Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Personne ne sert de café, personne ne se réveille, 30 avril 2010
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crooked Rain, Crooked Rain (CD)
En 1993, Pavement est devenu un groupe. Pour cela, Steve Malkmus et Spiral Stairs ont du se débarrasser de leur batteur Gary Young, alcoolique invétéré devenu embarrassant et incorporer à leur effectif le bassiste Mark Ibold, le nouveau batteur Steve West et l'homme à tout faire au rôle un peu indéterminé mais ami de longue date, Bob Nastanovitch.

Crooked Rain Crooked Rain, leur second album est unanimement considéré comme un disque californien. Il a pourtant été enregistré/bricolé dans un studio de fortune à New York avant d'être mixé un peu plus professionnellement. Gorgé de chansons pour la plupart très mélodiques et accrocheuses, il est le disque le plus immédiat et accessible de Pavement, le plus ensoleillé, le plus "commercial".

Le génie de Pavement est de rendre le génie discret et humble. Sans style vestimentaire, sans attitude arrogante, sans coupe de cheveux à la mode, sans plan pour conquérir le monde, avec humour et dérision, 5 jeunes américains redéfinissent le paysage rock. Le groupe ne possède pas d'attribut particulièrement voyant qui pourrait permettre de le caractériser en deux mots ou d'isoler avec précision les ingrédients qui rendent leur musique si essentielle. Ce n'est pas (que) les guitares, la voix, le groove, les mélodies improbables, ces échafaudages instables, ou la folie douce. C'est un tout.

Les chansons dégagent une impression de spontanéité et de facilité, ce qui les rend d'autant plus chaleureuses et intimes. Ces chansons sont comme nous : banlieusardes, terre à terre, elles aspirent à une vie rangée, loin des frasques fantasmées de la vie de rock star. Et pourtant, même inscrit dans la banalité, Crooked Rain est l'incarnation suprême du rock indé des années 90 : ironique, brillant, amusant, bordélique, varié, excitant, splendide.

Même si le groupe resserre les boulons par rapport aux divagations de Slanted & Enchanted: Luxe & Reduxe, la musique reste légèrement brinquebalante, ce qui n'altère en rien, bien au contraire, son statut d'œuvre majeure. Les morceaux exceptionnels s'enchainent avec fluidité sans nous laisser le temps de respirer: le bancal et merveilleux Silence Kid qui débute dans la confusion absolue, l'étourdissante spirale Elevate Me Later, les très entrainantes Cut Your Hair ou Unfair, qui ressuscite leur côté déjanté et braillard, Stop Breathin' dont la beauté coupe le souffle, la pop parfaite de la douceur Gold Soundz.

Range Life me semble toujours à la réflexion un peu trop maline et accrocheuse pour son propre bien, mais à chaque écoute son délicieux country-rock m'attire irrémédiablement dans ses filets. Quelques morceaux (Newark Wilder, Heaven is A Truck) sont des classiques de musique californienne un peu enfumée, dont les volutes atteignent les sommets. 5-4=Unity est un délire instrumental d'inspiration jazz qui fonctionne parfaitement. Fillmore Jive conclut l'album en donnant un aperçu de la volonté de Malkmus de laisser aux guitares de plus en plus de liberté d'expression instrumentale ( comprendre : de longs solos).
Seule Hit The Plane Down, l'unique contribution de Spiral Stairs me paraît largement dispensable (et de plus en plus à chaque écoute), mais son inclusion comme un cheveu sur la soupe parfaite servie jusqu'ici participe du côté désordonné et inconscient si appréciable du groupe.

Dans mon imaginaire, j'ai définitivement dénié à Crooked Rain la place d'album de Pavement que je préfère, car presque trop policé à mon goût. Pourtant, chaque fois que j'ai le bonheur d'en profiter à nouveau, un constat s'impose : le rock n'a jamais commis vraiment mieux que ce disque, qui n'a guère de concurrence et est évidemment indispensable. A tout le monde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 que de précieuses raretées, 15 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crooked Rain, Crooked Rain (CD)
Il y a un certain temps, un petit groupe répondant au nom de Pavement nous entrainaient dans un univers Pop peu conventionnel. Aujourd'hui, on ne peut que confirmer l'immense qualité de cette joyeuse bande enmenée par Stephen Malkmus.
C'est donc avec une joie énorme que l'on retrouve leur meilleur album avec un nombre de morceaux rares et inédits loin de l'habituelle réédition comprenant un titre supplémentaire.
Ne pas en dire plus me permet de vous laisser savourer ce bijou avec vos oreilles.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit