undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

41
3,7 sur 5 étoiles
Hannibal [Édition Single]
Format: DVDModifier
Prix:6,95 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juillet 2014
"Le président des Etats Unis a été enlevé et est retenu en otage sur la Lune." : non mais sans déconner, Amazon ? Vous devriez revoir la fiche de description du film...

"Hannibal" est un film qui avait tout pour plaire : bon scénario, excellents acteurs, sublimes paysages, magnifique bande son... Et pourtant, quelque chose ne va pas. L'alchimie du premier opus s'est évanouie, et je crois que c'est en partie à cause de ça que les critiques sont si dures avec lui.
Car "Hannibal" n'est pas un mauvais film, loin de là... Seulement, c'est un peu comme réaliser un plat tout juste bon avec des produits coûteux et de première qualité, pour développer une métaphore culinaire qui serait du goût du personnage principal. C'est rageant.
Ça l'est d'autant plus que "le Silence des agneaux", avec peu de moyens, avait réussi à concocter une pure merveille.
Et puis on se dit que certains éléments auraient pu être traités autrement... La fin, notamment, si différente du livre de Harris, mais désireuse de respecter le bon sens, l'éthique, la morale hollywoodienne...
Julianne Moore, dans le rôle de Starling, s'en sort plutôt bien... Mais elle ne laisse rien transparaitre de ses sentiments pour le docteur. Juste une larme... Alors que dans le livre, Hannibal et Clarice s'envolent ensemble pour Buenos Aires...
Cet amour unilatéral devient donc pataud, lourdaud, sans saveur.
Anthony Hopkins, qui avait fait du premier film un véritable succès, avait su donner à Lecter tout son charisme, son magnétisme, qui nous rappelle la part sombre qui sommeille en chacun de nous. Là, il a grossi, vieilli, et vanne ses adversaires à grands coups de : "ok, d'ac !"
Et Dieu sait si ça me fait mal de dire ça.
Je crois vraiment que le problème du film vient vraiment de cette alchimie perdue entre Hannibal et Clarice. Alors oui, les décors sont à tomber, la musique de Zimmer envoûtante (le passage à l'opéra sur l'air de "vide cor meum", sublime...) mais ça ne suffit pas.
Alors pourquoi 4 étoiles ? Hé bien, parce qu'on aurait pu rien avoir. Et je me dis que ce film, c'est beaucoup mieux que rien. La critique a été dure, sans doute, mais parce que la barre avait été placée aussi tellement haut... Comment admirer les nuages lorsqu'on a atteint les étoiles ?
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 décembre 2002
si j'avais du m'arréter à toutes les mauvaises critiques, je n'aurais jamais vu ce film. j'ai pourtant acheté le collector les yeux fermés, et... j'ai passé un très bon moment. le film est très graphique, les acteurs sont au top, et Lecter et Starling nous dévoilent une pseudo histoire d'amour sympathique. bref, on ne s'y attend pas. si on veut revoir de ce que l'on a déjà vu dans le film "le silence des agneaux", il n'y a cas acheter le collector du même nom. sinon, il y a Hannibal... la critique a été rude je trouve. le collector, lui, et tout aussi classe. bref, un indispensable je pense... que je suis heureux d'avoir à la maison en tant que DVDvore.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 février 2013
Hannibal est un film américano-britannique réalisé par Ridley Scott, adapté du roman éponyme écrit par Thomas Harris, et produit par Dino De Laurentiis, sorti en 2001. Dix ans après Le Silence des agneaux, Hannibal Lecter hante toujours Clarice Starling, devenue agent du FBI. Mason Verger, seule victime rescapée du docteur cannibale, veut le capturer et le voir souffrir d'une façon inimaginable. Les lieux du film alternent entre l'Italie et les États-Unis.

Synopsis :

Après s'être échappé de sa captivité, le docteur Hannibal Lecter vit désormais en Italie à Florence où il est devenu le conservateur d'une bibliothèque. Mais Mason Verger, une de ses anciennes victimes désireuse de se venger de lui, retrouve sa trace et commence à lui tendre un piège en utilisant Clarice Starling comme appât.

Casting:

Jodie Foster :

En 1997, Jodie Foster déclare à Larry King sur CNN qu'elle reprendra certainement son rôle de Clarice Starling dans Hanniba. Elle raconte alors à Entertainment Weekly que « Anthony Hopkins en parle sans arrêt. Tout le monde veut le faire. Chaque fois que je le vois, il me dit : « Quand va-t-on le faire ? ». » Mais le producteur Dino De Laurentiis ne pense pas qu'elle fera le film. Anthony Hopkins émet également des doutes ; selon son « intuition », elle ne le fera pas. Foster ne confirme son refus que fin décembre 19996. Cette décision créera des problèmes entre les studios Universal et MGM.

En novembre, l'actrice avait déclaré à l'AFP : « Je gagnerais plus d'argent en tournant Hannibal. Mais à quoi bon s'il trahit Clarice, qui est pour moi, d'une façon étrange, une personne à part entière. Le film fonctionnait parce que les gens croyaient en son héroïsme. Je ne l'interpréterai pas avec des attributs négatifs qu'elle n'a jamais eus. »

Certains ont dit qu'elle n'aurait pas voulu faire le film sans Jonathan Demme, au départ, mais elle comprit très vite, que ce rôle, pourrait-être une rampe de lancement pour sa carrière, même si déçue, d'avoir reçu une fin de non recevoir du producteur, suite à l'extravagance de ses prétentions en terme de cachet. Et cela,malgré l'avis de son porte-parole qui révéla que l'actrice Claire Danes était libre pour tourner Flora Plum, son troisième film en tant que réalisatrice, et que son investissement dans Hannibal pourrait compromettre sa réalisation. Aujourd'hui, le film est toujours en préparation.

Dino De Laurentiis a raconté : « J'ai appelé l'agent de Jodie Foster. Elle m'a dit : « Elle ne lira le script que si vous lui faites une offre de 20 millions de dollars et un bénéfice de 15 % sur les recettes du film. » Et je lui ai répondu : « Transmettez tout mon amour à Jodie. Au revoir. »

Après l'annonce d'un refus définitif, les réactions vis-à-vis de l'actrice n'ont pas été des plus tendres. La presse anglaise rapporte que De Laurentiis et Anthony Hopkins se sentaient outragés. « Anthony était vraiment furieux, raconte un proche de l'acteur gallois. Le chemin a été long avant d'avoir le bon script, mais la dernière version est grandiose. Tout le monde croyait que Jodie allait être contente. À ce propos, Anthony pensait que cela était primordial pour retrouver l'alchimie entre les deux personnages (...) Il se sent complètement trahi par cette femme. » Le producteur et l'interprète d'Hannibal Lecter étaient d'autant plus furieux que le script fut modifié uniquement pour satisfaire Jodie Foster, il faut reconnaître que son manque de " Fair Play ", envenima un tant soit peu, l'ambiance sur le tournage. L'actrice, qui exprimait en effet des réticences sur le comportement de son personnage, avait demandé aux scénaristes de changer quelques passages, dont la fin jugée trop invraisemblable.

Fin 2005, Jodie Foster, persiste et signe, lors d'une interview au magazine Total Film, a confirmé qu'elle avait bien refusé le film pour faire Flora Plum, et que les caractéristiques du personnage ne la satisfaisaient pas.

Julianne Moore :

Suite au refus de Foster, les studios Universal ont, à un moment, envisagé de renoncer définitivement à la mise en chantier de ce projet. Mais plutôt que de perdre encore plus d'argent - les repérages en Italie étaient déjà terminés -, la maison de production s'est lancée à la recherche d'une remplaçante pour incarner Clarice Starling. Michelle Pfeiffer ( qui avait déjà refusé de jouer dans Le Silence des agneaux ) Cate Blanchett, Angelina Jolie, Gillian Anderson, Hilary Swank, Ashley Judd, Helen Hunt et enfin Julianne Moore. Anthony Hopkins fut très emballé par le choix car il trouvait l'actrice « fantastique ». Selon une dépêche de l'AFP, la comédienne a déclaré, lors d'un entretien diffusé par l'émission Access Hollywood, que « le scénario était réellement fantastique ».

L'expérience sera néanmoins « traumatisante » pour l'actrice. Plus que la violence physique, c'est l'aspect psychologique du film qui a perturbé la comédienne, qui en est venue à consulter son psychologue. Elle déclara au magazine Vanity Fair : « J'ai lu (le scénario) et j'ai pensé, " c'est vraiment sombre ". Mes inquiétudes concernaient la nature de la violence. Je fais très attention à la violence, mais finalement j'en suis venue à penser que cette histoire était comme une fable. C'est un film à propos du combat entre le bien et le mal. C'est symbolique et quasiment mythologique , mais c'est psychologiquement effroyable. Hannibal est la partie sombre qui existe en chacun, le " ça " que vous laissez échapper. Il est le mal lâché dans la nature... dans nos vies oniriques nous explorons ces thèmes. Ça va, mais c'est une frontière très fine qui me met mal à l'aise. J'en ai parlé à mon analyste. »

Anthony Hopkins :

La participation d'Anthony Hopkins à Hannibal n'était pas non plus sûre. En décembre 1998, l'acteur déclarait : « Je dois quitter ce métier parce que je pense qu'il est mauvais pour la santé mentale. » Chargé dans un premier temps du projet, Jonathan Demme avait assuré qu'il serait bel et bien dans cette suite : « Au cas où il dirait non, je me chargerai de le faire revenir sur sa décision. » Demme quitta finalement le projet, et en juin 1999. Hopkins, fait savoir qu'il ne serait intéressé, que si le script était « très bon ». Après des mois d'incertitude, l'acteur a finalement accepté de reprendre le rôle d'Hannibal Lecter après avoir pris connaissance des modifications apportées au script par Steven Zaillian.

Personnages :

Hannibal Lecter : Après s'être échappé de la prison où il avait été transféré dans "Le Silence des a Agneaux ", et avoir assassiné le Dr Chilton, Hannibal, bien que recherché par toutes les polices et le FBI, et considéré comme un des plus dangereux criminels en liberté, mène une vie paisible à Florence, en Italie, où il est devenu conservateur et conférencier dans une bibliothèque, dont le prédécesseur a mystérieusement disparu.

Clarice Starling : 10 ans après avoir tué le dangereux criminel Buffalo Bill, Clarice est en difficulté, sa dernière mission qui consistait à arrêter Evelda Drumgo s'étant soldé par une bavure dont elle est tenue responsable. Elle subit une mise à pied et doit être supervisée par Paul Krendler, tout en tentant de retrouver Hannibal.

Mason Verger : La quatrième victime de Hannibal et, de fait, le seul ayant survécu. Hannibal a, par contre, laissé sa marque sur Verger en le défigurant. En utilisant Clarice Starling comme appât, Verger est déterminé à se venger de Hannibal pour lui faire payer.

Paul Krendler : Un policier arrogant, menteur et coureur de jupons, il voue une haine farouche a Clarice qui avait déjà refusé ses avances quelques années auparavant. Maintenant qu'il est le supérieur de Clarice, il entend bien se venger d'elle et, par la même occasion, tentera aussi de capturer Hannibal par lui-même.

Barney : Ancien infirmier de l'institut du Dr Chilton, une des seules personnes pour qui Hannibal avait du respect. En effet, ses gardiens à Memphis sont morts 3 jours après l'arrivée de Lecter, tandis que, Barney, lui, a survécu 6 ans auprès du Dr Lecter, et tout cela seulement pour avoir été civil avec Hannibal, et pour avoir respecté les consignes. Barney est un homme juste et bon et, tout comme Hannibal, déteste les gens arrogants.

Inspecteur Pazzi : Un policier véreux, qui tente de capturer Hannibal seul afin de pouvoir profiter de la récompense. Il ne tient pas compte des avertissements de Clarice, qui lui conseille de ne pas approcher Hannibal : elle sait que celui-ci finira par découvrir les intentions de Pazzi et le tuera.

Tournage :

Le tournage débute le 8 mai 2000 à Florence. En juin 2000, l'équipe se rend à Washington à la gare Union Station notamment pour la scène où Hannibal est sur le manège. Des scènes sont ensuite tournées à Richmond en Virginie notamment la scène du marché au début du film. Les scènes de la résidence de Mason Verger sont tournées au Domaine Biltmore à Asheville en Caroline du Nord.

Fiche technique :

Titre : Hannibal
Titre original : Hannibal
Réalisation : Ridley Scott
Scénario : David Mamet et Steven Zaillian d'après l'œuvre de Thomas Harris
Musique : Hans Zimmer (additionnelle : Klaus Badelt, Geoff Zanelli, James Michael Dooley, Steve Jablonsky, Gavin Greenaway, Patrick Cassidy, Martin Tillman, Clay Duncan, Bart Hendrickson, Mel Wesson et Rupert Gregson-Williams)
Montage : Pietro Scalia
Photographie : John Mathieson
Décors : Norris Spencer
Direction artistique : David Crank
Costumes : Janty Yates
Production : Dino De Laurentiis, Martha De Laurentiis et Ridley Scott
Producteur délégué : Branko Lustig
Producteur associé : Terry Needham
Budget : 87 000 000 $
Pays d'origine : Royaume-Uni, États-Unis
Langues originales : anglais, italien
Genre : Thriller
Durée : 125 minutes (2 h 05)
Interdit aux moins de 12 ans
Dates de sortie :
- États-Unis : 9 février 2001
- France : 28 février 2001

Distribution :

Anthony Hopkins (VF : Jean-Pierre Moulin) : Hannibal Lecter
Julianne Moore (VF : Ivana Coppola) : Clarice Starling
Giancarlo Giannini (VF : Mario Santini) : Inspecteur Rinaldo de Pazzi
Gary Oldman (VF : Gabriel Le Doze) : Mason Verger
Ray Liotta (VF : Bruno Choël) : Paul Krendler
Frankie Faison (VF : Jacques Martial) : Infirmier Barney Matthews
Zeljko Ivanek (VF : Jérôme Keen) : Dr Cordell Doemling
Hazelle Goodman : Evelda Drumgo
Francesca Neri (VF : Roxane Nouban) : Laura Pazzi
Kent Linville (VF : Boris Rehlinger) : Geoffrey
Ivano Marescotti (VF : Gérard Rinaldi) : Carlo Deogracias
David Andrews (VF : Bruno Carna) : Agent Fédéral Clint Pearsall
Don McManus (VF : Nicolas Marie) : Benny Holcombe
Judie Aronson : Reporter
Enrico Lo Verso : Gnocco
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 avril 2003
Le film nous montre le docteur Lecter en liberté à Florence. Il joue de la musique, il étudie La Divine Comédie, il parle l'italien de Dante. Il fréquente les concerts, se dore au soleil en buvant un de ces cafés dont l'Italie a le secret, réside dans un palais bibliothèque de la fin du Moyen-Age et vit dans un état d'hivernation délicieux. Mais, sa Clarice a des ennuis. Il décide de lui venir en aide. A sa façon !
Le DVD permet, en nous donnant les scènes coupées au montage de mieux comprendre l'histoire. Il nous explique aussi les secrets du tournage, comment les sangliers ont été dressés, comment Julian Moore s'est transformée en agent du FBI... Il nous donne aussi une fin alternative différente de celle très spectaculaire que nous avons vue au cinéma. Anthony est plus vrai que nature dans son rôle de justicier noir, Julianne est séduisante et sincère. L'histoire est passionnante et pour ceux qui aiment Florence, elle est doublement réjouissante. Quand à l'humour noir, il est sans pareil.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le Blu-ray :
Souvent décrié, j'ai trouvé pour ma part ce transfert tout à fait correct. Compte tenu de l'âge du film et de la matière. Un coté obscur triomphant dans la plupart des scènes et un aspect argentique nécéssitant une gestion du grain délicate. Résultat : sensation ciné totalement respectée. Vous n'aurez pas le lisse ni le piqué des productions numériques actuelles mais l'ensemble est de belle tenue. Pour les possesseurs d'écrans imposants la comparaison avec le dvd est sans appel.
Le Film :
Près de 15 ans après une impression mitigée en salles, je viens de redécouvrir avec bonheur la vision d'Hannibal selon sir Ridley Scott.
Avec bonheur car réévaluer à ce point un film permet de mesurer encore une fois la relativité de toute critique au moment de sa sortie ciné. Le temps est décidément seul juge et revoir Hannibal confirme pour moi le génie visionnaire du papa de Blade Runner et Gladiator. Les critiques s'effacent, les films restent. Hannibal est aujourd'hui bien vivant ! À l'époque, je voulais voir un thriller, je réalise à présent que le cinéaste nous emmenait à l'opéra.
Loin du réalisme poisseux du chef-d'oeuvre de Jonathan Demme, Le Silence des Agneaux, la relecture du personnage d'Hannibal Lecter proposée par Scott et ses deux scénaristes, David Mamet et Steven Zaillian, s'envole vers le fantastique. A ce titre la série éponyme créée par Bryan Fuller s'inscrit sur le fond comme sur la forme dans la droite ligne de cet opus.
Nous sommes ici à la lisière du conte et du roman gothique. Lecter, au delà de la figure du Serial Killer, devient l'ogre, le démon au coeur de l'homme. Dans la séquence charnière de son retour au crime, la silhouette en noir et blanc captée par une vidéo de surveillance évoque même le Nosferatu de Murnau. Silhouette fantomatique et définitivement insaisissable. Incarnation surréaliste et fantasmatique du mal absolu.
Figure omnisciente et omnipotente, son seul ennemi de taille est ici sa propre "créature". Mason Verger. Un milliardaire atrocement défiguré par les soins du bon docteur et consacrant sa fortune et son temps à préparer sa vengeance. Un visage d'horreur derrière lequel il est impossible de reconnaitre Gary Oldman. Et pourtant, par ses gestes et sa voix, le talent de cet acteur, toujours à l'aise dans les extrêmes, rend immédiatement crédible sa figure de victime et bourreau. Une création d'Hannibal et une composition d'acteur réellement terrifiantes.
Entre les décors du Palazzo Vecchio de Florence ou évolue Hannibal et le château du milliardaire Mason Verger, Milliardaire ivre de vengeance, le spectateur est ainsi plongé dans une ambiance de conte de fée macabre. La violence, l'horreur des crimes prennent ici une dimension opératique, soutenue par la musique aux accents symphonique de Hans Zimmer et les lumières aux ombres profondes de John Mathieson.
Aussi brutal et terrifiant qu'érudit et raffiné, cette figure plus vampirique que jamais, âme damnée de l'enquêtrice Clarice Starling, offre encore une fois une partition de premier choix à l'extraordinaire acteur qu'est Anthony Hopkins. Prolonger l'expérience du Silence des Agneaux était son souhait le plus cher et son plaisir est palpable. Tétanisant la concurrence d'un seul regard. Qu'il s'éloigne en sifflotant ou qu'il enfile une paire de gants, un délicieux frisson nous fait monter le sourire aux lèvres. Du grand Art. Celui de nous placer face au monstre en quelques gestes élégants et douces inflexions de la voix.
Reste l'absence de Jodie Foster, refusant de reprendre un des rôles les plus emblématiques de sa carrière. Là encore, Scott franchit allégrement l'abîme. En choisissant Julianne Moore, véritable beauté préraphaélite, Scott nous fait entrer de plein pied dans la vision d'Hannibal. Cannibale gourmet, ayant le goût du beau, épris d'art et de culture, vomissant les brutes et les vulgaires. La présence de Clarice, vaporeuse, silencieuse, presque irréelle, est aux antipodes de celle, terrienne, de Foster. Une interprétation presque détachée qui évoque clairement, à mon sens, l'envoûtement du personnage. Telle "Mina" hantée par l'omniprésence du comte Dracula. Clarice, mise au banc de sa profession, incomprise et humiliée, appartient désormais au monde de Lecter. C'est d'ailleurs grâce à son intervention que Lecter échappera à l'atroce vengeance de Mason Verger. Le dernier affrontement entre Clarice et Hannibal lors du dernier dîner ressemble plus à une querelle d'amoureux passionnés qu'à une tentative d'arrestation. N'oublions pas que dans le roman de Thomas Harris, Clarice s'abandonne au démon et s'enfuit avec lui. Final d'un romantisme fou, profondément dérangeant et abandonné par la production. Une perspective chuchotée tout au long du film. Reste cette image, ci-dessous, inoubliable, résumant à elle seule l'esprit de ce grand film un peu dingue, baroque et foisonnant, souvent jubilatoire et sans cesse fascinant.

Également sur le blog Les chroniques ciné de Francisco
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 mars 2015
"Hannibal" représente selon moi une bonne suite à son prestigieux prédécesseur.Le climat est moins tendu,moins glauque,mais la relation entre Lecter et l'Agent Sterling prend un nouvel élan très intéressant,oscillant entre fascination mutuelle et peur de l'attirance.
Le choix de Julianne Moore pour remplacer Jodie Foster est judicieux,les subtilités de discours du docteur sont toujours aussi délicieuses,et l'aspect psychologique du film demeure assez intense.
Réalisé sur un rythme très lent,le film est passionnant même s'il n'atteint pas le niveau de son aîné.
DVD de très bonne qualité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 mai 2011
Two elements are missing right off - Victor Mature and the elephants. Annibale (1960) aka Hannibal (1960) (USA)
as they say in the Alps, "It is all down hill from here." Now available.

Not being too enamored with the book, the movie could not disappoint me. A few characters were combined and some plot nuances were glossed over; the ending varied from the book. However all in the entire feel was still there. I felt that they were using a lot of filters and once in a while showing extra scenery for atmosphere. On the plus side Julianne Moore fit the part of the tasty Clarice Starling. And you could not make the movie with out Anthony Hopkins as Dr. Hannibal "The Cannibal" Lecter.

See Anthony Hopkins again in "84 Charring Cross Road", where he looks across the table and says, and "Very nice, very tasty." proved wrong. The film was exceptionally good and so was the adaptation from the novel to film.

The film is not just about a man eating people like many critics have written but it is more in depth and complex about the relationship of a psychopathic physiologist and an F.B.I agent. The film is about Hannibal Lecter who is found to be living in Venice after he escaped the U.S and Mason Verger his fourth victim is trying to get justice done by himself by catching Hannibal and making him suffer himself. I will not carry on because I'm afraid that I might give too much away like the trailer did for this movie.

All I have to say is that if you haven't seen this movie then you should definitely go see it and I would like to praise Ridley Scott for making an even better film than Gladiator if you have a strong stomach, you just HAVE to see this movie. If you don't, don't see it.

Hannibal ~ Victor Mature
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 septembre 2001
Laissez vous envouter par le charmant Docteur Hannibal Lecter ! Même si le film s'éloigne du livre, la prestation de Tony reste fantastique. Le DVD propose des bonus à croquer. Goody goody. Pour les amateurs de l'acteur, autre DVD à voir sans modération : Silence des agneaux, Instinct, A couteaux tirés, Les ombres du coeur.... Hannibalement vôtre Agent spécial Emma Starling
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 avril 2002
Ayant lu le roman de Thomas Harris il y a un an, j'étais curieux d'en voir la transposition en images, tant le livre était dense et plein de scènes peu ragoûtantes. Et pour ça, on n'est pas déçu! Après une mise en bouche assez longue et même ennuyeuse, le film décolle vraiment à Florence, où une bonne partie du film se déroule. C'est là qu'on se rend compte qu'Hannibal Lecter est un homme très cultivé, à l'esprit complexe, mais aussi d'un sadisme rare. Face à lui, Julianne Moore (qui n'a rien à envier à Jodie Foster) campe un personnage presqu'obstiné et moins respectueux de sa hiérarchie que dans 'Le Silence des Agneaux'. Les décors sont superbes, les autres personnages sont particulièrement bien 'dessinés' (surtout Gary Oldman, presque pathétique en monstre assoiffé de vengeance), mais le scénario boîte quelque peu, et pèche par son lent développement. On n'est pas stressé, mais plutôt amusé (ou dégoûté) par ce qu'il se passe dans ce film. A voir néanmoins pour son générique très réussi, sa réalisation parfaite, ses acteurs, et surtout sa scène finale, réellement éprouvante, mais malheureusement édulcorée par ce manipulateur qu'est Ridley Scott!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Cette suite ne pouvait fatalement qu'être décevante face au monumentale SILENCE DES AGNEAUX.

Pourtant il se dégage de cette suite un parfum qui ennivre et fascine face au génie macabre et raffiné du DR lecter. L'histoire sent le souffre et le sang comme dans le SILENCE, on se retrouve vraiment dans l'ambiance originale.

Ce que suggerait le premier opus est montré ici dans toute son horreur ( la scène finale est à réserver à un public très averti!!)et c'est là peut-être le reproche à lui faire.

Car au niveau de la réalisation de Ridley SCOTT c'est du grand art : éclairage très stylisée clair/obscur, violence poisseuse et montage très efficace.

L'interpretation est de premier ordre Julianne MOORE s'en sort haut la main (aussi à l'aise que Jodie FOSTER mais le charisme en moins!!), Gary OLDMAN est terrifiant, et l'impérial Anthony HOPKINS est magistral, diabolique et séduisant (alors que dans le dispensable et ridicule DRAGON ROUGE il joue de manière caricaturale et outrancière!!)secondées par de remarquables seconds roles RAY LIOTTA, Giancarlo GIANINNI...

Le bluray quant à lui est une semi-réussite:

-image assez bien défini mais parfois très sombre car il est vrai que le style d'image des Ridley SCOTT peut parfois être très dur à retranscrire (BLACK RAIN, 1492 CHRISTOPHE COLOMB). c'est quand même nettement mieux que le DVD.

-le son donne une très bonne ampleur à la musique et aux scènes d'action

-les bonus sont identiques à l'édition collector (donc rien de nouveau!!).

Bref une édition correcte techniquement pour un film qui mérite d'être réévalué face à son modèle surtout après les deux pétards mouillés DRAGON ROUGE et HANNIBAL LECTER : LES ORIGINES DU MAL.

A vous de voir!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé