undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles49
4,4 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:6,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 octobre 2012
Il m'est impossible de retenir mon admiration devant "Duel", le premier téléfilm (devenu ensuite un film sorti en salles) de Steven Spielberg alors âgé de 25 ans et déjà doté d'un sens de la mise en scène proprement étourdissant. C'est bien simple, le cinéaste américain connaîtra par la suite de bien plus grands succès (notamment avec son légendaire "Jaws" -Les dents de la mer" puis avec "E.T"; en même temps que le succès planétaire, le budget de ses films ne cessera de croître. Mais jamais à mon sens il ne retrouvera le génie de son film inaugural "Duel".

Tout d'abord, le plus admirable dans cette grande oeuvre d'angoisse et de suspens réside dans le minimalisme du scénario de Richard Matheson qui confronte et oppose un conducteur lambda et un camion citerne ruisselant de rouille. Le décor reste invariablement celui des routes infinies de l'Amérique profonde. En dehors de ce cadre et de ces protagonistes, quasiment rien d'autre. Ce film n'offre que l'os sans aucune couenne a déguster. Jamais plus Spielberg ne visera à ce point à l'essentiel.
Minimalisme aussi dans le calendrier du tournage qui ne dépasse pas 13 jours. Vu le résultat, il s'agit d'une prouesse inouïe. L'action de même obéit à cette nudité aride en se concentrant sur la course-poursuite du camion citerne et de la voiture d'un représentant ordinaire. Le temps du récit, resserré sur une demi journée, n'offre aucune échapatoire au spectateur contraint d'accompagner David Mann dans son voyage d'affaire, ce qui confère au récit une impression de temps réel fort saisissante. Le suspens ne nait donc pas d'une pléthore de péripéties (écueil trop largement dépassé dans les films d'action d'aujourd'hui), mais d'une situation absurde que le scénario va développer jusqu'à la terreur.

Sa puissance, "Duel" ne la doit pas seulement à la virtuosité de sa mise en scène ni de son montage étourdissant, mais surtout au contraste que Spielberg exploite admirablement entre la progression douce mais inexorable de l'horreur (un chauffeur dément -que la mise en scène astucieusement relègue à l'arrière-plan pour injecter une vie propre au camion- pourchasse un pauvre automobiliste dans les paysages désertiques et écrasés de chaleur du Texas) et le décor ordinaire où se déploie le plus ordinaire échantillon d'humanité. C'est ainsi que les premiers plans subjectifs qui épousent le point de vue de la voiture du représentant laissent dérouler le bitûme dans un enchaînement de bretelles, ponts, entrée d'autoroute tandis que la radio, en voix off, débite ses sempiternelles sornettes à la débilité quotidienne. De la même façon, les rares dialogues de David Mann avec son entourage (tenancier de snack, voix d'une standardiste au téléphone, pompiste...) ne dépassent jamais le statut le plus ordinaire. Autrement dit, le drame de la folie meurtrière se déroule dans un cadre tristement banal et intellectuellement étriqué.

"Duel" réussit aussi là où certains films échouent : de temps en temps les pensées de David Mann sont récitées en voix off d'une voix neutre qui n'en est que plus humaine. Et les mouvements intérieurs de sa pensée nous sont livrés aux moments-clé du récit. Jamais envahissants, ils soulignent le caractère anonyme du personnage principal en qui le spectateur ne peut que s'identifier. Le soin avec lequel ils sont écrits épouse au plus haut point la ligne fuyante du drame. A ce titre, la séquence du snack est un modèle de découpage. Spielberg amorce ce qui semble au départ un temps mort du récit, une respiration entre deux moments d'angoisse. L'automobiliste échappe au camion en s'arrêtant devant un snack routier en plein désert. Il peut ainsi se mouiller le visage, reprendre son souffle et se persuader qu'il vient de mettre un terme à son cauchemar. Dans cette séquence de 10 minutes (durée inhabituelle dans un film d'action) où il ne se passe rien (David Mann se restaure et observe les gens autour de lui), le cinéaste fait monter la tension par la seule magie de sa mise en scène au découpage chirurgical ainsi que par les réflexion qui agitent le héros dans sa quête du chauffeur de camion, lequel est présent dans le snack sans qu'il sache l'identifier pour autant parmi les clients autour de lui. Il est évident que cette séquence lorgne du côté d'Hitchcock, modèle dont Spielberg avoue s'être inspiré. Le tour de force de cette séquence est tel que le spectateur est presque soulagé quand David Mann reprend sa voiture même s'il court le risque de retrouver le camion sur la route.

Il apparaît bien vite que la nature de cette course-poursuite évoque le combat de David contre Goliath. Après une période d'incrédulité puis de terreur, l'automobiliste glisse imperceptiblement sur la pente de la barbarie lorsque la survie devient l'enjeu exclusif de son expérience. Alors, le motif mystérieux de cette chasse à l'homme s'efface au profit d'un spectacle de gladiateurs qui confronte le spectateur à ses réflexes barbares.

Vraiment, un très grand film... le chef-d'oeuvre de Spielberg.
99 commentaires|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un homme prend sa voiture et s'engage sur une route qui traverse le désert de Californie pour aller à un rendez-vous. Rien de plus banal en apparence. Mais voilà qu'un mystérieux camion au comportement erratique surgit bientôt dans ce paysage désolé et se met à harceler notre paisible automobiliste. Peu à peu, la situation dégénère et ce dernier comprend qu'il va devoir lutter pour survivre.

Ce film de Spielberg, inspiré d'une nouvelle de Matheson, est un indéniable chef d'oeuvre dont la grande force est à mon avis qu'il ne nous délivre aucun message et nous laisse parfaitement libres d'interpréter cette allégorie magistrale comme bon nous semble.

Pourquoi le chauffeur du Peterbilt veut-il tuer David Mann? Nous n'en savons rien et c'est bien cette absence de mobile qui rend cette chasse à l'homme si passionnante. D'autant plus passionnante que le récit est ramené à sa plus simple expression. Dialogues quasi inexistants, et pour cause. Décor unique: le désert. Pas de rebondissements, juste une escalade inéluctable dans la tension dramatique jusqu'à la scène finale.

Comme quoi les idées les plus simples sont parfois les meilleures!
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2004
Le moins que l'on puisse dire est qu'à ces débuts, Steven Spielberg tenait plus d'Alfred Hitchcok que de Walt Disney. Ainsi cette histoire littéralement démente d'un automobiliste au prise avec un camion citerne piloté par un routier psychopate vous tiendra en haleine du début à la fin. Le DVD contient en plus nombres de bonus dont une interview de l'auteur du récit, Richard Mattesson qui révèle que l'histoire lui était rellement arrivé avec un ami dans des circonstances moins dramatiques que dans le film. Spielberg lui aussi apparaît dans des interviews racontant à la fois ses débuts difficiles et l'immense défi que constitua le tournage. Ajoutons aussi que l'image proposée dans cette édition est de format d'origine plein écran. Un must quoi !
0Commentaire|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1971, Steven Spielberg (alors jeune débutant) réalise un film de 75 minutes pour la chaîne ABC, uniquement tourné en extérieur (rare pour un téléfilm) et en 13 jours (ce qui est un vrai miracle). Suite à sa sortie dans les salles de cinéma en Europe, le film sera rallongé de 10 minutes (dont la scène du passage à niveau). La manière de filmer et d'entretenir le suspense (on ne voit jamais le chauffeur fou) ainsi que de choisir un homme comme tout le monde fait fort penser à Alfred Hitchcock (dont Spielberg avoue d'ailleurs s'être inspiré). Le choix de la musique est excellent car elle se fond parfaitement dans le suspense. Bref, Duel est un grand film passionnant à souhait, bien joué et bien filmé qui pourra être vu et revu sans modération. A signaler, sur le DVD, un excellent making of de 35 minutes commenté par Spielberg lui-même.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2008
Je dirai "D'ENFER" ce film culte pour moi avec un suspens et une angoisse et une tension qui vous clous au fauteuil pendant toute la projection à Voir à Revoir et même à Rerevoir ! Un film de 1971, les débuts de spielberg qui annonce déjà un grand réalisateur pour la suite et pour notre plus grand bonheur.

je le recommande vivement à tout ceux qui n'ont pas eu la chance de le voir !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Premier long métrage, même si prévu pour la télévision à l'origine, et Spielberg affiche ses talents de réalisateur : tout le film vaut pour son montage serré, ses plans en plongée/contre-plongée, l'intrusion du fantastique sans aucun effet spéciaux, avec ce camion de l'enfer qui est tellement bien montré et suggéré comme un animal vivant- on en vient à douter qu'il y ait un conducteur-, qui fait qu'on en oublie la réalité.Nerveux, viscéral, l"intérêt du visionnage réside dans cette course-poursuite dosée de main de maître, avec un rythme incroyable et des cadrages parfaits, qui valut à ce premier film une sortie cinéma en Europe, et d'attirer l'attention du monde du cinéma, Fellini notamment, sur le jeune Spielberg.Le DVD est de bonne tenue et surtout contient d'intéressants entretiens avec le réalisateur et le scénariste, sur ce qui fut la genèse d'une grande carrière, alors incertaine.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2015
Ce bluray est presenté en 1.85, VO 5.1 DTS HD MA et VF 2.0 (pas d'origine mais la meme presente sur le DVD qui etait en 5.1).

Voici donc mon petit commentaire en tant que fan inconditionnel de ce film, euh ce monument pardon :
-Recadrage 1.85 (comme pour la présentation cinéma du film après sa sortie TV). J'avais peur... mais après quelques minute la peur a laissé -place au soulagement. Oui j'aurais préféré une présentation 1.33 ou les deux version sur le bluray mais il faut admettre que ce recadrage ne nuit en rien à la lisibilité du film à part sur quelques plan, j'irais même jusqu'à dire que ce format scié tres bien à beaucoup de plan du film. L'honneur est sauf mais Universal aurait pu faire un effort de présentation.

-Image : Wouah ! jamais vous n'aurez vu ce film aussi resplendissant (oubliez les master qu'on a pu voir à la tv notamment sur ARTE) ! très belle tenue de l'image tout au long du film (sauf dans le restaurant, mais spielberg a utilisé une camera super 8 il me semble du coup la définition s'effondre littéralement, 5 mn tout au plus), belle définition, pas d'accentuation de couleur, peu de réduction de bruit, très joli grain argentique "so 70's". Une image sans fioriture mais propre et extrêmement belle compte tenu de la date du film. J'en ai même redécouvert des détails visuel absent du dvd. 5/5

-Son : Je n'ai pas ecouté la VF car c'est la VF modifiée déjà présente sur le dvd (ici en 2.0 droite/gauche identique au lieu du 5.1), a des années lumière de la VF d'origine. Sur les dents de la mer, Universal avait intégré les deux VF, pourquoi pas ici ? mystere...
VO DTS HD MA, ok je valide ! piste tres dynamique mais sans exagération, les surround sont mis à contribution pour nous plonger au coeur des poursuites et la musique de billy goldenberg, c'est tout pas d'effet à outrance, tant mieux. les voix sont claire, le caisson de basse sait se montrer present quand le gros diesel vient titiller la camera, vous serez surpris ca envoie du lourd parfois ! 4/5 à cause de la VF, bouh
Universal.

Pour le reste c'est un copier coller de la version dvd, bande annonces, commentaire audio, jolie interview de spielberg. RAS.

Bref un Bluray à posséder !!
55 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Très grand et mythique premier film de Steven Spielberg, réalisé en 1971, tourné en 12 jours dans un désert californien, bien aidé au scénario par le grand Richard Matheson dans une édition Blu-ray 2015 entièrement restaurée et remasterisée. ( Très belle image et VO en DTS-HD Master Audio 5.1 ).

Après le vaisseau fantôme, voici le camion fantôme. Je ne vais pas vous raconter l'histoire en détail car ce serait faire insulte à beaucoup d'entre vous qui connaissez déjà ce film. Un conseil, possédez toujours une voiture qui puisse aller plus vite qu'un semi-remorque ! On ne sait jamais...

Premier téléfilm puis film ( Ici, c'est la version cinéma de 90 minutes ) de Steven Spielberg basé sur une nouvelle du grand écrivain américain Richard Matheson ( I am legend / Je suis une légende - 1954, The shrinking man / L'homme qui rétrécit - 1956, Duel / Duel - 1971, Etc... ). 13 de ses ouvrages ont été adaptés au cinéma dont " Je suis une légende " a été adapté trois fois ( Je suis une légende - Sidney Salkow - 1964 / Le Survivant - Boris Sagal - 1971. Mon préféré avec le grand Charlton Heston / Je suis une légende - Francis Lawrence - 2007 avec Will Smith ). La nouvelle " Duel " est basée sur une histoire vraie qui est arrivée à Richard Matheson le 22 novembre 1963, jour de l'assassinat du président J. F. Kennedy, sur une route de Californie.

Réalisation parfaitement maîtrisée, suspense Hitchcockien tenant en haleine jusqu'à la dernière minute.

Vu en Blu-ray ( version 2015 ) VOST DTS-HD Master Audio 5.1. Disponible aussi en Français, allemand, espagnol et italien en DTS Surround ( moins bien ). Une multitude de sous-titres dont français, allemand, italien, espagnol, portugais...

ATTENTION SPOILER !

On voit trois fois le conducteur du camion et non pas deux fois. Une fois de façon très fugace, son profil dans la cabine de l'effrayant rouillé et crasseux Peterbilt et bien entendu son bras gauche et le bas de ses jambes ( Santiags de couleur marron et jean bleu ). A la fin du film, la porte conducteur du camion est ouverte, ce qui laisse supposer que le conducteur psychopathe ( qui porte les " trophées " de ses précédentes victimes sous forme de 6 plaques d'immatriculation provenant de différents états américains fixées sur l'avant de son camion ) n'a pas fait le grand plongeon... Viiiiiite, un " Duel Reloaded " !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sans être un fan de Spielberg, j'ai trouvé surprenant et intéressant ce film mettant en scène un duel inédit sur l'asphalte entre un paisible automobiliste représentant de commerce et un camion poids lourd sur une route du désert de Californie. le mystérieux chauffeur d'un semi-remorque au comportement erratique va prendre en chasse et harceler notre paisible automobiliste en voyage d'affaire. D'abord incrédule, ce dernier va très vite comprendre qu'il va devoir lutter et faire preuve d'imagination pour survivre face à une situation qui dégénère en un singulier combat. Le côté horrifiant de ce film vient en grande partie du fait que l'on ne voit jamais le visage du chauffeur du camion et l'incompréhension sur les motivations d'un tel comportement. Une mise en scène réglée avec beaucoup d'habileté et de psychologie, un suspense très prenant "à la Hitchcock", le concept inédit du scénario en ont fait un film culte qui révèlera le talent de Spielberg à ses débuts.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2014
Eh oui ! mais Steven Spielberg a évoqué un sujet très différent drame pyshocologique mais captivant car inattendu, une tension permanente par instant on partage les émotions de ce conducteur que faire à sa place?et le modèle du camion a été bien choisi quel climat..
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,97 €
7,20 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)