Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ca vaut vraiment 5 étoiles
... ou comment un groupe de hard superstar des seventies à qui on ne donnait pas une chance de survivre au départ d'Ozzy en 1979 réalise un coup de maitre en embauchant RJ Dio fraichement viré de Rainbow, recrute dans la foulée un des plus grands producteurs de hard de l'histoire, le maître Martin Birch, et publie ce mythique Heaven and...
Publié le 28 octobre 2005 par monsters-of-metal

versus
Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 black sabbath
j'ai commencé par cette album quand j'etais gamin, j'ai toujours aimé cette album, je l'ai acheté plus par nostalgie que par gout, mais j'ai toujours plaisir à l'écoutè, car j'adore Ronnie James Dio, mais les autres Sabbath sont exceptionnel aussi
Publié il y a 14 mois par lamasse


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ca vaut vraiment 5 étoiles, 28 octobre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
... ou comment un groupe de hard superstar des seventies à qui on ne donnait pas une chance de survivre au départ d'Ozzy en 1979 réalise un coup de maitre en embauchant RJ Dio fraichement viré de Rainbow, recrute dans la foulée un des plus grands producteurs de hard de l'histoire, le maître Martin Birch, et publie ce mythique Heaven and Hell. totalement indispensable, un classique au sens propre et noble du terme, à ne pas écouter n'importe où n'importe quand mais avec concentration, c'est une oeuvre d'art qui se doit d'être respectée et qui en échange va vous transmettre des émotions incroyables!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Black Sabbath ressuscité (4,5/5), 10 juillet 2010
Par 
Blaster of Muppets (Andrésy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
"Heaven and Hell" ou la renaissance inespérée d'un groupe qui, dix ans auparavant, avait inventé le Heavy Metal ! Rien que ça. Présenté ainsi, ça en jette, n'est-ce pas ?
En 1979, Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath et laisse un groupe décomposé et pas vraiment au top de sa forme ou de sa créativité (les deux albums précédents "Technical Ecstasy" et "Never Say Die" n'ont pas tout à fait la réputation d'être des chefs-d'oeuvre du genre). C'est alors que nos anglais, à l'instinct de survie développé, vont engager le providentiel Ronnie James Dio (tout juste débarqué de Rainbow) au poste de chanteur. Et là, il n'y a qu'un mot à dire: bravo ! Bravo pour la prise de risque. Le nouveau vocaliste officie dans un registre très différent de celui d'Ozzy, ce qui semble suggérer que le groupe a l'intention de véritablement se renouveler. Et c'est exactement ce qui va se passer: changement de chanteur, changement de style, Black Sabbath renaît de ses cendres et offre au monde un album absolument lumineux (tout en restant ténébreux, je vous rassure).

Tant qu'à bien faire les choses, autant en profiter pour travailler sous la houlette du producteur Martin Birch (Whitesnake, Deep Purple, Rainbow, bientôt Iron Maiden...), histoire d'avoir un son à la hauteur de ses ambitions. Grâce (entre autres) à une production impeccable et un son assez moderne (pour l'époque), les anglais démarrent la décennie des 80's sur les chapeaux de roues. Et c'est parti pour une succession de morceaux devenus, depuis, des classiques. Le disque démarre avec "Neon Knights" qui doit figurer en très bonne place dans le top des morceaux les plus repris de l'histoire du Heavy Metal. Superbe riff, tempo enlevé, voix incroyable... cette chanson a tout ce qu'il faut, là où il faut.
Sans tomber dans le commentaire piste par piste un peu fastidieux, laissez-moi juste vous rappeler à quel point cet opus n'est pas avare en compositions légendaires. Vous trouverez sur cette galette, en plus de l'excellente "Neon Knights", la plus lourde et magnifique "Children of the Sea" (au lyrisme prononcé qui la démarque fortement de l'ère Osbourne), l'incroyable chanson titre qui démontre que Tony Iommi n'a rien perdu de son talent de "riff master", ou la plus enlevée et définitivement géniale "Die Young" qui démarre calmement avec un magnifique solo de guitare sur fond de claviers, avant de prendre de la vitesse et de vous ensorceler, notamment grâce à la magnifique voix de Dio.

Bien entendu, je mentirais si j'affirmais que ce surprenant "Heaven and Hell" ne contenait que des hymnes. Il y a bien des titres plus légers et fort sympathiques, mais qu'il serait sans doute exagéré de qualifier de classiques. Au pire, ces chansons sont tout de même très bonnes. Je pense bien sûr à "Lady Evil" (superbe section rythmique qui ouvre le morceau quand même !), "Wishing Well" ou la plus rock "Walk Away". Ces compositions sont assez entraînantes et ne montrent pas le Sabbath sous son jour le plus sombre ou le plus envoûtant, mais elles s'écoutent avec plaisir. Elles n'ont juste pas (pour moi en tout cas) la même aura que les chansons évoquées lors du paragraphe précédent.
Enfin, l'album se termine de bien belle façon avec la mélancolique "Lonely is the World", qui laisse transpirer tout le talent de ce sorcier de la guitare qu'est Tony Iommi (quel solo) ainsi que l'incroyable émotion qui émane de la voix de monsieur Dio. Bon... désolé, finalement je suis tombé dans le commentaire piste par piste un peu fastidieux que j'avais pourtant juré d'éviter.

Concluons: "Heaven and Hell" est un classique, c'est un second départ incroyablement risqué et réussi pour Black Sabbath, et un album qui a marqué et influencé un nombre incalculable de groupes de heavy metal. Moins bizarre, expérimental ou pesant que la musique développée par les anglais lors de leur décennie Osbournienne (certains ont également regretté que le groupe perde un peu de son aspect doom ou glauque), il n'en reste pas moins un incontournable du genre. Plus puissant, plus lyrique et épique (merci Dio), le nouveau Black Sabbath a gagné en immédiateté, et une bonne partie de ce disque se révèle tout simplement magique.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Deluxe Edition : d'un "Heaven And Hell" référentiel., 6 juillet 2013
Par 
Voodoo. (in the south of witches valley.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven and Hell [Deluxe Edition] (CD)
Le moins que l'on puisse dire c'est que le tandem Dio-Iommi c'est plus que trouvé, sur ce "Heaven And Hell" au charme paradisiaque et au son d'enfer.
Lorsqu'en '79 Ozzy Osbourne quitte définitivement Black Sabbath, le groupe n'est pas au mieux et leurs derniers disques n'ont pas été de francs succès. Tony Iommi intrigué par l'univers de Ronnie James Dio, va tenter un pari avec une association qui s'avérera payante. Les textes de Ronnie (ses histoires emprunt de fantasy et de quête du bien contre le mal), vont parfaitement s'accorder aux solos triturés d'un Tony aux riffs aiguisés comme des sabres. Mais (alors que c'est toujours Bill Ward qui officie à la batterie), Geezer Butler les quitte suite à des problèmes personnels. Heureusement, il reviendra à temps interpréter les (énormes) parties de basse déjà écrites par le tandem qui s'était attelé au travail de composition. Enregistré par un Martin Birch qui produisait déjà un rayonnant Rainbow avant que Dio ne soit enrôlé au sein du sombre Sabbath, l'album (publié en Avril '80) va s'avérer être une référence du heavy metal. Entamé par un lumineux "Neon Knights" ce disque ne comporte pratiquement que des morceaux d'enfer, et présente des titres plus mélodiques que doom comme ce "Children Of The Sea" à l'ambiance superbe (qui fut le fruit de leur toute première rencontre puisque c'est sur une simple démo de ce morceau que le guitariste va juger les capacités de ce nouveau chanteur). La basse est géniale sur une maléfique "Lady Evil" ensorceleuse, alors que déferle le titre éponyme de l'album le menaçant et implacable "Heaven And Hell". Même le rêveur et envoûtant "Wishing Well" le fait, annonçant un obsédant "Die Young" tripant et effrayant. Alors qu'un préventif "Walk Away" lourd et malsain (le titre le moins marquant), ne précède un "Lonely Is The Word" sombre et pesant (aux keyboards malins de Geoff Nicholls) qui achève cet album d'enfer. Un véritable coup de poker, risqué mais fumant (à l'image des anges sur la divine pochette) que cette association Dio-Iommi-Butler-Ward, pour un "Heaven And Hell" référentiel.
Sur sa "Deluxe Edition" publiée en 2010, figure trois extraits de cet album ("Lady Evil" dans une version studio mono edit, "Children Of The Sea" et un "Heaven And Hell" de sept minutes, dans des versions live) qui étaient des faces B de singles à l'époque, et quatre autres extraits inédits ("Neon Knights" "Children Of The Sea" une version de "Heaven And Hell" de douze minutes et "Die Young"), issus d’un concert à Hartford U.S.A. en '80. Une édition d'enfer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Heaven And Hell" : un album référentiel !, 23 juillet 2012
Par 
Voodoo. (in the south of witches valley.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que le duo Dio-Iommi c'est plus que trouvé sur ce "Heaven And Hell" au charme paradisiaque et au son d'enfer.
Lorsqu'en '79 Ozzy Osbourne quitte définitivement Black Sabbath le groupe n'est pas au mieux, et leurs derniers disques n'ont pas été de francs succès. Tony Iommi (intrigué par l'univers de Ronnie James Dio), va tenter un pari avec une association qui s'avérera payante. Les textes de Ronnie (ses histoires emprunt de fantasy et de quête du bien contre le mal), vont parfaitement s'accorder aux solos triturés d'un Tony aux riffs aiguisés comme des sabres. Mais (alors que c'est toujours Bill Ward qui officie à la batterie), Geezer Butler les quitte suite à des problèmes personnels. Heureusement, il reviendra à temps interpréter les (énormes) parties de basse, déjà écrites par le tandem qui s'était attelé au travail de composition. Enregistré par un Martin Birch qui produisait déjà un rayonnant Rainbow avant que Dio ne soit enrôlé au sein du sombre Sabbath, l'album (publié en Avril '80) va s'avérer être une référence du heavy metal. Entamé par un lumineux "Neon Knights" ce disque ne comporte pratiquement que des morceaux d'enfer et présente des titres plus mélodiques que doom comme ce "Children Of The Sea" à l'ambiance superbe (qui fut le fruit de leur toute première rencontre puisque c'est sur une simple démo de ce morceau que le guitariste va juger les capacités de ce nouveau chanteur). La basse est géniale sur une maléfique "Lady Evil" ensorceleuse, alors que déferle le titre éponyme de l'album, le menaçant et implacable "Heaven And Hell". Même le rêveur et envoûtant "Wishing Well" le fait, annonçant un obsédant "Die Young" tripant et effrayant. Alors qu'un préventif "Walk Away" lourd et malsain (le titre le moins marquant), ne précède un "Lonely Is The Word" sombre et pesant (aux keyboards malins de Geoff Nicholls), qui achève cet album d'enfer.
Un poker risqué mais fumant (à l'image des anges sur la divine pochette), que cette association Dio-Iommi-Butler-Ward, pour un "Heaven And Hell" référentiel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 HEAVEN TOUT COURT !, 12 juin 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Oui, à l'écoute cet album est un paradis à lui tout seul. Dans la meme veine que "MOB RULES", "HEAVEN AND HELL" est une galette de grands professionnels : Martin BIRCH à la production (un cador dans le milieu), Vinnie APPICE aux drums (le p'tit frère de l'illustre Carmine...)qui assure comme un malade sur son impressionnante batterie, DIO aux vocaux qui peut donner sur les morceaux toute l'étendue de son talent, et bien sur le duo originel BUTLER et IOMMI, maitres de cérémonie. Excusez du peu... Les compos ne sont pas en reste et entre les heaviesques "NEON KNIGHTS" ou "DIE YOUNG" et les plus mélodiques "LONELY IS THE WORLD", "CHILDREN OF THE SEA", tout le monde peut y trouver son compte. Il se dégage de l'ensemble une grande cohésion et une fusion totale au sein du groupe ; l'alchimie fonctionne totalement, la magie est là. On en arrive à oublier OZZY, c'est dire... A posséder dans sa CDthèque sous peine de périr "IN HELL"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 hors concours, 6 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
j aimerai etre a la place de l auditeur qui vas decouvrir ce joyaux et rentrer dans le monde de BS a pars lady evil et walks away un ton en dessous tous les titres sont des classiques et c est peut dire un incontournable de plus heaven and hell le morceau est la meilleure chanson de l histoire du metal depuis 33 ans cet album me sidére gloire a geezer ,bill,RIP ronnie; j espere que si un jour un malheur survient au dieux toni il emportera pas le heavy dans sa tombe j ose méme pas y penser
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Au panthéon du Hard Rock, 21 février 2013
Par 
Laurent Jacquot "Tony Clarkin" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Difficile de penser à l'époque que Ronnie James Dio s'intégrerait aussi bien dans Black Sabbath, tant nous ne sommes pas dans le même registre que Rainbow, son ancien groupe.
Mais c'est pourtant réussi, Ronnie apportant un plus mélodique aux compositions du groupe.
"Heaven and hell" est un incontournable du Hard Rock comme d'autres auxquels le chanteur a participé, "Long live rock'n'roll ou "The last in line" pour ne citer que ceux là.
L'ensemble de cet album est un mélange de puissance et de mélodie et représente donc le hard rock au mieux de sa forme.
La guitare de Tony Iommi sonne comme jamais et transmet une atmosphère particulière lors de ses solos lumineux, ou sur encore sur l'intro de "Die young" par exemple.
Un petit bémol pour "Walk away" et "Lady evil" que je trouve en dessous comme l'étaient d'ailleurs "L.A connection" et "Sensitive to light" sur "Long live rock'n'roll" ou encore "Gypsy" sur "Holy diver", ne les empêchant pas par ailleurs de figurer parmi les incontournables du Hard rock, tant l'ensemble de ses albums d'un niveau élevé.
Enfin, une affection particulière pour le titre de clôture "Lonely is the word", riche en émotion, où la guitare et les claviers vous donnent des frissons sur l'assaut final.
"Heaven and hell" est donc un classique, à posseder bien sûr pour tous les amateurs du genre.

Mes titres préférés : "Die young", "Heaven and hell", "Lonely is the word", "Neon knights".

Note : 20/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un incontrounable du Hard Rock, 30 septembre 2002
Par 
Lenormand "YouGee" (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Sans Ozzy, mais avec Dio, Black Sabbath continue d'enfoncer le clou.
Une guitare démoniaque (bon sang, dire qu'il lui manque un doigt à la main gauche), une basse aussi omni-présente que mélodique et indépendante, cet album consacre Black Sabbath au sommet de son art.
Marre des musiques aseptisées ?
Envie de mélodies pêchues, de riffs qui vous squattent le crâne des jours durant ?
"Die Young" et "Wishing Well", voilà la solution au manque de punch.
Achetez cet album. Ecoutez le. Vivez :)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Les anges de l'enfer, 3 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Cette fois Ozzy Osbourne est bel et bien parti. Pas facile de remplacer son indispensable voix de possédé, qui amenait la part de folie dans la musique du groupe. Plutôt que de tenter l’impossible, Black Sabbath va jouer la sécurité en embauchant Ronnie James Dio (transfuge du Rainbow de Ritchie Blackmore), dont la voix colle mieux à son époque, celle de la New Wave of British Metal alors émergente.
Coup de maître ! Loin de tomber dans le hard FM tant redouté (ce qui ne manquera pas, mais plus tard), Sabbath va retrouver le sens de son métal à riffs en acier trempé et va composer avec Dio une brochette de morceaux mémorables : tantôt speed (NEON KNIGHTS, du heavy punk !), tantôt calmes (CHILDREN OF THE SEA et ses arpèges dépressifs) ou épiques (HEAVEN AND HELL, un nouvel énorme classique, ainsi que DIE YOUNG), le groupe renoue avec la fougue d’antan et emporte la mise haut la main, obtenant son plus gros succès depuis SABOTAGE ! Mais loin de ne viser que le simple hit, Black Sabbath a atteint là l’un des rares coups réussis dans le genre : réaliser l’un de ses meilleurs albums, alors que beaucoup donnaient le groupe pour moribond suite au départ d’un membre aussi fondamental qu’Ozzy le damné. Un disque canon et massif. À réévaluer.
Tops : HEAVEN AND HELL, NEON KNIGHTS, DIE YOUNG, CHILDREN OF THE SEA, LADY EVIL
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Sublime et intemporel, 6 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven And Hell (CD)
Les commentaires précédents résument parfaitement l'un des Chefs d'Oeuvre de Black Sabbath, et du metal en général.

Tout est dit, tout est à garder, c'est géant.

Alors pourquoi faire un commentaire supplémentaire sur Heaven and Hell ? Pour pas grand chose, simplement pour mettre cinq étoiles, une fois de plus mais pas une fois de trop.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Heaven And Hell
Heaven And Hell de Black Sabbath (CD - 2006)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit