Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Perle éblouissante, 5 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rimski-Korsakov : Schéhérazade - Stravinski : Le Chant du Rossignol (CD)
À ce jour, cette exécution de Shéhérazade de Rimski-Korsakov (je ne parlerai pas du Chant du Rossignol de Stravinski) est considérée par beaucoup comme l'une des meilleures voire la meilleure. Et il en est de même de cet enregistrement de l'Orchestre symphonique de Chicago de février 1960 sous la direction de Fritz Reiner (proposé en version "Living Stereo" sur SACD !). Souplesse, clarté, intensité, contrôle, sensualité, passion, finesse, émotion sont à leur comble. C'est un enchantement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une conception avant tout "masculine", 28 février 2012
Par 
Lamouche Jean-Luc (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Conducts Rimsky: Korsakov (CD)
Comparons les versions du "Shéhérazade" de Rimsky-Korsakov par Fritz Reiner, chef d'orchestre d'origine hongroise, naturalisé américain, et celle dirigée par Leonard Bernstein (déjà critiquée par votre serviteur sur "Amazon" - à la date du 8 février 2012). Reiner fait ici du "rentre-dedans", dès les premières mesures du premier mouvement ("La Mer et le Bateau de Sinbad") ; les tempi sont rapides et la conception interprétative apparaît comme assez germanique. De même pour le quatrième mouvement ("Fête de Bagdad, la Mer, Le Bateau se brise sur les Rochers"), en dehors de sa coda apaisée. Le chef a donc choisi d'abord le drame. Mais, il fait aussi ressortir de grandes douceurs : ainsi, dans le deuxième mouvement ("L'Histoire du Prince Calender") ; tout ici est clarté, transparences, couleurs. Drame et tendresse mêlés, en somme. Le chef dispose d'un excellent orchestre : le Chicago Symphony Orchestra, discipliné et maîtrisé. Il a également un violon solo - Sidney Harth - de grande qualité, exprimant tendresse ou virtuosité. Au total, la version de Reiner semble globalement plus "masculine" que celle de Bernstein - davantage en rapport avec les éléments liés à la Jeune Princesse (donc plus "féminine") ; ceci malgré le troisième mouvement ("Le Jeune Prince et la Jeune Princesse") de la version Reiner. Deux interprétations donc (grandeur contre rutilance ?), en partie différentes, mais d'une valeur artistique égale. Ajoutons, pour terminer, que ce CD nous livre une magnifique prise de son, avec une stéréo superbe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Scheherazade en "living stereo" 1960 !, 30 mai 2010
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rimski-Korsakov : Schéhérazade - Stravinski : Le Chant du Rossignol (CD)
Une oeuvre emblématique de la musique russe, Scheherazade (44'), Un Chicago Symphony Orchestra rutilant, un vrai chef à la baguette en la personne de Fritz Reiner, tels sont les ingrédients de CD ! Le son "Living Stéréo" est proprement stupéfiant ! Une Sheherazade envoûtante ! En complément une oeuvre de Stravinsky peu connue (22') ... On aurait préféré L'Oiseau de Feu !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Splendeur, 5 décembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rimski-Korsakov : Schéhérazade - Stravinski : Le Chant du Rossignol (CD)
Les rééditions de RCA en SACD dans la collection Living Stereo atteignent ici un sommet. La qualité sonore et l'impact du Chicago Symphony sont impressionnants. Servi par une prise de son magnifique, un remastering éblouissant et la large bande passante du SACD, cet enregistrement se rapproche beaucoup de la musique vivante, celle du concert. Je n'avais jamais entendu Scheherazade avec une telle dimension. Incontournable!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Classique, 19 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rimski-Korsakov : Schéhérazade - Stravinski : Le Chant du Rossignol (CD)
Cette critique fait référence à la version SACD (Super Audio CD) sortie sur le label Living Stereo il y a déjà quelques années et proposée sur le Marketplace autour des 5€. Ce disque a été réédité (toujours en SACD donc) par Analogue Production à 30€ (au moment de cette revue).

Tout d'abord mes excuses aux spécialistes du Classique pour ce qui va suivre car je ne suis pas un "expert". J'ai découvert cette oeuvre par hasard alors que j'essayais d'améliorer ma culture de cet art musical. J'entends donc le 4ème mouvement dans une interprétation dont j'ai oublié le nom du chef d'orchestre. C'était il y a 15 ans au moins. Une révélation pour un néophyte comme moi. Je décide de trouver l'oeuvre dans son entier, parcours les revues spécialisées (10 de Répertoire, Diapason, Le Monde de La Musique) à la recherche de la meilleure interprétation. Après de multiples hésitations, je finis par choisir la version de Kondrashin dans la série Solo de Philips. Et là, une claque. Il y a un je ne sais quoi dans le jeu du violoniste, dans le tempo emmené par le chef d'orchestre qui transcendent l'oeuvre. On y est.
Alors pourquoi racheter une autre version. Parce que j'ai souvent été impressionné par la qualité technique des enregistrements Living Stereo, que mon installation me permet de profiter du support SACD, et parce que Reiner n'est pas un débutant (sa version est elle aussi plébiscitée).
Venons en au fait. L'enregistrement est magnifique en SACD multicanal Les 3 micros d'origine sont reproduits sur les 3 enceintes frontales, Si vous avez l'équipement, c'est un régal, on ne croirait pas que l'enregistrement a plus de 50 ans.On est dans la salle !
Personnellement, malgré toutes ses qualités techniques, le rendu du support, le jeu de l'orchestre, ma préférence va à l'édition de Philips qui (en tout cas sur Amazon.fr) dépasse désormais les 30 € en NEUF (pour une édition à la base ECONOMIQUE ?!). Sans doute, en fouillant dans les fonds de bacs, celle-ci sera plus abordable. Par contre, je ne sais pas si la réédition par Analogue Production vaut la différence de prix, mais je peux dire qu'à 5 €, l'original vaut largement le détour, car lisible sur n'importe quel lecteur CD (puisqu'il s'agit d'un hybride).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit