undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

19 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 septembre 2004
Je ne connaissais que "Les Contes de la lune vague après la pluie" mais tous les films présentés dans ces deux coffrets sont impressionnants de réalisme en particulier "La rue de la honte" qui est le film le plus Mizoguchien.
Après avoir vu ces films on comprend l'admiration de Godard ou Rivette et pourquoi on dit que Mizoguchi est au cinéma ce que Bach est à la musique, Shakespeare au théâtre ou Balzac à la comédie humaine.
Bref c'est l'événement DVD de l'année pour les francophones (Désolé G. Lucas).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mizoguchi a ses adeptes, que dis-je, ses zélotes pour qui nul ne saurait lui être comparé impunément. L'avouerai-je - j'en suis. Rappelons pour les novices que seuls nous sont restés un tiers environ des presque 90 films réalisés par cet homme mort pourtant avant 60 ans. Et c'est encore un tiers de ce tiers que préservent ces deux coffrets : 9 films sortis de 1951 à 1956, 9 films qui déchiquètent les clichés sur le cinéma japonais. Car en fait d'esthétisme glacé, pour ne pas dire soporifique, voici 9 brasiers qui ne peuvent laisser indemnes que les plus endurcis des salauds. En éternel révolté, en critique social acerbe au point d'en paraître cynique, Mizoguchi n'a de cesse de pourfendre l'hypocrisie et la cupidité d'une société prétendument chevaleresque. Mais ce qui fait que Mizoguchi est Mizoguchi, ce n'est pas seulement cet impitoyable commentaire social, c'est son alliance avec son corollaire, un romantisme éperdu, presque mystique, cette foi presque mystique en l'humanité inaltérable des vrais êtres humains, et d'abord des femmes. Bafouées, avilies, exploitées, volées, martyrisées par leurs pères, leurs fils, leurs époux, leurs proxénètes, Mizoguchi célèbre leur dignité qui irradie la pellicule. Davantage que son jumeau, ce coffret est centré sur le thème de la prostitution, métaphore ou plutôt archétype de la condition sociale. Peut-être encore plus essentiel (encore qu'à ce niveau il soit difficile de hiérarchiser) pour la présence des célébres Contes de lune vague, de l'indicible O'Haru, et de l'ultime Rue de la honte avec son dernier plan à se mettre à genoux. Ambivalence profonde de la tragédie et de la comédie, qui sont deux points de vue sur le fonctionnement fondamental de l'humanité. Le déferlement des images est porté par un raffinement stylistique de la caméra d'autant plus estomaquant que, loin d'une pure exhition de virtuosité, il est purement fonctionnel. L'intensité du jeu des acteurs achève d'embraser la pellicule. L'émotion est torrentielle de la première à la dernière image. Ces films appartiennent tout bonnement à la plus haute sphère du patrimoine artistique universel.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Les contes de la lune vague après la pluie
Les contes de la lune vague après la pluie de Machiko Kyo (DVD - 2008)
EUR 12,05