undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Cloud Drive Photos cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Guero
  • Commentaires client

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles6
4,2 sur 5 étoiles
Format: Album vinyle|Modifier
Prix:21,25 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 avril 2005
Le nouvel album de Beck marque un retour plutôt bienvenu à l'univers sonore d'Odelay. La présence des Dust Brothers à la production y est sans doute pour quelque chose tant la rupture avec l'ambiance éthérée de Sea Change est évidente. Loin des errements du précédent album - plutot lassant à la longue avec ses paroles pleines d'auto-apitoiement et son rythme mollasson - Guero (blondinet en espagnol) nous dévoile un Beck plus agressif, remis de sa rupture amoureuse et prêt à en découdre de nouveau. Les beats sont efficaces, le chant rappé éxécuté avec style et les compositions excellentes pour la plupart. Le début d'album est d'ailleurs un modèle du genre : le riff agressif de E-Pro met les choses au point d'entrée, bientôt suivi par le refrain accrocheur de Que Onda Guero et les blips blips kraftwerkiens de Girl. L'ambiance brésilienne de Missing finit ensuite de convaincre que Beck est décidément un génie inclassable. Las le reste de l'album n'est pas à la hauteur de cet émerveillement initial... on dénombre trop de chansons de remplissage (au hasard Farewell Ride ou Hell Yes qui sonnent comme des pâles copies des morceaux d'Odelay) qui en fin de compte rendent cet album indigeste sur la longueur. Même la présence (à la basse!) de Jack White sur Go It Alone ne parvient pas à transfigurer la fin du disque... Quelques choix sont d'ailleurs étonnants, ainsi l'excellente Send A Message To Her se trouve en bonus track de l'édition deluxe de Guero alors qu'elle est peut-être ce que Beck a fait de mieux depuis Midnite Vultures. Dommage...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis ses débuts en 1994, chaque nouvel album de Beck constitue un évènement musical en soi tant on ne sait jamais dans quelle direction on doit l'attendre. Ceci s'est révélé vrai tout au long de sa carrière, notamment lors du passage de 'Midnite Vultures' à 'Sea Change'. Maniant tour à tour hip-hop, rock, pop baroque, Beck se joue de toutes les frontières. Ceci se trouve confirmé avec 'Guero'. Produit par les Dust Brothers, ceux-là même qui avaient officié sur le mythique 'Odelay', Beck semble revenir aux sources, mais avec 10 ans de plus. Cela se traduit dans les faits par un art consommé de l'écriture, un album où les idées partent peut-être moins dans tous les sens mais dont la production semble plus ouverte et élargie à une plus grande audience. Cela ne ravira peut-être pas les fans les plus hardcore mais témoigne toutefois d'une maturité que l'artiste a atteint et qui prouve que Beck a encore de belles années devant lui. A l'arrivée les fans devraient donc être comblés.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2005
Cet album est fabuleux, au fur à mesure des ecoutes on reste de plus en plus béats devant des chef d'oeuvre comme "Broken Drum" ou "Missing". Cet album se rapproche (presque) d'un mythique Odelay.
A ecouter sans moderation, apres le melancolique "Sea Change", l'extravagant "Midnite Vultures" le melodieux "Mutations", le culte "Odelay" cet album est une nouvelle perle à ajouter dans la carriere de ce genie des temps modernes
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2006
Après près de 10 années d'attente, le voilà enfin, le digne successeur du chef d'oeuvre de Beck, ODELAY.
Le superbe 1er single intitulé E-PRO ouvre l'album et nous met directement au parfum, le grand et talentueux Beck est de retour à sa musique d'origine, celle qui l'a rendu célèbre (de LOSER à WHERE It's AT). Les beats syncopés se succèdent, ne se ressemblent pas et sont tous ingénieux.
Le deuxième single, GIRL, est tout aussi génial que le premier et on peut déja penser que comme pour ODELAY en 1996-1997, les singles vont se succéder et devenir chacun des classiques. Comment pourrait-il en être autrement avec de superbes morceaux comme GO IT ALONE, EARTHQUAKE, BLACK TAMBOURINE ou SCARECROW.
Les derniers albums, tout en restant innovants et inventifs, étaient quand même de petites déceptions apres le raz-de-marée de ODELAY. Ici, Beck signe son grand retour et on attend déja la suite avec grande impatience. Cet album vient de re-sortir mais en version remixée, il s'appelle GUEROLITO.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2005
Le nouvel album de Beck marque un retour plutôt bienvenu à l'univers sonore d'Odelay. La présence des Dust Brothers à la production y est sans doute pour quelque chose tant la rupture avec l'ambiance éthérée de Sea Change est évidente. Loin des errements du précédent album - plutot lassant à la longue avec ses paroles pleines d'auto-apitoiement et son rythme mollasson - Guero (blondinet en espagnol) nous dévoile un Beck plus agressif, remis de sa rupture amoureuse et prêt à en découdre de nouveau. Les beats sont efficaces, le chant rappé éxécuté avec style et les compositions excellentes pour la plupart. Le début d'album est d'ailleurs un modèle du genre : le riff agressif de E-Pro met les choses au point d'entrée, bientôt suivi par le refrain accrocheur de Que Onda Guero et les blips blips kraftwerkiens de Girl. L'ambiance brésilienne de Missing finit ensuite de convaincre que Beck est décidément un génie inclassable. Las le reste de l'album n'est pas à la hauteur de cet émerveillement initial... on dénombre trop de chansons de remplissage (au hasard Farewell Ride ou Hell Yes qui sonnent comme des pâles copies des morceaux d'Odelay) qui en fin de compte rendent cet album indigeste sur la longueur. Même la présence (à la basse!) de Jack White sur Go It Alone ne parvient pas à transfigurer la fin du disque... Quelques choix sont d'ailleurs étonnants, ainsi l'excellente Send A Message To Her se trouve en bonus track de l'édition deluxe de Guero alors qu'elle est peut-être ce que Beck a fait de mieux depuis Midnite Vultures. Dommage...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2010
Coli reçu en parfait état et dans les délais convenus.

Je recommande ce vendeur.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)