undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles1
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:14,43 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 août 2009
Modeste vendeur basé en Écosse, Martin Raphael est un jour frappé au volant de sa voiture par une véritable illumination paraphrénique : il est la réincarnation du Dieu Ramsès et se doit ainsi de colporter la bonne parole ("la Terre est vivante et possède une âme comme la nôtre"). La musique apparait alors comme le véhicule idéal de ce délire messianique si bien qu'en compagnie de sa femme rebaptisée Selket, Ramases commence à prêcher sur une délicieuse ritournelle psychédélique nommée "Quasar One" en 1968. Ce premier 45 tours restera confidentiel, de même que son successeur quelques mois plus tard. Ceci n'empêche pas notre Dieu réincarné d'obtenir un contrat avec Vertigo en 1970 qui lui offre la possibilité de sortir son premier album, de bénéficier des futurs instrumentistes de 10cc et d'une illustration de Roger Dean. La fusée, qui symbolise le contact entre Moise et Dieu sur la montagne, constitue en réalité le sommet d'une église. Cette splendide pochette à géométrie variable reste considérée par le Religionnaire comme l'une des plus belles œuvres d'un Roger Dean dont la carrière est sur le point d'exploser.

"Cet album est dédicacé à tous ces êtres humains qui prennent le temps de s'arrêter, de regarder derrière eux, de se demander d'où ils viennent, pourquoi, et où vont-ils!"

Space Hymns constitue un sympathique assemblage psychédélique, les pires aspects du genre y côtoyant les meilleurs. Le Religionnaire y préfère logiquement les excursions mélodiques aux élans plus bruitistes, notamment l'accrocheur "Life Child", qui reste malheureusement le seul échantillon à proposer un groove appuyé. Le disque est largement dominé par les prestations folk, qu'elles soient délivrées sous la forme de chansonnettes inoffensives sur l'entêtant "Oh Mister" et le naïf "Jesus", conduites de manière plus classique sur "And the Whole World", ou plus sombre et solennelle sur "Earth-People". Si ces exercices dévoilent un certain charme, ils peinent à apporter une réelle fraîcheur en matière de folk psychédélique orientalisant, un style pratiqué en masse depuis plusieurs années déjà. En revanche, le Religionnaire ne peut cacher son attachement à l'irrésistible "Balloon" dont le fabuleux phrasé du refrain ("BallOO-OOn/Just on the surface of the mOO-OOn") semble reproduire à merveille l'envolée cannabique. Les divers bruitages et autres mantras psychotiques n'apportent en revanche que l'éphémère réjouissance propre aux cocasseries de l'époque. Le Religionnaire avoue toutefois être charmé par ce disque récréatif dont l'intérêt proprement musical se réduit à deux titres ("Life Child" et "Balloon") mais dont certains aspects, tels que son illustration et son caractère divin proclamé, le rendent insolite.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)