Commentaires en ligne 


11 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 renaissance américaine, 23 janvier 2008
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Enregistré et publié fin 1974, entre Diamond Dogs et Young Americans, est exactement la transition entre ces deux albums, entre deux styles, deux époques, deux âges même, et aussi entre deux continents. Il sonne par moments comme un adieu définitif (enfin, jusqu'à Tin Machine) au rock, d'où sans doute la réputation peu enviable du disque dans certains milieux. Mais celui pour qui Bowie est bien plus qu'un rocker trouvera ici un album somptueux où David reprend en les transformant radicalement des chansons sorties à peine quelques mois plus tôt : Rebel Rebel ou Aladdin Sane sont allés faire un tour dans les boîtes latinos. Soul, reggae, salsa : le disque est incroyblement représentatif de l'ébullition des musiques de danse au milieu des années 1970 qui a préparé l'apparition de la disco. David Live se rattache nettement à Young Americans et ouvre la "période" soul américaine de Bowie. La dernière édition incorpore le formidable Panic in Detroit originellement paru en 45 tours, ainsi que Time et Here Today, Gone Tomorrow, publiés sur la réédition de 1990 et Space Oddity. Un cauchemar à enregistrer, entre conflits avec les musiciens, difficultés techniques de captation, problèmes de droits avec le MSG et incertitude stylistique, David Live est devenu le mirage utopique d'un âge révolu. Merveilleux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bien restauré, 26 avril 2012
Par 
70's addict (Etampes) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Faut-il aimer cet album ? N'est-il pas trop ci ou pas assez ça...? Pour ma part, je ne me pose pas de questions et vous conseille de ne pas passer à côté. J'aime particulièrement Diamond dogs, auquel ce concert fait suite, premier bon point. On retrouve sur cet album la plupart des grands titres de cette époque, dans des versions parfois alternatives, ce qui le rend encore plus intéressant. De plus, le son a été retravaillé (j'en avais une version plus ancienne au son malheureusement peu convaincant) et des titres précédemment absents ont été ajoutés. Alors, pour moins de 10€ chez certains vendeurs, ce serait dommage de se priver de ce superbe témoignage...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Meilleur album live de rock music?, 10 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Voici depuis un mois que j'ai découvert ce live de Bowie, chainon manquant que j'ai décidé d'acquérir en CD édition remasterisé, après avoir succombé récemment à "Young Americans" et le sublime "Diamond Dogs". J'avais des aprioris sur ce disque dont j'avais déjà tenté une approche dans le passé, car j'étais en attente d'un live très rock comme Bowie le jouait pour les concerts Ziggy Stardust.

Voici donc un témoignage audio de ce que fût le Diamond Dogs Tour, la tournée la plus ambitieuse sur le plan scénique que Bowie ait jamais réalisé. Dave a judicieusement choisi ses musiciens et ses choristes. Les réinterprétations de certains "classiques" sont bluffantes, voire plus intéressantes sur certains aspects, et font parfois ressortir l'essence même du morceau, avec par dessus un Bowie à fleur de peau du début à la fin, dont certaines de ces prestations vocales surpassent vraiment l'original (je ne citerai pas de morceau, chacun fera soit même l'expérience). On pourra même trouver par la suite que les versions studios sont plus froides que celles-ci. Du rock pop psyché, au hard-rock post apocalyptique et glacial, en passant par de la soul funk latino gospel, le mélange est maitrisé et ça secoue.

Lorsque l'on visionne sur Internet des (rares) captures vidéos/audios de ce que Bowie proposait sur scène en 1974, on ne peut qu'être d'autant plus fasciné par la performance, alliant théâtre, danse , mime, et cabaret. Conceptuellement, Bowie va bien plus loin que pour la tournée de Ziggy Stardust. Ce concept scénique sera copié ou repris par beaucoup d'autres...

Bref, ce disque m'a finalement beaucoup impressionné. On en devient accro. Le son est superbement restauré, l'énergie, la rage, et la magnificence de l'ensemble sont ici bien restitués.

Un disque de Bowie qui rejoint mes favoris, "Lodger", "Diamond Dogs", et surtout "1:Outside" (qui sera en quelque sorte son "Diamond Dogs 2") dont ce live est l'ADN, notamment grâce au piano de Mike Garson.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 David Bowie tout public., 30 juin 2006
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Je ne suis pas un grand connaisseur de David Bowie, mais je connais l'immense talent du monsieur, et sa capacité à se fondre dans des ambiances musicales très différentes. Sa période "Low" ténébreuse et perturbée est aux antipodes du très commercial "Let's dance", lui même éloigné d'un "Earth ling" très avant gardiste, ou des bruyants enregistrements avec Tin Machine... Ce n'est pas chose aisée de rentrer dans l'univers musical de cet homme là.

"David Live" peut vous y aider. C'est un album tout public ! Les arrangements sont limpides, influencés par la soul (voir la reprise de "Knock on wood"), les titres présents mélangent les grands tubes aux chansons moins célébres pour les néophytes. Ce n'est sans doute pas un enregistrement des plus originaux, au regard de sa carrière, dirons les puristes, mais il est très plaisant de bout en bout. Et surtout, Bowie s'est entouré de musiciens extraordinaires ! Le guitariste fait des merveilles, on en voudrait même plus sur certains titres, le jeu du pianiste frise la perfection, notamment dans son sublime solo de "Aladdin sane" qui sonne très salsa. Une petite section de saxophones renforce le coté soul du disque, avec un ténor survolté, qui n'arrête jamais ! Tant qu'au batteur, il abat un travail explosif, inventif, en poussant sans cesse les solistes dans leurs derniers retranchements.

La voix de David Bowie est comme toujours impeccable. Très à l'aise dans les différents registres. Il nous offre quelques rock'n'roll fabuleux ("Suffragette city", "Watch that man"), et le second disque se termine en apothéose avec une longue version de "Width of a circle" (quel solo de guitare !) quasi enchaînée avec "Jean genie".

Encore une fois, je ne sais pas ce que vaut cet album dans la carrière de Bowie, je sais simplement que c'est un live passionnant, facile d'accès, qui peut plaire à tous, et permettre de rentrer dans l'univers complexe de ce créateur hors norme. Une réalisation technique impeccable, des chansons toutes réussies, aucune baisse de régime, un orchestre qui insuffle une énergie incroyable... que demander de plus ? C'est de la très très très bonne musique. Un point c'est tout !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 renaissance américaine, 30 janvier 2008
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Enregistré et publié fin 1974, entre Diamond Dogs et Young Americans, est exactement la transition entre ces deux albums, entre deux styles, deux époques, deux âges même, et aussi entre deux continents. Il sonne par moments comme un adieu définitif (enfin, jusqu'à Tin Machine) au rock, d'où sans doute la réputation peu enviable du disque dans certains milieux. Mais celui pour qui Bowie est bien plus qu'un rocker trouvera ici un album somptueux où David reprend en les transformant radicalement des chansons sorties à peine quelques mois plus tôt : Rebel Rebel ou Aladdin Sane sont allés faire un tour dans les boîtes latinos. Soul, reggae, salsa : le disque est incroyblement représentatif de l'ébullition des musiques de danse au milieu des années 1970 qui a préparé l'apparition de la disco. David Live se rattache nettement à Young Americans et ouvre la "période" soul américaine de Bowie. La dernière édition incorpore le formidable Panic in Detroit originellement paru en 45 tours, ainsi que Time et Here Today, Gone Tomorrow, publiés sur la réédition de 1990 et Space Oddity. Un cauchemar à enregistrer, entre conflits avec les musiciens, difficultés techniques de captation, problèmes de droits avec le MSG et incertitude stylistique, David Live est devenu le mirage utopique d'un âge révolu. Merveilleux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Transformation en public!, 16 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Dans toute sa carrière, Bowie n'a pas produit beaucoup d'albums en concert, mais des quelques "live" qui sont parus, celui-çi est certainement le plus ambitieux car David (qui sortait tout juste de sa période Ziggy et avait entamé sa transformation en Halloween Jack avec le concept "Diamond Dogs) a revu et corrigé tous les arrangements de ses chansons avec l'aide de Michael Kamen (qui officie comme second clavier et joue du hautbois).

Deux saxophonistes-flutistes, des choristes et un percussioniste viennent renforcer l'aspect Jazzy et soul que Bowie va donner à sa musique dans un futur proche ("Young Americans" et dans une moindre mesure "Station To Station"). Certains vont reprocher à ce double disque en public, de ne pas être très rock et de sonner froid. C'est justement ce qui me plaît! Bowie a osé (une fois de plus me direz-vous!), il a tout chamboulé (certains diront saccagé) ses classiques de l'époque pour mieux les transformer et en faire quelque chose de neuf (c'est aussi cela l'expérience et la magie des concerts....ne pas se cantonner définitivement aux versions studio des chansons que l'on connait par coeur!). Oui, Bowie a trituré son répertoire et c'est tant mieux!!! Vous aussi, osez, laissez-vous surprendre et plongez avec délectation dans l'univers unique de ce "David Live"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 renaissance américaine, 30 janvier 2008
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live at the Tower Philadelphia (CD)
Enregistré et publié fin 1974, entre Diamond Dogs et Young Americans, est exactement la transition entre ces deux albums, entre deux styles, deux époques, deux âges même, et aussi entre deux continents. Il sonne par moments comme un adieu définitif (enfin, jusqu'à Tin Machine) au rock, d'où sans doute la réputation peu enviable du disque dans certains milieux. Mais celui pour qui Bowie est bien plus qu'un rocker trouvera ici un album somptueux où David reprend en les transformant radicalement des chansons sorties à peine quelques mois plus tôt : Rebel Rebel ou Aladdin Sane sont allés faire un tour dans les boîtes latinos. Soul, reggae, salsa : le disque est incroyblement représentatif de l'ébullition des musiques de danse au milieu des années 1970 qui a préparé l'apparition de la disco. David Live se rattache nettement à Young Americans et ouvre la "période" soul américaine de Bowie. La dernière édition incorpore le formidable Panic in Detroit originellement paru en 45 tours, ainsi que Time et Here Today, Gone Tomorrow, publiés sur la réédition de 1990 et Space Oddity. Un cauchemar à enregistrer, entre conflits avec les musiciens, difficultés techniques de captation, problèmes de droits avec le MSG et incertitude stylistique, David Live est devenu le mirage utopique d'un âge révolu. Merveilleux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Here comes the new soul rebel....., 28 février 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live at the Tower Philadelphia (CD)
In the years 1973 and early 1974, David Bowie's gradual progression into what became his dalliance with "soul" music began with the conga-strewn "Panic In Detroit" and later with the Shaft-like intro of "1984". Nowhere are the seeds of Bowie's chnages sown so early and so deep as on this live recording from July 1974.
Finally remastered to something approaching acceptable sound (although the gig's original limitations are still there), we now get the FULL set list in the correct order ! At last !
The new inclusions are great ones too - a wonderful,breathy "Space Oddity" and a sax-laden "Panic In Detroit". I remember being slightly disappointed in 1974 on purchasing the original vinyl that hitherto "rocky" tracks like "Rebel Rebel"; "Moonage Daydream" and "Watch That Man" had been "souled up" and almost buried under layers of parping sax and rumbling congas. Gone was the tinny Mick Ronson guitar.In its place was a a rhythm Bowie had not really found before.Iliked the renditions at the time, but I preferred the originals. Now, I'm almost split down the middle.
In true Bowie style, this concert was ahead of its time, by light years. "Sweet Thing" actually improves upon the original, as does the odd inclusion of the "prog-rock" cut from "Man Who Sold The World", "Width Of A Circle". The only track to suffer here is "The Jean Genie", whose verses are slowed down to a Brechtian spoken narrative. If I'm totally honest here, Bowie kills the track stone dead !
However,all this is forgotten with one listen to a peerless rendition of "Time", with Mike Garson's clunking piano sounding even madder than on "Aladdin Sane" and Bowie singing THAT line with the most lascivious leer in his voice!
"Here Today Gone Tomorrow" is a crisp, clear cover, although "Kock On Wood" still sounds as pedestrian as it ever did. Overall this is an essential work and hearing it it remastered and with the new tracks breathes new life into an almost forgotten dinosaur that Bowie himself refuses to listen to. Amazing,therefore, that he allowed Tony Visconti to tinker with it again. I'm glad he did !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 pop-style, 20 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Combien de chamailleries autour de Bowie ? Combien de combats de rue provoqués par le Pour et les Contre Bowie ? ... Aucune idée. Tricoter en écoutant Live est un délice. Bien malin qui pourra dire si ce disque peut se contenter de l'appellation 'pop-style'. Malgré une pochette hideuse, ce disque reste superbement efficace : contemplatif et enragé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 David... Pas si live!, 12 mars 2005
Par 
wincepr (côte atlantique) - Voir tous mes commentaires
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Live (CD)
Malgré toutes les critiques lues ici et là à propos de cet album qualifié de moyen, moi je l'aime. Aussi vrai qu'il ne soit pas vraiment live. Pas aussi public que ça!
Il témoigne du bouleversement musical qu'opère le cocaïné David en ces mid 70'. Après avoir somptueusement assassiné Ziggy et sa glam team, l'élégant artiste vire à la soul blanche. Avec talent. Ce que confirmeront « Young americans » et « Station to station ».
Dans cette réédition, les bonus tracks « Panic in Detroit », « Here today, come tomorrow » « Time » (déjà présents sur la version éditée par Sound and vision) sont plus qu'honnêtes. Exception faite de cette tristounette version de « Space oddity » à la qualité sonore plus que douteuse. Pour les autres titres revus et corrigés rhythm and soul, moi j'aime. « Knock on wood » digne reprise! « 1984 », « Rebel rebel » chaloupant à souhait! « Aladdin sane », « Rock and roll with me » toujours aussi glauque! « Diamond dogs » encore plus apocalyptique que jamais! Quant à la voix du maître, elle croone juste façon Sinatra. De quoi se pâmer... Manque plus que les images d'un show qui ne vint pas en Europe et qui fut exceptionnel de mégalomanie... Je demande à voir!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

David Live
David Live de David Bowie (CD - 2005)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit