undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 février 2013
Si les interprétations ont globalement les qualités maintes fois vantées par la critique, il convient de nuancer les éloges parfois dithyrambiques sur la prise de son.
Toute personne n'ayant jamais entendu les prises de son légendaires des séries Living Presence et Living Stereo aura peine à croire qu'elles s'étalent de 1954 au milieu des années 60. Ici nous avons affaire à des enregistrements de 1956 et 1959 qui, s'ils n'ont pas à rougir de leur âge vénérable, ne représentent pas ce que les ingénieurs Robert Fine et Wilma Cozart ont fait de mieux.
L'auditeur souhaitant mesurer l'étendue de la qualité de la prise de son Mercury doit à mon avis se jeter sur les enregistrements de Liszt par Byron Janis à Moscou avec Rozhdestvensky et Kondrashin en 1962.

La version CD de cette compilation d'oeuvres de Rimsky-Korsakov est très honorable, mais le report SACD représente une amélioration modérée. Plus grande clarté des timbres, dynamique plus nuancée et image sonore plus fine. Mais il y a des remastering SACD dans cette série (et chez RCA Living Stereo) largement plus miraculeux (je pense par exemple au Casse-Noisette, mais surtout à L'Oiseau de Feu à Londres sous la même baguette).
En CD, le maillon faible est l'enregistrement des Danses Polovitsiennes quelques peu voilé et saturé par endroits, et notamment aux martèlements de la grosse caisse dont la carrure impressionne. La version SACD est pire parce que le voile disparaît pour mieux laisser transparaître la saturation des bandes. Cette seule piste plombe un bilan plutôt très positif en faveur du SACD. C'est bien dommage, l'entrée en matière du Capriccio Espagnol laissait espérer.

On ne peut bien sûr que recommander l'acquisition de la version SACD, mais il convient de garder à l'esprit qu'elle ne représente pas un avantage substantiel sur la version CD.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Comme à son habitude et particulièrement dans ce répertoire, l'orchestre de Dorati demeure constamment brillant, surtout dans l'espagnolade du début. A marquer d'une pierre blanche : les danses polovtsiennes qui provoquera assurément des problèmes avec votre voisinage si vous n'y prêtez pas attention...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé