Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Hahn, Poulenc, les Délectables...
Francis Poulenc, "Sinfonietta", "Aubade" - Reynaldo Hahn, "Le Bal de Béatrice d'Este", New London Orch., Ronald Corp, 1989, 1 CD Hélios, 2009, notice en anglais et français.

A la première écoute d'une oeuvre de Poulenc on a l'impression d'entendre une "musiquette" sans importance dont le charme tout superficiel se fanera vite. Or...
Publié il y a 22 mois par Roger Dominique Maes

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pour « Le bal de Béatrice d'Este » de Renaldo Hahn et « Aubade » de Francis Poulenc, bien interprétés
Renaldo Hahn est né en 1875 à Caracas (Venezuela) d'une mère d'origine espagnole et d'un père d'origine allemande. La famille s'installa à Paris en 1878. Il entra au Conservatoire en 1885, où il eut comme professeurs Emile Descombes (1829-1912), Théodore Dubois (1837-1924), Jules Massenet (1842-1912), Albert Lavignac...
Publié le 20 août 2009 par JRL


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Hahn, Poulenc, les Délectables..., 2 octobre 2012
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Poulenc : Sinfonietta, Aubade - Hahn : Le Bal De Béatrice D'Este (CD)
Francis Poulenc, "Sinfonietta", "Aubade" - Reynaldo Hahn, "Le Bal de Béatrice d'Este", New London Orch., Ronald Corp, 1989, 1 CD Hélios, 2009, notice en anglais et français.

A la première écoute d'une oeuvre de Poulenc on a l'impression d'entendre une "musiquette" sans importance dont le charme tout superficiel se fanera vite. Or c'est tout le contraire qui se passe. Cette musique est d'une telle franchise, inventive et raffinée sous son air facile, d'une telle élégance aussi sous son apparence "popu" que rien n'en altère le charme. Son évidente beauté ne s'épuise pas plus que l'évidente beauté d'un ciel bleu, dont on a pourtant vu des milliers d'exemplaires...
La "Sinfonietta" composée en 1947 à la demande de la BBC est de ces oeuvres paisibles et fluides, grâcieuses sans mièvrerie, et qu'on voudrait voir durer plus que 28 minutes.
"Aubade", écrite presque vingt ans plus tôt (1929) pour une soirée donnée chez les Noailles, célèbres mécènes de la vie culturelle du Paris d'avant-guerre, évoque les amours impossibles de Diane, déesse vouée, pour son malheur, à la chasteté. "Ce concerto chorégraphique mettant en valeur simultanément une danseuse et un pianiste" est assez joliment défini par Poulenc lui-même, comme une "oeuvre amphibie". Les décors et les costumes s'inspiraient de l'Ecole de Fontainebleau, grâces étirées de Jean Goujon, érotisme policé du Primatice, toute une sensualité noble et mélancolique, plus formelle que charnelle, dont la musique de Poulenc reprend l'éclat et la mesure. Classicisme sans passéisme : un chef-d'oeuvre.

"Le Bal de Béatrice d'Este", composé par Reynaldo Hahn en 1905, et dédié à son vieux maître Camille Saint-Saëns, est une suite pour instruments à vent, deux harpes et piano évoquant, en sept mouvements de danses archaïques, la cour de Milan au temps de Ludovic le More. Un de ces petits bijoux sans prétention dont Reynaldo Hahn avait le secret et qui, comme ses mélodies, touchent l'âme autant que l'esprit.

Le New London Orchestra et Ronald Corp savent rendre à ces musiques vivacité, allégresse, noblesse ou mélancolie.
Trois oeuvres classiques - classique dans le sens d'intemporel, que le temps n'outrage pas...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pour « Le bal de Béatrice d'Este » de Renaldo Hahn et « Aubade » de Francis Poulenc, bien interprétés, 20 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Poulenc : Sinfonietta, Aubade - Hahn : Le Bal De Béatrice D'Este (CD)
Renaldo Hahn est né en 1875 à Caracas (Venezuela) d'une mère d'origine espagnole et d'un père d'origine allemande. La famille s'installa à Paris en 1878. Il entra au Conservatoire en 1885, où il eut comme professeurs Emile Descombes (1829-1912), Théodore Dubois (1837-1924), Jules Massenet (1842-1912), Albert Lavignac (1846-1916) et Lucien Grandjany (1862-1891). Il composa des chansons, et créa chez Alphonse Daudet son cycle « Chansons grises » sur les poèmes de Verlaine, en présence du poète. Il fut naturalisé français en 1912, et il fut mobilisé en 1914. En 1920, à la création de l'École Normale de Musique à Paris par Alfred Cortot, il fut nommé professeur d'interprétation du chant. En 1925, il composa la musique de « Mozart », une comédie musicale sur un livret de Guitry, et collabora une seconde fois en 1933 avec lui pour « O mon bel inconnu ». La même année, on filma son opérette « Ciboulette », et il devint critique musical au journal « Le Figaro ». Il est mort à Paris en 1947. Parmi ses oeuvres majeures, on peut noter une « Suite concertante » et une Sonatine pour piano, une « Pièce en forme d'aria et bergerie » pour piano à quatre mains, un Sonate pour violon et piano, « Romanesque » pour flûte, alto et piano, trois Quatuor de cordes, un Quintette avec piano, la « Suite hongrois » pour violon, piano, percussions et cordes, « Marine » pour orchestre de chambre, un Concerto pour piano, un Concerto pour violon, un « Concerto provençal » pour flûte, clarinette, basson, cor et cordes, un Concerto pour cinq instruments et orchestre, le poème symphonique « Nuit d'amour bergamasque », l'Opéra « Le marchand de Venise » et la Comédie musicale « Beaucoup de bruit pour rien » d'après William Shakespeare, l'Opérette « Ciboulette », les musiques de ballet « Le bal de Béatrice d'Este », et « Le dieu bleu » sur un argument de Jean Cocteau & Frédéric de Madrazo, des musiques de film, ainsi que de très nombreuses Mélodies, sur des textes d'Horace, de Charles d'Orléans, de Théohile de Viau, de Théodore Agrippa d'Aubigné, de Jean Racine, de Heinrich Heine, de Marceline Desbordes-Valmore, d'Alfred de Musset, de Victor Hugo, de Théophile Gautier, d'Alphonse Daudet, de Charles-Marie Leconte de Lisle, de François Coppée, de Paul Verlaine, de Jean Lahor, de Théodore de Banville, de Jean Moréas, ou bien encore de Marcel Proust.

Francis Poulenc est né en 1899 à Paris. Bien qu'il ait suivi quelques cours de composition avec Charles Koechlin (1867-1950), Poulenc est un compositeur autodidacte. Il connaît à dix-huit ans une première réussite avec sa « Rhapsodie nègre », puis compose « Le Bestiaire » sur des poèmes de l'oeuvre éponyme de Guillaume Apollinaire. Il rencontre notamment Claude Debussy (1862-1918) et Maurice Ravel (1875-1937) et s'associe au « Groupe des Six », groupe de compositeurs parrainé par Erik Satie (1866-1925) et qui comprend également Louis Durey (1888-1979), Arthur Honegger (1892-1955), Darius Milhaud (1892-1974), Germaine Tailleferre (1892-1983) et Georges Auric (1899-1983). En 1935, consécutivement à la mort accidentelle de son ami, le compositeur Pierre-Octave Ferroud (1900-1936), il vit un profond retour à la foi catholique, et se tourne alors souvent vers des compositions d'inspiration religieuse. Il est mort à Paris en 1963. Parmi ses oeuvres majeures, on peut citer les « Soirées de Nazelles » pour piano, une Sonate, un Capriccio et « L'Embarquement pour Cythère » pour deux pianos, cinq Sonates pour piano et instrument à codes (violon, violoncelle) ou instrument à vent (flûte, hautbois, clarinette), un Trio pour hautbois, basson et piano, un Sextuor pour piano et quintette à vent, « Aubade » pour piano et orchestre, un Concerto pour piano, un Concerto pour clavecin, un Concerto pour orgue, cordes et timbales, et un Concerto pour deux pianos, « L'Histoire de Babar, le petit éléphant » pour récitant et piano, les « Litanies à la Vierge noire de Rocamadour », un « Gloria » pour soprano solo, choeur mixte et orchestre, un « Stabat mater » pour soprano, choeur mixte et orchestre, deux Opéras, le « Dialogues des Carmélites » sur un texte de Georges Bernanos, et « La Voix humaine » adaptée d'une pièce de Jean Cocteau, ainsi que de nombreuses Mélodies sur des poèmes de Guillaume Apollinaire, de Paul Eluard, ou bien encore de Jean Cocteau.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une amie de Proust et influencé par Diaghilev, 24 mars 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Poulenc : Sinfonietta, Aubade - Hahn : Le Bal De Béatrice D'Este (CD)
Reynaldo Hanh c'était un ami de Marcel Proust, qui a été inspiré par lui à la fameuse sonate Vienteuil.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit