Commentaires en ligne


2 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chabrier sous la baguette rugissante de Paul Paray : on n'a jamais fait mieux !, 23 avril 2007
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : CHABRIER : Espana, Suite Pastorale, Ouverture de Gwendoline, Joyeuse Marche, Bourrée Fantasque etc / ROUSSEL : Suite en fa op. 33 (CD)
La musique d'Emmanuel Chabrier (1841-1894) se caractérise par sa verve, sa franchise tantôt naïve ou parodique, et avant tout son irrépressible joie de vivre.

La "Suite pastorale" arrange pour l'orchestre quatre des "Dix pièces pittoresques" originellement conçues pour le piano : tour à tour nostalgiques (Idylle), bucoliques (Sous-bois) ou truculentes (Scherzo-valse).

L'exubérante "Bourrée fantasque", elle aussi inventée au clavier, voulait éprouver la dextérité de son dédicataire. C'est surtout un portrait original de cette danse typique de son Auvergne natale.

Un brin plus sérieuse, la fervente Ouverture de "Gwendoline" introduit l'opéra dramatique qui raconte les amours tragiques d'un roi danois et d'une princesse saxonne.

La "Fête polonaise" et la "Danse slave" sont tirées de l'opéra comique "Le Roi malgré lui" dont l'action se déroule au XVI° siècle à Cracovie.

On se délecte d'un autre folklore avec la célébrissime "España", sorte de carte postale en musique, bariolée et pleine d'humour, ramenée d'un voyage en 1882.

L'humeur du programme s'assombrit avec la "Suite en fa" de Albert Roussel (1869-1937) qui rend ici hommage à trois formes caractéristiques du 18° siècle (Prélude, Sarabande, Gigue) dans un langage abrupt et coupant, qui rappelle parfois les pirouettes néoclassiques du "Pulcinella" de Stravinsky.

Quant à l'interprétation tranchante, chamarrée, hypervirtuose que nous propose le Symphonique de Detroit (écoutez les attaques de violoncelles dans la danse villageoise...), l'on ne prendra pas la peine de gloser : on n'a jamais fait mieux !

Comme toujours, la prise de son des ingénieurs de Mercury est un régal pour les oreilles.

Si vous voulez compléter votre discothèque, voyez aussi les remarquables anthologies de Michel Plasson (EMI), Ernest Ansermet (Decca), Louis Fourestier (EMI) ou Pierre Dervaux (EMI).

Mais commencez d'abord par ce disque où la baguette rugissante de Paul Paray n'a pas son pareil pour anoblir ce répertoire sans en trahir la tonitruante vitalité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chabrier et la verve musicale, 3 janvier 2010
Par 
claude toon "Juge ou avocat ??" (paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : CHABRIER : Espana, Suite Pastorale, Ouverture de Gwendoline, Joyeuse Marche, Bourrée Fantasque etc / ROUSSEL : Suite en fa op. 33 (CD)
Paul Paray consacra une grande partie de sa carrière à défendre outre Atlantique la musique Française.
Cet album consacré à Chabrier est exceptionnel de verve et d'humour et montre que l'oeuvre de ce compositeur bon vivant ne se limite pas à "Espana".
La rare et énergique suite en Fa de Roussel complète avec bonheur ce disque Mercury (firme historique).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit