undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Baby nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVDModifier
Prix:5,94 €+ 2,79 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans les années 50, il y avait deux films par séance de cinéma : un petit film dit "film de complément", et le grand spectacle avec gros budget et stars à gogo. Donc, une série B, et la série A. Le film de EG Ulmer, et typique des série B. C'est un film de 1h05, noir et blanc, réalisé pour 30 000 dollars. Et aujourd'hui, c'est un classique !...

Les série B sont souvent très réussies et originales. Les budgets investis n'étant pas énormes, les studios fichaient une paix royale au metteur en scène... Il est difficile de raconter l'histoire de "Détour" sans déflorer les rebondissements. En deux mots, c'est l'histoire de Al Roberts, pianiste fauché de New York, qui part en stop à Los Angeles, pour y retrouver sa petite amie chanteuse, qui tente sa chance à Hollywood. Roberts est pris en stop, par un nommé Haskell, qui a la mauvaise idée de mourir pendant le trajet, en pleine nuit, dans le desert d'Arizona... On en dira pas plus, mais avec "Détour", vous aurez le type même du Film Noir, sorte de compilation de toutes les figures de style dues au genre. Histoire racontée en flash back, avec la voix off du héros entraîné malgré lui dans des histoires sordides, une garce digne de ce nom, des complots... Et puis la mise en scène de Ulmer, qui tente avec son budget de faire au plus simple, en utilisant les éclairages contrastés pour masquer au maximum le manque de décor, laissant les arrières plans dans l'ombre. "Détour" c'est aussi l'histoire d'une spirale infernale, qui se referme sur Al Roberts, un type mal dans sa peau, qui va perdre lucidité et dignité, au contact d'une femme vénale et sans scrupule. Un film sur les rêves brisés, ou contrariés. Et on se demande si UG Ulmer ne raconte pas un peu de son histoire, à travers ce personnage de pianiste au talent non reconnu. Le film se clôt avec une scène d'anthologie, dans une chambre de motel, avec un téléphone ... n'en disons pas plus !

"Détour" est l'archétype du Film Noir de série B fauché et inventif, qui prouve encore une fois que les moyens financiers ne sont pas tout dans la réussite artistique des films ! C'est aussi une leçon de cinéma, de narration, pour qui voudrait faire un film sans trois sous d'avance.
99 commentaires12 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2015
comme l'a dit si bien Bertrand Tavernier le scenario est diabolique a souhait.Tout ce film contribue a en faire quelque chose d'inédit dans le domaine du Polar
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2015
Une série B bien mise en scène. Dans le pur style du film criminel. Les cinéphiles doivent apprécier d'autant que ce genre ne se fait plus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,90 €
12,49 €