font l'appel des disparus, tel René Mouchotte. Hommage est rendu à tous ces hommes, tombés dans une proportion de 60%. Mais les humbles ne sont pas oubliés, tous les obscurs, vite descendus, ceux qui ne sont jamais parvenus à abattre un ennemi...
Nous rencontrons Peter Townsend, vieux chef d'escadrille de 24 ans commandant des pilotes de 19 ou 20 ans. Le flegme dont il fait preuve est stupéfiant. Nous somme surpris, d'un côté comme de l'autre, de voir que la haine n'était pas le sentiment qui les animait. Tel n'était pas le cas des Polonais à qui l'on reprochait leur acharnement au combat.
L'émotion est présente lorsque est évoquée l'histoire de ce jeune homme abattu dans son avion en flamme, récitant le Notre Père à la radio.
Ce reportage fait preuve d'une unité de lieu, de temps et d'action qui lui confère sa dimension de tragédie.
Il nous permet de mieux comprendre la célèbre phrase de Churchill : « Jamais, dans le cours de l'histoire, tant d'hommes ont dû leur salut à un si petit nombre d'entre eux. »
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2014
c'est un magnifique documentaire, dommage je n'ai pas vu que c'etait en VHS. c'est trés detailler, plus les témoignages de pilotes
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus