Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rock sale pas mort
Le duo/couple le plus étrange est de retour.VV et Hotel représentent un fantasme rock en perpétuelle réinterprétation.
Rien à faire de la mode et de ce qu'il faut faire pour avoir du succès.Leur musique est bien trop malsaine pour faire le plein des stades.La base est la même que pour le sous-estimé et pourtant...
Publié le 21 février 2005 par psychorigide

versus
2.0 étoiles sur 5 No inspiration !
Agréablement surpris par leur 1er album, "keep on your mean side" sorti en 2003, qui comportait son lot de titres imparables, j'avais été plutôt déçu par ce "no wow" sorti deux an plus tard, au point de passer mon tour. La malédiction du second album semblait encore une fois avoir frappé...

Le suite de...
Publié il y a 17 mois par Darko


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rock sale pas mort, 21 février 2005
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : no wow (CD)
Le duo/couple le plus étrange est de retour.VV et Hotel représentent un fantasme rock en perpétuelle réinterprétation.
Rien à faire de la mode et de ce qu'il faut faire pour avoir du succès.Leur musique est bien trop malsaine pour faire le plein des stades.La base est la même que pour le sous-estimé et pourtant génial 'Keep on your mean side' : une voix,une guitare.La rhytmique ne sert pratiquement à rien.Ils pourraient chanter dans le métro que cela n'enlèverait rien à la fascination entretenue par ces mélodies sales, brutes , tendues et sexuelles qui se dégagent.La grande force ici est la relation forte entre VV et Hotel.Un amour bestial et timide qui explose à la gueule.Hotel est un (petit)maître de la guitare qui n'est pas foutu de faire un seul solo mais qui construit un environnement de fer et de sang avec 3 accords.Pétrifiant et rare.La voix de VV devient nécéssaire et entrelace les notes électriques.Elle devient inséparable du fond.Plusieurs écoutes sont nécéssaires pour voir autre chose qu'un truc déjà entendu des centaines de fois.Les Kills arrivent quand même à évoluer vers des sommets en touchant un peu à l'électronique et en touchant l'auditoir.Ce 'Now wow' est un sacré bon album dans lequel on veut se perdre et rêver.La classe en lunettes noires.C'est peut-être un peu cliché mais au moins ça le fait toujours.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 No Wow ? Et pourtant..., 30 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Wow (CD)
Figure de proue de la nouvelle scène garage-rock, le retour au minimalisme musical des 70's, The Kills forment en effet un duo de guitares, sur un fond de beat.
Deux ans donc après la sortie du tonitruant << Keep On Your Mean Side >> que l'on pourrait traduire par << Garde ton côté obscur >>, Hotel et VV ont bien suivi leur propre directive avec ce second album << No Wow >>.
Si le premier album était basé sur le son brut et violent, l'instantanéité couplé à la puissance, No Wow se présente de prime abord comme plus travaillé, moins spontané, et plus profond. L'ouverture sur le titre éponyme voit se poser les guitares grinçantes et énergique de Hotel sur un beat à faire plier les genoux, laissant filer quelques instants pour laisser placer le grain de voix insinuant et plaintif de la somptueuse VV. Le propos se tient bien.
The Kills maitisent parfaitement leur sujet en assénant quelques coups rudes à son auditeur par le biais du thème éternel de l'amour ( "Love is a deserter" et "I Hate The Way You Love 1 & 2" ) sur des mélodies entrainantes hypnotiques assimilé à la voix entêtante de VV, ponctués de rifs nets et tranchants de Hotel. Tout est basé sur cet entente, cette mise en scène, cette thétralisation, cette opposition, cette guitare parlante et cette voix vive.
D'autant plus surprenant, l'assimiliation postpunk des Kills à leur musique, l'introduction de l'aspect dansant à leur mélodies abrupt, cassante et forte. Ce qui donne des raisons de plus à VV de se tortiller, comme emprise de spasmes lors de morceaux mêlant un beat piqué à Bronsky Beat à un duo des deux Kills ( "The Good Ones" ) ou à un beat prenant faisant contrepoids à la guitare lourde mené crescendo tambour battant par VV entrecoupé de dualises pop ( "Murdermile" ). Le très électrique "At The Back Of The Shell" et intimiste "Dead Road 7" viennent s'ajouter au tableau.
"Ticket Man" conclut cet album tel un concert des Kills, retour au calme, à la réalité, à la création, à la liberté simple.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Comme des grands, 6 mars 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : no wow (CD)
Après leur brillant premier album de blues décharné incroyable d'intensité ("Keep On Your Mean Side") le duo Hotel/VV revient avec un "No Wow" encore plus sombre et engagé.
Comparés sans imagination aux White Stripes, autre duo blues-rock, en 2003 les Kills de 2005 évoluent dans un registre différent comme tend à prouver cet excellent album qui affirme un "son" Kills.
Les guitares saturées et l'ambiance claustrophobe - due à l'aspect tribal des chansons aux paroles répétées avec insistance - trahissent l'admiration du duo pour le Velvet Underground de "White Light/White Heat". D'autre part, les Kills poussent les limites de leur formation (guitare/voix/boite à rythmes) dans leurs derniers retranchements...ceux qui les ont vu sur scène ont pu être surpris, voire déçus, de la présence de beats pré-enregistrés; les Kills en font ici une arme, leur atout principal. On sent poindre l'influence de la musique électronique des années 70 - Kraftwerk, Moroder - dans la rythmique cheap de morceaux comme No Wow, Love Is A Deserter, The Good Ones - les meilleurs de l'album.
En 40 minutes les Kills réussissent à convaincre sans se compromettre, confirmant leur extraordinaire potentiel, et, mieux encore, se construisent une identité. Hotel, guitar héro minimaliste, et VV, chanteuse au charisme extraordinaire, entrent dans la cour des grands. No Wow, grand album de 2005.
NB : le dvd "I Hate The Way You Love" est INDISPENSABLE!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le rock génétique, 14 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Wow (CD)
The kills prennent un malin plaisir à servir des écorchés du rock afin d'en exhiber les composants élémentaires (comme on exhiberait des animaux disparus ou improbables au cirque)... puis finissent par les recombiner, se transformant au passage en généticiens et prouver qu'il est encore possible de créer de beaux monstres qui auront une place de choix dans le bestiaire de l'histoire du rock.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 No inspiration !, 23 octobre 2013
Par 
Darko (Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Wow (CD)
Agréablement surpris par leur 1er album, "keep on your mean side" sorti en 2003, qui comportait son lot de titres imparables, j'avais été plutôt déçu par ce "no wow" sorti deux an plus tard, au point de passer mon tour. La malédiction du second album semblait encore une fois avoir frappé...

Le suite de leur production s'étant avérée hautement recommandable, j'avais donc décidé d'accorder une nouvelle chance à ce "No wow", sur lequel j'étais peut-être passé un peu vite... Hélas, dès la première écoute, le constat d'origine se confirme, "No Wow" manque cruellement d'inspiration, aucun titre ne s'en degage vraiment, certains étant même carrément pénibles, obligeant à recourir plus d'une fois à l'avance rapide. Et puis sur le créneau du post punk minimaliste à tendance bruitiste, limite indus, on avait déjà connu nettement meilleur avec Wire ("Pink Flag"), Joy Division (Unknown pleasure") ou New Order ("Ceremony").

Lorsque l'on multiplie les écoutes, quelques titres arrivent cependant à sortir du lot. Le morceau titre "no Wow-Telephone radio Germany" sonne un peu comme le "1 2 X u" de Wire ; "Love is a deserter", "The good ones" ou "Rodeo town" tirent leur épingle du jeu... Mais d'autres en revanche apparaissent franchement insupportables et resteront définitivement bannis de ma platine : "Dead Road 7", " at the back of the shell" ou "sweet cloud"....

Incontestablement l'album le plus faible du groupe !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Comme des grands, 6 mars 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : no wow (Album vinyle)
Après leur brillant premier album de blues décharné incroyable d'intensité ("Keep On Your Mean Side") le duo Hotel/VV revient avec un "No Wow" encore plus sombre et engagé.
Comparés sans imagination aux White Stripes, autre duo blues-rock, en 2003 les Kills de 2005 évoluent dans un registre différent comme tend à prouver cet excellent album qui affirme un "son" Kills.
Les guitares saturées et l'ambiance claustrophobe - due à l'aspect tribal des chansons aux paroles répétées avec insistance - trahissent l'admiration du duo pour le Velvet Underground de "White Light/White Heat". D'autre part, les Kills poussent les limites de leur formation (guitare/voix/boite à rythmes) dans leurs derniers retranchements...ceux qui les ont vu sur scène ont pu être surpris, voire déçus, de la présence de beats pré-enregistrés; les Kills en font ici une arme, leur atout principal. On sent poindre l'influence de la musique électronique des années 70 - Kraftwerk, Moroder - dans la rythmique cheap de morceaux comme No Wow, Love Is A Deserter, The Good Ones - les meilleurs de l'album.
En 40 minutes les Kills réussissent à convaincre sans se compromettre, confirmant leur extraordinaire potentiel, et, mieux encore, se construisent une identité. Hotel, guitar héro minimaliste, et VV, chanteuse au charisme extraordinaire, entrent dans la cour des grands. No Wow, grand album de 2005.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Are you the good one, 2 juillet 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Wow (CD)
Un son garage pour un bon album de rock.
Are you "the good ones" me fait m'envoler et me donne envie de danser.

ça se rapproche des whites stripes, ting things et autres bombes rock garage de ces dernières années.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Very good...but fails to capture the live experience, 15 mars 2005
Par 
Michael (Chester-le-Street, County Durham United Kingdom) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Wow (CD)
I first got turned on to the Kills after seeing them support Primal Scream a couple of years ago - their on stage chemistry, dirty blues riffs and stripped down sound hitting all the right buttons for me. I've since seen them live numerous times, and their live shows are incendiary. However, The Kills have always suffered the problem many excellent live bands have - capturing the essence of their live shows on CDs.
No Wow builds on their somewhat disappointing first album by stripping their sound down even further - the guitar at times sounds primal, almost like a savage heartbeat, and the breathless urgency of the vocals gives tracks like "No Wow", "Love is a Deserter", "The Good Ones" and "I Hate the Way You Love" real emotional power. If you're looking for melody, or song structure, don't bother. If you're looking for songs about seedy crack dens, late night drugs benders and seedy sex in dank motel rooms, you've come to the right place. Early PJ Harvey, and to a lesser extent, Siouxsie Sioux and the Banshees seem to be heavy influences.
It's not all good - the latter half of the album tails off badly, with several tracks descending into tedium, and the slower songs generally not working. Also, you're not getting the rawness and passion of their live dynamic. Other than that, recommended!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

No Wow
No Wow de The Kills (CD - 2005)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit