undrgrnd NEWNEEEW Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:15,19 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans ces deux poèmes symphoniques de Richard Strauss superbement enregistrés il y a plus d'un demi-siècle pour la RCA, Fritz Reiner parvient à concilier une densité orchestrale faramineuse avec une fluidité du discours aussi parfaitement articulée que virtuose.

La rondeur et la chaleur des pupitres de Chicago parachèvent la somptuosité de cette lecture et confèrent une impressionnante grandeur à ces pages monumentales.

Le "Zarathoustra" sombre, hiératique, visionnaire, est particulièrement édifiant.
Seul Karajan a vraiment pu concurrencer cette approche sur le plan de l'opulence sonore, et seul Steinberg a su la remettre en question en sapant son esthétisme par une perversion insidieuse.

En tout état de cause, la noblesse de l'inspiration et l'absolue maîtrise technique du chef hongrois ne sont pas près d'être égalées.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mon évaluation est basée sur la version CD. La clarté de la direction de Fritz Reiner et l'excellence de la prise de son, pourtant ancienne, doivent bien entendu être magnifiées par le SACD.

On peut aussi trouver ces interprétations, en particulier celle du Zarathustra, dans d'autres couplages et dans un coffret de 5 CD (mais pas SACD) où tout est exceptionnel Richard Strauss : Oeuvres orchestrales (Coffret 5 CD) / Fritz Reiner. On trouvera généralement sur Amazon la version SACD de chacun des disques qui composent ce coffret, mais séparément. On cherchera donc Elektra (Extraits), Salomé (Extraits),Symphonia Domestica,Strauss: Don Quixote; Don Juan [Hybrid SACD] par REINER, et un autre que je ne trouve pas (il comprend : Burleske, Waltzes from der Rosenkavalier, ce morceau existant aussi dans "VIENNA" - Johann / Josef STRAUSS : Le Beau Danube Bleu, Sang Viennois, Roses du Sud, Hirondelles d'Autriche, Valse de l'Empereur etc, Der Bürger as Edelmann).

On considère souvent cette version du Zarathoustra comme la plus parfaite de l'histoire de l'enregistrement : même si je ne connais pas tout ce qui existe, je le crois aussi. L'introduction, rapide, impressionne sans se complaire dans le spectaculaire et se contente d'être claire, nette et élégante (pour un autre choix, écouter Karajan, Solti et même Böhm). Ensuite, dans un œuvre où les épisodes sont écrits pour s'opposer entre eux, Reiner choisit un contraste maximal des atmosphères et une individualisation des détails orchestraux; c'est leur agencement qui construit le discours et sa continuité, non pas un mouvement d'ensemble donné à l'orchestre. Il m'a semblé que Karl Böhm Richard Strauss : Poèmes symphoniques avait fait plutôt le contraire. A certains moments particulièrement, on a l'impression de petites cellules indépendantes qui se recomposent miraculeusement pour former un ensemble et on se dit que seul un chef de génie peut parvenir à éviter l'incohérence. La perfection de l'orchestre de Chicago (que l'on doit en partie à son chef permanent) et la prise de son stupéfiante de modernité pour 1954 font que les intentions de Reiner sont totalement perceptibles. Sveltesse, élégance, rien de massif ni de pesant : dans une telle interprétation, les réserves que la critique et certains mélomanes peuvent avoir sur cette partition (chérie du grand public) ne tiennent pas.

Au début de Ein Heldenleben (Une Vie de Héros), Reiner n'assume pas totalement le propos du compositeur, tout de même assez éloigné de l'héroïsme dans sa vie bourgeoise, sa volonté d'être suivi par le public et dont les quelques insolences vis-à-vis des nazis tenaient à son incapacité durable à comprendre la vraie nature du régime : car le héros dont le poème symphonique décrit la vie, je le dis pour ceux qui ne connaissent pas l'œuvre, c'est Richard Strauss lui-même ! Le fier motif chevaleresque qui inaugure le poème symphonique est atténué dans son expression (pour l'entendre autrement plus radieux et glorieux, écoutez Böhm). On se dit alors que cette Vie de Héros n'atteindra pas à la réussite exceptionnelle du Zarathoustra : en réalité, elle n'en est pas loin. L'écoute ne tarde pas à se concentrer sur la progression du discours et la conclusion du premier épisode fait comprendre à quel point les dernières notes donnent un sens à tout ce qui a précédé. Si le Héros lui-même laissait apercevoir les réserves du chef, il n'en est pas de même pour la tendresse et l'autorité vétilleuse de Pauline (Des Helden Gefährtin), ni pour l'aspect militaire, impressionnant, aux contrastes exacerbés, de Des Helden Walstatt. La série d'auto-citations du 5e épisode est présentée avec une éclatante netteté et, de manière générale, les deux derniers épisodes ont une densité qu'on trouvera rarement, avec un réel (et assez inattendu) abandon à l'émotion. Si le premier et même le deuxième épisode peuvent être préférés ailleurs, c'est affaire de goût évidemment, la suite, avec d'autres moyens, rejoint Mengelberg au sommet. Il me semble que la prise de son, de 1954 également, est un peu moins aérée que celle du Zarathoustra.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2016
D'abord le support : enregistré en 1957, en stéréo, on ne peut rien reprocher. Mais, à l'heure du MP3, est ce que ça intéresse encore quelqu'un, à part les nostalgiques. Même si je ne suis pas un fan de Strauss, il faut reconnaitre que Reiner vous le fait aimer : superbe direction d'orchestre !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)