Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Deux Fidelio à comparer dans une édition luxueuse, 22 mars 2010
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fidelio (CD)
C'est d'abord la collection ANDaNTE (ça s'écrit comme ça) de Naïve qui mérite tous les éloges: sources pas filtrées abusivement, véritable livre trilingue à la place d'une simple notice, pouvant dépasser les cent pages. Ce livre comprend des photos nombreuses, reproduites avec soin, et souvent peu connues, des articles explicatifs approfondis, des aplats occupant une page et comprenant le début de certains articles en gros caractères (la suite est évidemment sur fond blanc et en caractères normaux), le tout manifestant beaucoup de goût et présenté sur beau papier épais. Pour des enregistrements du domaine public, c'est un luxe auquel on n'est pas habitué, surtout à ce prix avantageux. Apparemment chaque album de la collection comprend quatre disques bien remplis et certains permettent des comparaisons entre enregistrements d'une même oeuvre.

Ici, nous avons deux versions viennoises de Fidelio; l'une est bien connue, c'est celle de Furtwängler le 12 octobre 1953, dans un son meilleur que chez certains éditeurs, l'autre est plus rare et date du 5 et 7 février 1944, elle est dirigée par Böhm, il s'agit d'enregistrements de radio après représentations publiques, dans une qualité sonore excellente pour l'époque.
Globalement, la direction fait que l'enregistrement de Furtwängler est le plus génial, mais la version de Böhm est remarquable, d'autant plus que certains chanteurs sont de très haut niveau ou peu documentés: la Marzelline de Irmgard Seefried (24 ans)et le Pizarro terrifiant de Paul Schoeffler sont à remarquer, de même que l'excellent Rocco de Herbert Alsen, plus noble que d'autres dans ce rôle, mais on entend aussi les moins mémorables Torsten Ralf, Hilde Konetzni, etc. La distribution de Furtwängler est excellente aussi, avec entre autres la puissante Martha Mödl en Leonore, une des multiples incarnations du Rocco idéalement rugueux qu'était Gottlob Frick, Windgassen, Jurinac, qui n'atteint certes pas le niveau de Seefried, Alfred Poell, Rudolf Schock, mais le Pizarro de Otto Edelmann n'est pas assez impressionnant. Dans les deux cas, la magnifique ouverture de Leonore III est intercalée dans le finale, selon la tradition que l'on devait, sauf erreur, à Gustav Mahler; elle en interrompt la joie torrentielle tout en l'intériorisant, mais c'est pour mieux y revenir, finalement l'idée n'était pas si mauvaise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fidelio
Fidelio de Furtwangler (CD - 2005)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit