undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles16
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-2 sur 2 commentaires(4 étoiles). Afficher tous les commentaires
500 PREMIERS RÉVISEURSle 8 novembre 2014
Quand un réalisateur fou engage un acteur tout aussi fou que lui, ça donne "Aguirre, la colère de Dieu", film étrange et inclassable. Pas vraiment film d'aventure, pas vraiment film politique, pas vraiment film historique, "Aguirre" tient plus de la fantasmagorie pure et simple.

Avec son rythme lent et contemplatif et ses images improbables de bateau perché en haut d'un arbre ou de jeune fille arpentant un village ravagé et disparaissant aussi brusquement qu'elle était apparue, le film instaure un climat particulier et étrangement envoûtant.

Rythmé par une voix-off en forme de « journal de bord », Herzog nous conte le voyage d'une troupe de conquistadors à la recherche de l'Eldorado et parmi eux, le mégalomane Aguirre, interprété par le flamboyant Klaus Kinski. Il est le seul personnage qui compte pour Herzog, les autres mourant tous plus rapidement les uns que les autres, voir disparaissant littéralement du film sans que l'on connaisse leur sort.

Capable d'une grande violence, Aguirre se rêve en nouveau Cortez, dominant le monde et à l'origine, avec sa fille, d'une nouvelle dynastie totalement pure. Après avoir mené une mutinerie, il prend le pouvoir d'un nouvel " État " imaginaire par l'intermédiaire d'un "empereur" qu'il fait élire pour lui servir de pantin et qu'il exécutera après que celui-ci ait pris goût au pouvoir. Le semblant de démocratie qui prévalait jusque-là devient alors une tyrannie pure et simple qui les mène tous à la mort.

Le plan final est extraordinaire, avec ce radeau à la dérive où les singes ont remplacé les hommes et sur lequel seul Aguirre se tient toujours fièrement debout, défiant la mort dans toute sa folie.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2015
Quelle folie d’entreprendre la conquête d’un tel territoire ou les visages deviennent livides à mesure que l’espoir de réussite se raréfie au fil de ces terres et de ces eaux traversées dans de frêles embarcations cabrant les chevaux de peurs.
La nature est imprévisible, ses silences soudains sont effrayants. Cette avancée dans la pénombre d’une impossible découverte est sanctionnée par l’indien.
Détruisant le mirage d’un Eldorado plus cérébral que réel il décime un groupe avec lequel il ne désire même pas communiquer.
Aguirre la colère de Dieu est un film sur la démesure non calculée de l'homme se croyant invulnérable par la détermination et la possession du canon n'effrayant nullement ces indiens n'ayant aucune perception de la cuirasse et de l’arquebuse.
C’est certainement l’image de cette odyssée angoissante condamnée à l'échec. la procédure interne sauvage et libre d'une nature communautaire luttant contre l’évangélisation et l'attribution d'une identité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)