undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles28
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
26
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,23 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEEle 1 octobre 2005
Antony , c'est le petit gros du fond de la classe auquel personne ne faisait attention, sauf quand la maîtresse l'interrogeait et qu'il répondait avec sa drôle de voix de fausset. Quelques uns remarquaient pourtant que depuis que Culture Club avait sorti son premier album, le petit Antony était devenu franchement bizarre, s'habillant en fille les dimanches et rêvant longuement dans sa chambre ... pas étonnant que le premier à l'accueillir ait été l'ésotériste David Tibet (Current 93), sur son label « Durtro », pour un premier album éponyme qui planait déjà au-dessus des autres. Aujourd'hui, Antony revient et il est devenu un oiseau.
Drôle d'oiseau quand même, à la fois corbeau dans ses évocations de l'amour déçu, de la mélancolie ou de la mort, et Phénix par sa capacité à renaître de tant de petites morts, de tant de déceptions que l'on devine dans le chevrotement profondément émouvant de sa voix androgyne. S'accompagnant sobrement au piano, Antony donne envie de pleurer et de sourire à la fois. Soutenu ici et là par des Johnsons mystérieux ou célèbres, par des cordes fragiles, par des guitares maigrelettes, Antony invite justement son idole d'enfance, le trublion déchu Boy George, à pousser d'étonnantes vocalises sur le troublant « You Are My Sister », tandis que Rufus Wainwright, épouse cet univers unique (à la fois noir et blanc) sur le définitif « What Can I Do ? » (une méditation languide sur la mort), que Devendra Banhart participe à « Spiraling » et que Lou Reed en personne, le « transformer » d'un autre temps, vient réciter un poème en s'accompagnant à la guitare (il y produit un solo qui, autrefois, aurait fait gratter des pages et des pages au fameux Lester Bangs) sur le tube underground « Fistful of Love », superbe. Malgré ces invités étonnants, Antony garde une emprise totale sur ce disque magnifique, toujours juste, chancelant mais ne tombant jamais. Antony est un oiseau maintenant : il est posé en équilibre sur un fil tendu ... regardez-le, écoutez-le, il va bien bientôt s'envoler !
PS-1 : Un Ep contenant deux titres inédits (+ « Fistful of Love ») : « The Lake », une adaptation d'un poème d'Edgar Poe avec un accompagnement superbe au violoncelle et au piano, et « The Horror Has Gone ».
PS-2 : Antony & The Johnsons viennent de remporter le prestigieux Mercury Prize 2005 pour ceet album, battant au passage des nominés comme Bloc Party, KT Tunstall, Maximö Park ...
0Commentaire|34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2005
Merveilleux, splendide, angoissant, onirique, sombre, reposant, etc... Les qualificatifs ne suffisent plus pour ce magnifique 2éme opus de "Antony and the Johnson", où le chant, entre lyrisme et soul, sublime les mélodies, conférant à l'ensemble de l'oeuvre, très homogène, l'étrange pouvoir de nous faire basculer tantôt dans la béatitude, tantôt dans l'angoisse ou la dépression. On notera comme sus-cité la participation de quelques pointures.
"I am a bird now" EST l'album à se procurer en se début d'année. Ne serait-ce que pour nous rappeler ce que chanter signifie depuis la disparition du regretté Jeff buckley.
Si vous avez aimez "Antony and the johnson" pourquoi ne pas essayer "Micah P.Hinson and the gospel of progress"?
0Commentaire|30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2005
Dans ses chansons, Antony aurait voulu être au choix : un enfant, une très jolie femme, un oiseau.
Mais dans la vraie vie, Antony est une icône gay et accessoirement un formidable chanteur dont la voix, plaintive et originale rappelle dans sa tonalité le chanteur d'Erasure (tiens tiens...).
Ses chansons sont d'extraordinaires ballades poignantes et larmoyantes ou le piano est l'instrument principal, accompagné parfois par de doux violons ou des trompettes maussades.
Coté, Antony connait la crème de la crème new yorkaise : Lou Reed (et oui) qui vient poser sa voix rugueues au début de "first full of love", Boy George en choriste de luxe sur "for today im a boy", Rufus Wrainwright sur "man is a baby" (dont la musique de ce dernier est voisine) et "spiralling" avec Denevdra Banhart (compagnon de label), ce que j'adore, c'est que tous les invités rentrent dans le cadre austère des chansons ce qui confère au disque une belle unité. On trouve même une citation de Marc Almond ( dont la musique est très proche) à la suite des crédits.
Si vous aimez les chanteurs cité plus haut, la grande (pop) musique orchestrale et que vous aimez vous entourer quelquefois d'une atmosphère mélancolique, je vous recommande ce disque magnifique.
0Commentaire|27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2005
Cet album d'Anthony and the Johnsons est une pure merveille. Entre baroque, soul, gospel, et volupté du piano, Anthony nous livre des textes émouvants. Cet artiste androgyne nous livre une musique à laquelle on ne peut rester insensible. Avec des invités de marque tels que Lou Reed, Devendra Banhart, Boy George, et Rufus Wainwright, cet album est selon moi la plus belle réussite de 2005. A ne pas manquer!
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Antony aurait voulu être une femme, un oiseau, mais en tout cas autre qu'un homme. Tout au long de cet album poignant, Antony parle de sa douleur et de sa quête d'identité. Et la force d'Antony, c'est de le faire de façon directe , au premier degré : cette aspiration à être autre est sa douleur, il la chante et elle devient la notre. Cela confère à Antony une force et une universalité qui évitent à sa personnalité troublante l'écueil de n'être qu'une curiosité de plus dans la longue histoire des artistes pop, et de se retrouver ranger quelque part dans les rayons phénomènes bizarroïdes ou culture gay. Par bien des aspects, l'intensité des chansons d'antony n'est pas sans rappeler la douleur des lieds de Schubert, hantés par la quête de l'amour et le sentiment de ne pas appartenir au monde (voir le Voyage d'Hiver). Et le choix d'avoir mis en musique le poëme d'Edgar Poe "The Lake" me semble confirmer cette filiation avec les romantiques du XIXème siècle. Cette chanson est d'ailleurs une des plus belles d'Antony : pour ceux qui ne la connaissent pas, précipitez-vous sur le EP. Si vous vous procurez I am a bird now, prenez cette édition qui intègre le Ep en deuxième CD. C'est un indispensable.
Pour l'avoir vu en concert, je peux dire qu'Antony tient toutes ses promesses sur scène, et plus encore. J'admets que j'étais inquiet car je me demandais si sa musique si fragile, si délicate résisterait aux feux des projos et à l'amplification des salles de concert. Et il y avait aussi le problème de sa voix : serait-elle aussi belle, aussi souple et aussi juste que sur le disque ? On sait tous que ce que le travail de studio permet... Hé bien la scène confirme l'immense talent et le charisme d'Antony : il y est totalement à l'aise, et sa voix si étrange, qu'il maîtrise parfaitement, fascine et bouleverse. De plus, Antony révèle un humour et une faculté de communication avec le public qu'on ne pouvait pas forcément soupçonner: la présence d'Antony est aussi forte que sa musique, et c'est la marque des grands. La scène confirme donc que cet album n'est ni un moment de grâce, ni un coup de pot, ni une simple réussite de studio ou de production, mais bien le résultat sincère d'une culture, d'une maturité artistique, du travail maîtrisé et pensé d'un artiste dont la carrière s'annonce passionnante.
0Commentaire|36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2006
Ils vous emmenent trés loin, trés haut. Personnellement je me suis beaucoup retrouvée dans cet album. Sa voix est hors du commun, les paroles sont délicates et s'accorderaient presque comme un poeme.Un vrai bijou .....
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 avril 2005
il faut avoir le coeur bien accroché pour écouter ce disque en intégralité. C'est merveilleux, désespéré à souhait, la voix est surprenante : prévoyez mouchoirs et antidépresseurs, ou un gros calin pour vous faire consoler. J'y retourne.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Anthony, l'être à part, nous adresse ce deuxième opus en provenance de la planète Mystère... Le décodage date de 2005 et il s'est bien passé...
Il y a un peu toutes les tendances dans ces compositions surréalistes : de la soul, du folk, de la country, du blues, du lyrique aussi... et surtout, cette voix ! qui embarque le tout dans un univers contrit sans être hermétique, inquiétant sans être angoissant, bref encore accessible. Le troisième album sera à la fois plus sombre et plus dense.
Ici, l'étrange "Hope There's Someone" ou "Free At Last" côtoie les tranquilles folk songs "For Today I Am A Boy" ou "Fistful Of Love". Avec toujours cette voix émouvante, à la fois baroque et fragile et qui nous sert de fil rouge... un point de repère auquel on s'accroche, curieux de savoir à quelle sauce les nouveaux plats vont nous être servis.
Alors, laissez vous surprendre, c'est une expérience troublante et sans danger ... Quoique.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
unique! une voix magnifique, une musique pure, parfois discrète, un talent qui n'a pas besoin de centaines d'effets pour ressortir. Bref, un bol d'air frais et de sentiments! Dur de retenir ses larmes sur You are my sister. Je rêverais d'être à la place de ceux qui vont le découvrir, pour ressentir à nouveau cette surprise délicate!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2005
C'est juste à tomber. Une voix entre étoiles et larmes. Un cri doux , plein d'amour qui crie sa volonté d'être différent, d'être reconnu. Une vraie expérience. Emule de Boy Georges pour l'androgynie, Antony navigue en indépendance, apparaît en mère du monde de son pote Devendra Banhart. Un chant à la foix classique, strident, rock, folk et surotut généreux. Un duo avec Lou Reed grand admirateur du phénomène devrait finir de convaincre les plus réticents. C'est une des révélations majeurs du moment, on devrait le cotoyer pour quelques années sauf accident...
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,49 €
9,99 €
16,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)