undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVDModifier
Prix:24,99 €+ 2,79 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 9 janvier 2009
En 1982, le cinéaste allemand Wim Wenders réalise cet hommage au Film Noir, autant qu'à l'écrivain éponyme, Dashiell Hammett. Hammett, père fondateur de la Série Noire, fut avant d'écrire, détective privé. C'est ainsi qu'il écrivit des romans très réalistes, violents, cyniques (« La Moisson Rouge »), C'est en s'inspirant de ce passé, que Wenders va développer son scénario.

San Francisco. Hammett qui rédige des feuilletons pour la presse populaire, accepte de suivre son ami et mentor Ryan, dans les ruelles enfumées de Chinatown, à la recherche d'une jeune prostituée chinoise, Crystal. Lorsque Ryan disparaît à son tour, l'écrivain-détective reprend l'enquête à son compte...

Produit par Francis Ford Coppola, ce film est un brillant exercice de style. Toutes les figures et personnages du Film Noir sont réunis. A commencer par une intrigue complexe, qui évoque LE FAUCON MALTAIS autant que LE GRAND SOMMEIL (de Chandler). Fredéric Forrest campe un Hammett classieux et entêté, multiplie les clins d'oeil à Bogart (qui incarna Sam Spade sous la direction de John Huston) dans la manière de jeter ses cigarettes, de déjouer des filatures, ou de lancer des "so long kid" le sourire en coin. Au menu, chantage, pornographie, corruption, fumerie d'opium, salle de jeux, porte-flingue bas du front, et voisine bibliothécaire rousse incendiaire ! La mise en scène de Wenders, élégante, nonchalante, regorge de références, baigne dans une magnifique lumière, des cadres très étudiés, et soulignée d'une partition de piano jazzy.

Wenders ne se contente pas d'un simple hommage, il nous montre la genèse du Roman Noir, les rapports entre réalité et fiction, les affres de la création. D'après ce que j'ai lu il semblerait que la production fut longue et complexe, Coppola trop présent, et au final, Wenders ne se déclara pas satisfait du résultat.

HAMMETT, bien qu'un peu froid et sans doute trop sophistiqué (on est en droit de préférer CHINATOWN de Polanski), n'en reste pas moins un brillant exercice stylistique, impeccablement interprété, où on a plaisir à retrouver Elisha Cook, croisé notamment dans THE KILLING de Kubrick.
0Commentaire18 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

62,76 €