undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles7
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:26,56 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce premier album est plutôt isolé dans la discographie de Magma : d'une part, sa tonalité générale n'est pas étouffante ou répétitive, contrairement à "Köhntarkösz" ou "M.D.K." (les deux autres sommets du groupe); d'autre part, son instrumentation, diversifiée, est dominée par les (nombreux) instruments à vent, que l'on entendra beaucoup moins voire plus du tout après le suivant, "1001° Centigrades", tout comme les guitares...
"Kobaïa" est une grande fresque descriptive, une sorte de "poème jazz", mais un jazz étrange et jamais entendu jusqu'alors, à l'architecture solidement et précisément écrite, un peu à la manière d'un Weather Report, mais en plus original encore et surtout beaucoup plus obscur... (on pense aussi au Miles Davis de "Pangaea" ou de "Bitches Brew" : même furie, même folie, et ce désir d'explorer des territoires si loins de tout...); une fresque en dix tableaux expressionnistes, composés par différents membres du groupe : ainsi, Christian Vander est l'auteur de la majorité des morceaux (six en tout, dont les trois premiers et les deux derniers), réellements hallucinants, extraordinaires... Les morceaux de Teddy Lasry, de Laurent Thibault, de François Cahen et de Claude Engel, plus lumineux dans l'ensemble, sont incroyables également.
Dans ce double-album à la fois déroutant et envoûtant, les cuivres et les bois jouent les premiers rôles : saxophones, flûtes, hautbois, trompette... Mais le piano y est aussi omniprésent, ainsi que les guitares, et puis il y a les voix, tour à tour chantantes ou hurlantes, bizarrement mélodieuses, incantatoires (et porteuses de messages d'amour mais aussi de menaces à l'encontre de terriens aveugles et sourds), et enfin la rythmique fabuleuse sur laquelle tout repose, basse, contrebasse, et évidemment la batterie monstrueuse et tentaculaire de Christian Vander !
Jamais on ne s'ennuie : les climats se succèdent, tour à tour exhaltants, angoissants, joyeux, contemplatifs, exprimés par une envolée de saxophone soprano ici, de doux arpèges à la guitare ou au piano ailleurs, une voix étrange au langage inconnu qui hurle soudain toute seule dans le vide, des cavalcades de guitare électrique ou de piano sur des rythmes endiablés... des pastorales de bois sur des tapis de guitare acoustique... des voix venues d'ailleurs, qui sont parfois voix, parfois instruments... Des psalmodies d'instruments à vent tout dressés vers des cieux noirs mais ô combien prometteurs de mille merveilles !
Musique spectaculaire, chatoyante, rugueuse, douce, violente, inquiétante parfois et aussi reposante par moments... Une oeuvre grandiose autant qu'étrange, qui nous transporte et nous secoue à chaque écoute, et qui nous emmène tels des voyageurs de l'ultime sérénité, vers un monde appelé Kobaïa...
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2003
Ni pop, ni jazz, ni musique d'hier, ni musique de demain. Magma est poussé par une force incroyable à prendre les instruments et à frapper. La musique de Magma comporte des traces de choses déjà entendues, réminiscences de hard rock ou de free jazz, mais ces influences ont été remarquablement comprises et assimilées, et tellement fondues en une conception originale et totalement personnelle au groupe qu'elles n'apparaissent jamais comme les éléments d'un collage artificiel. Musique dont l'impact fait un peu oublier les raffinements techniques et la complexité réelle des arrangements, tant celui qui l'écoute se trouve submergé par l'agression sonore des cuivres, la rage d'une section rythmique très différente des habituels monolithes binaires du rock, la diversité des couleurs sonores. Musique bâtie sur les contrastes, suspendue par instants, au hasard d'une introduction ou d'une baisse d'intensité, aux trilles solitaires d'une flûte et d'un piano, beauté esquissée pour être mieux déchiquetée, l'instant d'après, par un déferlement furieux. Par-dessus ces parties orchestrales minutieusement écrites, une voix à la tessiture très classique se perd dans de mystérieuses incantations, ballottée dans la tempête, sombrant parfois pour un temps, mais resurgissant toujours pour chanter, dans un langage inconnu où roulent les r, des rêves couleur de métal. L'étonnant est que cette musique entièrement écrite trouve dans le feu qui l'anime une forme bizarre de souplesse, presque la spontanéité d'une improvisation collective. Ce qu'elle n'est pas. La musique de Magma est tout à fait inconfortable, elle vous plonge dans l'inconnu d'un voyage halluciné, hagard. Agression des stridences, dérision des rythmes à trois temps, des roulements de tambour militaires.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Première déclaration d'intention, première symphonie martienne du plus unique des groupes de rock progressif de chez nous, un des plus uniques tout court d'ailleurs, c'est évidemment de Magma que l'on cause, Kobaïa est un double album où Stravinsky, Orff, Wagner, John Coltrane évidemment, on va y revenir, King Crimson et l'Opéra de Quat'Sous de Brecht/Weill se rencontrant sur une lointaine planète, s'affrontant pour le meilleur et l'exceptionnel : un grand chaos apparent qui fera florès.
Mais évidemment, Magma est plus que la somme de ses influences, Magma c'est avant tout la création maniaque d'un batteur et vocaliste totalement atypique, un petit gars de Nogent-sur-Marne, fils adoptif du pianiste de Nougaro, en quête de la note suprême depuis que, adolescent, il découvrit un jazzman aussi halluciné que passionnant : John Coltrane. Parce que s'il y a une influence qu'on ne peut pas mettre sous l'éteignoir, une qui est suffisamment présente et décisive pour que tout l'art à venir du combo en général et de son indéboulonnable leader en particulier s'en ressente c'est bien celle du mythique natif de Caroline du Nord.
Et donc Magma, c'est du jazz ? Oui ! Et non. C'est du jazz libre et contemporain empruntant, présentement, à la naissance de la décennie progressive, aux possibles de son temps mais pas pour suivre les outre-manchots ou outre-atlanticards et autres teutons-au-chou, non, pour créer une symphonie qui deviendra un univers, avec sa propre langue, son propre son et même, honneur ultime, son propre genre, ce zeuhl qui gagnera bien d'autres formation, bien d'autres territoires. Et c'est ici que tout commence, sur un double album, pas moins, un chaeur post-apocalyptique et transcendant, un opéra spatial, une création savante où les capacités d'instrumentistes, pas forcément tous virtuoses d'ailleurs, sont avant tout le matériau organique sur laquelle l'aeuvre est construite. Pas de blabla inutile, de performances nombrilistes voir onaniste mais un tout, d'une terrible cohérence, d'une incroyable noirceur, qui laisse tout sauf indifférent.
Magma fera mieux ? Sans doute. Mais la naissance d'un mythe, d'un genre et d'un personnage (Vander !) qui continue, tel qu'en lui-même, à faire vivre son Art, ça se célèbre ça s'apprécie sur un excellent Kobaïa, le nom de leur planète à eux, qu'on continue de décortiquer avec ravissement, 45 ans après.

CD 1
1. Kobaïa 10:15
2. Aïna 6:15
3. Malaria 4:20
4. Sohïa 7:00
5. Sckxyss 3:47
6. Auraë 10:55

CD 2
7. Thaud Zaïa 7:00
8. Nau Ektila 12:55
9. Stoah 8:05
10. Muh 11:13

Klaus Basquiz - vocals
François Cahen - piano
Claude Engel - guitars, flute, vocals
Teddy Lasry - soprano sax, flute
Richard Raux - alto and tenor sax, flute
Alain "Paco" Charlery - trumpet, percussion
Francis Moze - electric bass, contrabass
Christian Vander - drums, vocals
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2011
Pochette magnifique, sans doute un peu réaménagée, mais de grande qualité. Restauration superbe, bien lisible sans rendu artificiel, dépassant la version Seventh Records de 1988 en CD (déjà pas mal). Les aigus sont à tomber. Grâce soit rendue à Mercury pour nous proposer ces rééditions vinyles indispensables à des prix corrects ! PS: il en reste à rééditer !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2013
Dans un monde ou la musique a perdu de sa couleur et de son sens lyrique il y a deux hommes Laurent Thibault et Christian Vander qui se lancent dans le projet fou de réaliser leurs rêves
Leurs rêves sont pleins de couleurs de poésie de peuples libres et égaux mais face aux démons qui vivent la musique il vont être obligés d'extraire toute la force qui les anime pour révéler au monde une nouvelle ère musicale
Leur travail va être perçu comme trop bruyant par bon nombre de gens
Mais magma ne veut pas plaire magma veut révéler au monde la vrai musique celle d'un temps nouveau
Dans ce premier album Christian s'amuse a faire jouer les parties de guitares par les cuivres et vis versa il s'amuse a decomposer et recomposer ce qu'il écrit il joue sur les temps et le binaire du rock n'est la que pour marquer un manque de compassion a cette musique en perdition
Morceau qui ne bougera pas d'un pouce jusqu'à aujourd'hui et a mort
Ce disque s'ecoute d'un trait
Les morceaux s'enchaînent et s'appellent l'un apres l'autre
La musique de magma prend toute sa dimension au fur et a mesure du disque
On peut y trouver tout un tas d'influence de stravinsky a bartok en passant par coltrane évidement tout y est
Opus majeur dans la vie de magma
Opus qui donnera la couleur a toute l'œuvre de Vander
Tout au long de sa carrière Vander a su donner pas chance à chaque musicien
Musiciens qui ont servi la cause de la musique différente musique non commerciale musique pure au sens propre du terme
On peut comparer le travail de Vander a celui de Miles Davis
Plus de 100 musiciens on travaille a ce projet
Et celle Davis a lui aussi fait naître tant d'artistes
Un disque intense a écouter et réécouter
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2014
Je parle un petit peu du française seulment, alors en anglais...

Vinyl arrived swiftly and in perfect condition. Great record, very happy to have it in my collection. I now have all the key early Magma albums on good quality vinyl. Great seller, would definitely buy from again.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2010
Une erreur s'est glissée dans la présentation de ce disque vinyle . Il ne s'agit pas d'un simple , mais bien d'un double . Exactement conforme à l'original de 70 donc , achetez sans crainte . Magnifique vinyle .
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)