Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magistral, 31 mai 2005
Par 
jacqueslefataliste (Albi, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schubert : Le Chant du Cygne - Beethoven : An die ferne Geliebte (CD)
Après un fabuleux Winterreise, capté lui aussi au Wigmore Hall de Londres, Matthias Goerne et Alfred Brendel nous livrent un concert qui n'est pas moins transcendant.
Le programme (An die ferne Geliebte de Beethoven puis le Schwanengesang de Schubert) est identique à celui de leur très mémorable concert parisien du 5 juin 2001 (auquel j'ai assisté saisi et médusé) et il est extrêmement beau : les six lieder enchaînés de An die ferne Geliebte constituent une introduction délicate et vraiment remarquable à une mélancolie que le Schwanengesang creuse ensuite en deux étapes décisives : les Rellstab-Lieder, d'abord, augmentés de Herbst, qui préparent le naufrage, et les Heine-Lieder, ensuite, qui l'accomplissent et nous plongent dans l'abîme (Die Taubenpost, seul Lied du Schwanengesang composé d'après un poème de Seidl et nettement plus léger de ton est judicieusement donné en bis).
Au fur et à mesure de ce magnifique programme et dans des tempi toujours retenus, Goerne et Brendel, dont l'entente est rigoureusement sans faille (complicité, sobriété, concentration absolue), nous entraînent dans les profondeurs et produisent une émotion qui est sans équivalent. Ecoutez, notamment, le temps comme suspendu et littéralement fantomatique de Der Doppelgänger : a-t-on jamais entendu une telle angoisse, un tel effroi, un tel cri de désespoir ? Ecoutez encore Die Stadt, Am Meer ou In der Ferne et vous serez définitivement emportés.
Cet enregistrement est donc magistral et s'impose à mes yeux tout en haut de la discographie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Livret, 11 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schubert : Le Chant du Cygne - Beethoven : An die ferne Geliebte (CD)
Il n'y a pas de traduction française des "lieder" dans le livret joint au disque, et comme régulièrement aujourd'hui, le consommateur est obligé de rechercher la traduction sur Internet, et de l'imprimer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit