undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

12
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

27 sur 28 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le procès fait certainement partie des films que l'on oublie pas, longtemps même après les avoir vus (je citerais dans la même catégorie Citizen Kane, évidemment, du même Orson Welles, ou encore les films de John Ford; ou encore Mort à Venise, de Visconti, ou l'Avventura, d'Antonioni). Pessimiste ? Peut-être, mais alors d'un pessimisme vivifiant. Mais au-delà du message du film, on retiendra la façon de filmer, le noir et blanc onirique, des décors labyrintiques : bref, Orson Welles donne une transposition visuelle extraordinaire du monde de Kafka.

Et que dire des acteurs ? Anthony Perkins en figure angoissée, jetée dans un monde incompréhensible, dans un rôle assez proche somme toute de ce qu'il montre dans Psychose. Quant à la première apparition d'Orson Welles, en avocat immense et ventripotent, vautré dans un décor baroque, et filmé en contre-plongée, c'est un morceau d'anthologie. Un procédé semblable appliqué à Romy Schneider donne, on s'en doute, des résultats fort différents. Bref, un régal.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 janvier 2014
On sait que Franz Kafka ne voulait pas que son roman soit publié. On sait que plus personne ne voulait s'encombrer de la présence dérangeante d'un personnage aussi génial mais aussi imprévisible qu'Orson Welles, avec lequel les producteurs ne pouvaient que perdre beaucoup d'argent. On sait enfin que l'oeuvre de Kafka est inapte à toute adaptation puisque même sa traduction (en français par exemple) n'a jamais rien donné de convenable. La réalisation du film multipliait les handicaps, elle aurait pu donner naissance à un effroyable navet. Voulue par celui qui a certainement été le plus génial de tous les réalisateurs de cinéma, pensée et vécue, d'après ses dires, comme aucun autre de ses films, elle nous donne à voir un nouveau chef d'oeuvre, extraordinairement puissant, qui nous bouscule, nous captive, nous angoisse et nous tourmente longtemps après que le film ait cessé. Le roman est sombre mais conserve un quelque chose de familier, une petite touche d'ironie à peine dévoilée. Le film est tranchant, fait d'une opposition violente entre la lumière aveuglante et des ténèbres qui cachent mal le néant auquel nous sommes voués. Parfois la lumière semble vouloir prendre le dessus, ce n'est qu'une illusion, nous sommes vite plaqués devant les affres du destin. La réalisation d'Orson Welles est à la hauteur de son génie. Deroulé implacable, images sublimes comme seul lui a su les faire (et dans quelles conditions ! En tournant dans un lieu à l'abandon - la gare d'Orsay - plus ou moins promise à démolition, qui ne se prêtait guère à un tournage), avec, dans les combles, ces scènes hallucinantes où les yeux des enfants prennent une allure mi-charmante mi-angoissante, précédant cette scène plus hallucinante encore, la fuite dans un étroit boyau où le héros est tranché par l'ombre et la lumière comme l'est l'image des personnages dans les miroirs de La Dame de Shanghai. Inutile de s'étendre sur les acteurs, tous parfaits et parfaitement menés, avec leurs forces et leurs faiblesses humaines, leur volonté de vivre dans leurs dignités, et les avilissements auxquels ils se prêtent quand ils croient y trouver un avantage. Un dernier mot pour saluer le beau travail de restauration. L'image est aussi propre qu'au premier jour et les contrastes, grâce au numérique, encore plus parfaits (version bluray).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 mai 2015
K endure son Golgotha dans un cauchemar de dominances et de soumissions en alternances.
Certains tyrans se retrouvent tyrannisés par leurs propres systèmes.
Les femmes s’offrent sans tarder puis congédient rapidement.
K perd pied en s'enfonçant dans le royaume le plus redoutable: L'incompréhension.
L'acharnement administratif procédurier fait rage, l’incohérence, le rabaissement continuel par un geste éprouvant autant qu’inutile lamine un visage de plus en plus décomposé.
L’escalade est prescrite afin de se disculper devant des accusateurs lubriques entretenant une paranoïa individuelle par un pseudo procès susceptible de toucher n’importe lequel d’entre nous.
Le système n’a pas la maturité de s’apercevoir qu’en pulvérisant une ressource il se dynamite de l’intérieur.
Orson Welles cinéaste surdimensionné en lui-même comme dans son œuvre offre un travail exceptionnel.
Le procès opus de référence d’un noir et blanc indispensable à sa valeur livre des clairs obscurs magnifiques.
Certains plans extérieurs d’une luminosité blafarde offrent des brèches contemplatives étonnantes.
Un processus de démolition cauchemardesque calibré dans une technique contenant quelques pépites de Citizen Kane font de cette merveille paranoïaque un esthétisme baroque de premier ordre.
« Le procès » œuvre maîtresse d’un technicien hors pair déploie les vérités d’un visuel déprimant mais terriblement accrocheur, presque attirant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 mars 2013
l'histoire comme le film sont incontournables pour tout cinéphile. le jeu des acteurs est excellent et le rendu de l'histoire, pourtant pas évident est vraiment excellent
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 décembre 2012
Je suis sûr qu'il doit déjà y avoir des commentaires sur ce film absolument génial. Je crains de ne pas savoir dire mieux. C'est évidemment Kafka, traité par Welles, servi par Perkins, par Schneider... C'est aussi la gare d'Orsay, que le cinéaste a su exploiter de façon magistrale... Mais en réalité, cette énumération ne fait qu'effleurer le sujet. Parce que le tout est bien plus que la somme des parties. C'est une oeuvre, dans laquelle on plonge, happé, c'est un univers qui ressemble à un rêve, on est à la limite du surréalisme, pour moi. Bravo.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ceci n'est pas une critique à proprement parler, mais un avis pouvant servir de mise en garde. Vous avez déjà vu, dans certains films, des scènes oniriques, où le héros passe d'une pièce à l'autre, changeant de partenaire à chaque fois, sans logique évidente, comme s'il faisait partie d'une ronde folle dont le spectateur n'a jamais de vue d'ensemble. Eh bien, personnellement, ces scènes m'ennuient au plus haut point, et ce film, qui ressemble à un long cauchemar, en a fait autant. Technique, plastique des images et jeu des acteurs sont irréprochables, mais la succession des plans sans queue ni tête, à laquelle on peut plus ou moins faire dire ce que l'on veut, a eu raison de mon attention.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mars 2001
Une vidéo presque introuvable en ce moment, une oeuvre remarquable par l'ambiance dégagée par la mise en scène et par les jeunes acteurs à l'époque qui se sont tous révélés des stars ultérieurement
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 août 2010
Une histoire qu'on craint au début sans queue ni tête, mais le réalisateur parvient a nous transporter de couloirs en couloirs et on se retrouve pris, comme le personnage, au piège de la justice aveugle et sans humanité que Kafka dénonce. Le jeu des acteurs est juste et se dramatise en même temps que le film. Romy Schneider joue a merveille l'innocente perverse. A ne pas louper.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 janvier 2013
Etat impeccable du DVD. Et, bien entendu, film impeccable qui dresse l'état Du Vain Délire humain... Bref, rien à redire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mai 2013
EXCELLENT STUDIOCANAL BLU-RAY EDITION. HOWEVER, THE WHOLE FRENCH-BASED MENU AND SPECIAL FEATURES ARE REALLY A TEST FOR WATCHERS. WORTH A TRY.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La Soif du mal
La Soif du mal de Charlton Heston (DVD - 2005)
EUR 6,29


Macbeth [Édition Collector]
Macbeth [Édition Collector] de Orson Welles (DVD - 2014)
EUR 13,99