Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 sublime
Une interpretation maginfique.Yundi li prouve encore une fois dans cette enregistrement qu'il n'est pas qu'un grand technicien mais montre aussi une sensibilité d'une grande profondeur.Un pianiste hors du commun son jeu est un mélange de douceur et de simplicité sans aucune agressivité.Cet enregistrement ma permis de redecouvrir les impromptus...
Publié le 16 mai 2009 par Lara

versus
6 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le Chopin nouveau est arrivé
A juste titre, on pourrait se poser la question de savoir quel intérêt aurait un label comme DG d'enregistrer un répertoire maintes fois éculé, où tout semble avoir été dit, et que les grands noms du piano chopinien (François, Rubinstein, Arrau, Perlmutter, Pollini) ont marqué de griffes indélébiles. Et...
Publié le 8 janvier 2006 par Stad


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le Chopin nouveau est arrivé, 8 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin: Les 4 Scherzos, Impromptus n° 1-3 (CD)
A juste titre, on pourrait se poser la question de savoir quel intérêt aurait un label comme DG d'enregistrer un répertoire maintes fois éculé, où tout semble avoir été dit, et que les grands noms du piano chopinien (François, Rubinstein, Arrau, Perlmutter, Pollini) ont marqué de griffes indélébiles. Et la question serait d'autant plus justifiée que ce même label propose déjà, au sein de son catalogue, les Scherzos de Chopin dans des signatures telles que celles de Pollini et de Pogorelich, qui ne sont pas des moindres. Mais si cette question se pose pour bien des œuvres, il en va autrement pour ces Scherzos à l'écriture si dense, et qui sont si riches en nuances, que la propension à la liberté de l'interpréte prend toute son ampleur, et que le jeu de devient une partie inhérente à la partition.

Au lyrisme romantique, Yundi Li - lauréat 2000 du concours Chopin - oppose une rectitude du phrasé, franche et sans détour. Sans perdre une occasion d'exploiter le caractère spectaculaire de ces œuvres, avec la déferlante virtuose d'un legato d'une insolente perfection (Scherzo n.1), le jeune coréen dégarnit le romantisme de Chopin du maniérisme auquel il a été si souvent associé. Cela, au point qu'on a parfois, le sentiment que les pages sont expédiées, et à la limite, liquidées (Scherzo n.2). En explorant les contrastes et les fortissimos autant que le lui permet son parti pris pour l'extrême rapidité des tempos, Li se situe à l'opposé d'un Pogorelich pour qui les contrastes sont prioritaires, et vont même jusqu'à dicter le choix de la lenteur. Ainsi, Li semble exploiter ces pièces pour démontrer sa virtuosité, prouver que l'on peut être délibérément présent sans nécessairement susciter l'ennui - ce qui reste à confirmer - enfin, qu'on peut sortir des sentiers battus du discours lyrique conventionnel, sans pour autant révolutionner.

Du coup, les impromptus qui offrent à la virtuosité de moindres potentiels ne sont plus, sous les doigts de Yundi Li, qu'un complément de programme généreux mais qui n'est ni plus ni moins bienvenu.

Ce qui eut été inadmissible dans les années 40, et jusqu'au milieu des années 80, à l'époque où l'effacement de l'interprète devant l'œuvre était encore une vertu, aujourd'hui n'est plus de mise. Le culte de la star n'a pas épargné la génération montante des nouveaux virtuoses qui acceptent de moins en moins le statut de l'interprète comme serviteur de l'œuvre. Ils ont moins de scrupules que leurs ainés à mettre en valeur leur présence, leur virtuosité, et c'est tout juste s'ils ne revendiquent pas leur jeu comme une composante inhérente à la partition jouée. Si cette approche est une solution qui peut éviter aux grandes pages du répertoire pianistique de se trouver figées, de se voir standardisées par des enregistrements de plus en plus robotisés, qu'à cela ne tienne. Mais dans ce cas, et tant qu'à faire, le DVD des scherzos de Chopin en concert, (avec en prime, une sonate de Liszt époustouflante), par un Yundi Li au physique par ailleurs, très agréable, ne serait-il pas un support d'autant plus adéquat que ce CD n'est pas de ceux qu'on écoute en fermant les yeux?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 sublime, 16 mai 2009
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin: Les 4 Scherzos, Impromptus n° 1-3 (CD)
Une interpretation maginfique.Yundi li prouve encore une fois dans cette enregistrement qu'il n'est pas qu'un grand technicien mais montre aussi une sensibilité d'une grande profondeur.Un pianiste hors du commun son jeu est un mélange de douceur et de simplicité sans aucune agressivité.Cet enregistrement ma permis de redecouvrir les impromptus sans nul doute l'une des plus belles à mes interpretations à mes yeux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit