undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles10
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
8
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:7,34 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 21 février 2010
LES AFFAMEURS (BEND OF THE RIVER) est la seconde collaboration du trio Anthony Mann, Borden Chase et James Stewart, après WINSHESTER 73. Et c'est encore une splendeur !

L'histoire est celle de Glyn McLyntock (Stewart), homme au passé douteux, qui conduit les chariots du clan Baile vers Portland. En chemin, il sauve la vie d'Emerson Cole (Arthur Kennedy), homme au passé lui aussi sujet à caution. Cole décide de rejoindre le groupe, et faire route avec eux...

Et ce n'est que le début du film... Ce qui caractérise ce scénario de Borden Chase (comme les trois autres écrits pour Mann) c'est l'avalanche de péripéties, de rebondissements qui jalonnent l'histoire, et la manière dont l'apparition de personnages à priori anodins, ne fait que relancer et enrichir l'intrigue. Les deux personnages principaux semblent être les deux faces d'une même personne. Ce sont des aventuriers, des tueurs, décidés à changer de vie. Mais pour choisir quelle voix ? Celle du confort matériel, de la richesse, ou celle du repos, de la rédemption ? Comme le dit Cole : « choisir entre 100 000 dollars, ou un simple merci ». La relation entre Cole et McLyntock est complexe à souhait. Les deux hommes s'admirent, se respectent, se sauvent la vie mutuellement, mais se redoutent, et il brille toujours dans leurs regards une arrière pensée meurtrière. Comme si l'un des deux était de trop.

La mise en scène d'Anthony Mann est placée sous le signe du dynamisme. Pas un plan de trop. Les scènes de bravoures (attaques d'indiens, duels, bagarres, traversées de rapides) s'enchainent sans temps mort, dans de superbes décors naturels, filmés en technicolor. Il faut regarder la gestuelle de James Stewart, ses regards, ses postures, pour comprendre quel genre de type il a pu être par le passé. Et qu'il est toujours. Lorsque trahi par les siens, battu et abandonné, il poursuit de loin le convoi, Mann ne le filme pas. Cette absence décuple l'effet (sur les personnages et le spectateur). On entend des coups de feu, des hommes disparaissent, et on comprend que l'instinct du chasseur, du tueur, est toujours là. Ce qui effraie au premier chef Emerson Cole, à même de savoir le danger qu'un McLyntock, plein de rancoeur, peut représenter.

Au coeur de ce film, des hommes et des femmes épris de liberté, désireux de créer une communauté, et d'y vivre bien, honnêtement, et en respect avec la nature. Mais le danger rôde. Cet ennemi, c'est l'or. Qui corrompt, qui tourne les têtes, fait exploser le prix des denrées, génère le trafic. Les scènes du second passage à Portland illustrent cette fièvre, ces ravages provoqués par la découverte de gisement. L'atmosphère est tendue, les hommes ruinés, et prêts à toutes les trahisons pour deux grammes de poudre jaune. A Portland, Mann réussit une superbe scène d'action, lorsque Cole, McLyntock et Wilson (joué par Rock Hudson) reviennent demander des comptes, et doivent s'échapper du tripot et rejoindre le bateau. La violence est présente tout au long de cette histoire, dont on ne compte plus les morts... un carnage !

A revoir ces productions des années 50, on reste subjugué par la densité du propos et de l'intrigue, le tout en 90 minutes chrono, sans superflu ni épilogue à rallonge. Ca parait si simple à faire... Du grand art. Un western éblouissant.
88 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2006
Un grand classique. L'histoire est, comme souvent chez Mann, assez convenue, prévisible, linéaire jusqu'à l'affrontement final entre les deux principaux protagonistes (Mac Lyntock et Cole, qui représentent, somme toute, les deux pôles d'un même type humain) et l'intérêt de ses grands westerns ne réside pas dans la recherche délibérée de l'originalité. Il est, de ce point de vue, assez proche de la tragédie grecque.

Ce qui est moins classique, c'est le traitement qui est fait de cette histoire, et ce grâce à l'excellent scénario de Borden Chase, scénariste qui est pour beaucoup dans la qualité des films de Mann (l'exposition délibérément sèche et dépourvue de tout lyrisme de la violence d'un monde en construction accélérée, des personnages qui essaient de retrouver des repères qu'ils ont perdus, une vision cynique et désabusée de l'homme en général) et à la prestation toujours irréprochable de Stewart (qui, décidément, savait tout jouer) et du mésestimé Arthur Kennedy. La photographie est d'une rare beauté, le rythme soutenu et la cohérence de la narration tiennent en haleine sans baisse d'intérêt.

Deuxième film du très fertile duo Mann/Stewart, et, peut-être, avec « L'appât », le plus méconnu aujourd'hui, Bend of the River est pourtant un incontournable et l'un de leurs westerns les plus aboutis.

Image et son de qualité sur ce DVD. Pas de bonus (à part une bande annonce).
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
ENIEME COLLABORATION D ANTHONY MANN ET DE JAMES STEWART....POUR UNE HISTOIRE DE CONVOI ET DE PIONNIERS QU ON EMMENE D EST EN OUEST PAR UN CHEMIN SEME D EMBUCHES...2 AVENTURIERS AU PASSE PLUS QUE DOUTEUX MENENT CE CONVOI...ET LA AUSSI C EST JIMMY STEWART QUI GAGNE LE COEUR DE LA BELLE ...ET L ESTIME GENERALE DES SPECTATEURS...SACRE JIMMY VA !!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2013
Excellent western d'Anthony Mann avec James Stewart, Arthur Kennedy et aussi Rock Hudson pas encore très connu à cette époque-là (le film date de 1952). J'ai revu ce film avec beaucoup de plaisir. En même temps il y a peu de chance d'être déçu par les westerns d'Anthony Mann qui sont quasiment tous de belles réussites.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2015
Blancs contre blancs avec des sentiments qui n ont guere changés le profits ou le pouvoir que confere l argent a tout prix fut il en sacrifiants des innocents
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Qu'il est beau ce western ! Il est grand par l'esprit d'aventure qu'il véhicule au rythme dangereux du convoi. Voici un épisode de la conquête de l'Ouest, une illustration d'un grand mythe fondateur de la nation américaine.

Des familles ont tout quitté pour aller vers l'Ouest des terres promises, vierges de toute civilisation (occidentale - le film pouvant laisser comprendre au spectateur qu'il puisse exister une autre civilisation, indienne). Il faut batir un monde nouveau. La religiosité du mythe est bien réelle.

"Les Affameurs" (titre original : "Bend of the river") est le second film réalisé par Anthony Mann et interprété par le grand James Stewart après le magnifique Winchester 73, en 1952.

James Stewart avait acquis les droits d'auteur du roman western Bill Gulick qui, à la sortie du film à Portland, s'écria, non sans humour,

"La seule chose qui m'appartient dans ce film sont les trois premiers mots du titre, Ben of the. En dehors de cela, oubliez-le" (cité par Patrick Biron dans son ouvrage "Le western").

On aurait tort de suivre ce conseil. Le film est excellent. L'aventure, le mythe, les indiens, la dualité des personnalités, la repentance, la nouvelle vie : toutes ces réalités ont construit les Etats-Unis.

L'histoire est belle. La cupidité de certains explique le titre du film. En cela, ce film est d'une grande actualité sociale et politique.

L'un des meilleurs westerns. Je le place dans ma listmania de suite.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2013
Superbe western avec James Stewart, pour moi, un de ses meilleurs avec ''Winchester 73''...
Pour les fans de western, à voir absolument !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2016
Voilà à l'heure de la HD un argument de poids quant au film faut il rappeler que c'est un chef d'oeuvre;
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2014
EXCELLENT FILM D'ANTHONY MANN dans des paysages somptueux. La qualité du DVD est au rendez vous : image magnifique quasiment parfaite.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2001
Deuxième western d'Anthony Mann avec James Stewart, ce film présente, au milieu de décors splendides, la difficile évolution vers le bien d'un ancien hors-la-loi. C'est dans ce film qu'éclate véritablement pour la première fois le talent du réalisateur : sa maîrise dans la direction des acteurs (tous excellents) et son appréhension de l'espace, faite à la fois de violence et de lyrisme, sont proprement géniales. Le scénario ( signé Borden Chase ), est d'une densité et d'une richesse exceptionnelles et ménage avec subtilité les moments d'humour (hélas un peu daté et même douteux à certains moments), d'action et d'émotion. A mon avis, plus qu'un western, c'est un des plus beaux films qui existent ( et encore, ce n'est pas le meilleur de la série !).
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)