Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 God Save The Queen
1982 : Queen sort Hot Space, un album mitigé et moins bien reçu par le public. Suit une énorme série de concert, comme si le groupe voulait renouer avec ses fans. 2004, soit treize ans après la mort de Freddie, EMI publie les meilleurs extraits de cette tournée, en DVD et en CD. A premier vue, ça sent le piège à fric et la...
Publié le 10 décembre 2004 par G. Kouroussis

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Grandeur et décadence
Ce live présente Queen dans toute sa grandeur et décadence. Oui, car chez ce groupe, assez unique, les deux sont toujours inséparables. Il peut se montrer à la fois irrésistible ET repoussant. Or ce live nous livre le groupe au plus près de ces deux pôles. L'avantage également, c'est qu'il peut faire office de best of...
Publié il y a 1 mois par Stefy


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 God Save The Queen, 10 décembre 2004
Par 
G. Kouroussis (Belgium) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen On Fire (Live At The Bowl) (CD)
1982 : Queen sort Hot Space, un album mitigé et moins bien reçu par le public. Suit une énorme série de concert, comme si le groupe voulait renouer avec ses fans. 2004, soit treize ans après la mort de Freddie, EMI publie les meilleurs extraits de cette tournée, en DVD et en CD. A premier vue, ça sent le piège à fric et la morale nous déconseille de l'acheter. Le hic, c'est que le concert est spendide avec un Freddie Mercury dans sa meilleure forme, laissant en seconde place le déjà mythique Live At Wembley et nous offrant en plus des perles comme "Get Down Make Love" ou "Sheer Heart Attack", moins connus du grand public.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Grandeur et décadence, 10 avril 2015
Par 
Stefy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen On Fire (Live At The Bowl) (CD)
Ce live présente Queen dans toute sa grandeur et décadence. Oui, car chez ce groupe, assez unique, les deux sont toujours inséparables. Il peut se montrer à la fois irrésistible ET repoussant. Or ce live nous livre le groupe au plus près de ces deux pôles. L'avantage également, c'est qu'il peut faire office de best of idéal, sans les titres tristes et moches qui viendront après comme le très famélique "Radio Gaga".

Dans ce live donc, les deux facettes indissociables du groupe. Dès le début du concert, deux titres tirés du bien ringard "Flash Gordon", on se dit qu'on va bien rigoler: Mercury en fait, bien sûr, des tonnes, et le son est compact et direct, puissant. Ca dégénère assez vite et le concert devient une bouillie infâme et boursoufflée. Le groupe abonde dans tous ses travers: communion niaiseuse avec le public, intermèdes musicaux fatigants, pompiers et inutiles, avec sons de synthé insipides, batterie trafiquée à la limite de la parodie et de la boite à rythme, Mercury se vautrant dans son cabotinage d'opérette, Brian May étant sans doute le seul guitariste à faire sonner une guitare de manière si... peroxydée, le tout dans une ambiance stade de foot plombante chez soi (on n'est pas ici dans le cadre intimiste d'un New Morning; on entend même les cornes de brume des supporters de foot !), bref tous les tics d'un rock de stade ni très fin ni souple, proche du barnum. C'est souffrance que de s'infliger pareil marasme.

Heureusement, le second disque, débutant tout de même dans la douleur (solo de Brian May), va finir par aligner les tubes du groupe comme à la parade. Cette fois-ci, loin des pitreries et des dérives du premier disque, le live va servir de rampe de lancement pour proposer des versions plus brutes et énergiques du répertoire du groupe. Il n'y a qu'à s'envoyer "Another One Bites The Dust" pour s'en convaincre: la version live est épurée, ramassée, indéniablement puissante, et, dans ces cas-là, Mercury est imbattable, irrésistible dans ses envolées.

Ce live est donc un parfait condensé de l'univers de Queen: le côté pompier mais aussi de belles réussites bariolées improbables. Avec Queen, c'est comme ça, il ne peut jamais en être autrement, on doit s'envoyer le bon avec le mauvais. Et, après tout, c'est ce mélange absurde qui le rend si unique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit