undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles3
3,7 sur 5 étoiles
Prix:22,26 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Secret de Femme (A Woman's Secret) est une semi-réussite, pour ne pas dire un échec... Je ne reprendrai pas la synopsis puisqu'elle apparaît sur la page d'Amazon, mais personnellement, j'ai trouvé le ton de l'ensemble assez larmoyant pour ne pas dire exagéré, malgré quelques bonnes répliques et un humour légèrement désuet. Du réalisateur, je préfère nettement Les Amants de la nuit ou encore In a Lonely Place (lire mes chroniques) ou encore Johnny Guitar, un western flamboyant. De toute façon, le cinéma de Nicholas Ray est singulier à plus d'un titre. On aime ou on n'aime pas.

"A Woman's Secret" (1949) avait pourtant tout pour lui. D'abord un sujet en béton : la reconnaissance du talent artistique et le sentiment de malaise que l'on peut avoir en gâchant la vie de personnes qu'on a pris en main et poussées à une place qui n'était pas forcément la leur... Et puis des acteurs admirables. Amoureux de l'une des plus belles rousses de l'histoire du cinéma - l'Irlandaise Maureen O'Hara que j'avais trouvée remarquable, voire éblouissante dans l'un de ses plus beaux rôles (1) -, il me fallait voir ce film de Nicholas Ray. Le duo entre l'actrice et Melvyn Douglas est un excellent choix...

Malheureusement, c'est le scénario qui souffre de quelques plans maussades et inutiles, pas toujours bien agencés, du moins à mon goût. Reprenant avec brio la technique du flashback (on verra la scène du coup de feu trois fois, sous trois angles différents, je n'en dirai pas plus...), le scénariste (Herman J. Mankiewicz) qui avait déjà employé cette technique aux côtés d'Orson Welles, réemploie ce stratagème ou disons cette idée de mise en scène mais sans le talent de son frère, Joe (All About Eve). Herman J. Mankiewicz, co-auteur de ce film alourdit en mon sens le contenu du récit qui ne s'avère pas, au final, à la hauteur de mes espérances de cinéphile. A voir toutefois...

__________________________________________________________________________________________________________

(1) On ne manquera pour rien au monde ce fleuron du cinéma que représente Qu'elle était verte ma vallée (How Green Was My Valley) de John Ford (le film sortit en salles en 1941).
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pas d'accord avec le sévère commentaire de l'excellent Freddiefreejazz : j'ai pour ma part pris un grand plaisir à ce thriller psychologique tournant autour de la célébrité et de l'échec (thème cher à Nicholas Ray). Le film met en scène deux femmes : l'une, Maureen O'Hara (étonnante dans un rôle sombre qu'on dirait fait pour Joan Crawford) avait talent, volonté de réussir et tête sur les épaules mais a dû abandonner sa carrière de chanteuse suite à la perte de ses cordes vocales ; l'autre, Gloria Grahame (méconnaissable dans un de ses premiers rôles), est un diamant brut au talent inné mais dépourvu de la volonté et du caractère requis pour percer. Un genre de Hatem Ben Arfa... Après que la première a pris la seconde sous son aile, cette dernière commence à renâcler - et souhaite abandonner sa carrière. Et quand Grahame est retrouvée blessée par un coup de feu, O'Hara est accusée.
Produit et écrit par Herman J. Mankiewicz, le frère si doué de Joe, le film se distingue par ses flash backs subtils, d'excellents dialogues et de brillants seconds rôles (le personnage de Melvyn Douglas aurait pu être terne et ne l'est pas, l'excellente épouse de l'enquêteur de police, le banquier mécène de Grahame). La limite de l'exercice est cependant la faiblesse de son argument criminel : il est inconcevable que O'Hara soit accusée et la conclusion de l'affaire est décevante. N'empêche que j'y ai pris grand plaisir.
Pour la petite histoire, Grahame épousa Ray peu après, avant de le tromper avec son (très jeune) fils - qu'elle devait même épouser quelques années plus tard.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2013
le produit correspond à ma demande, produit de qualité ,quant au cheminement il a été parfait : bonne réception et dans les temps.
0Commentaire1 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €