undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:17,83 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour son troisième album sorti en 2005 chez Earache, enregistré aux Mana Studios d'Erik Rutan, le line-up s'est quelque peu modifié: en dehors du leader aux grattes et vocaux, Derek Rody aux fûts, c'est Randy Piro qui assure basse et chœurs à la place de feu Jared Anderson qui devait trépasser l'année suivante.

Cet album marque le début de la collaboration avec l'illustrateur Paul Romano, au style très particulier qui convient parfaitement à la musique agressive, sombre et belliqueuse de Hate Eternal.

Encore une quarantaine de minutes pour dix titres assez homogènes, pas de grande surprise si ce n'est:
quelques effets sur la guitare -le solo de "I, Monarch"-, un didjeridoo sur "To know our Enemies", un sample en intro et outro du morceau éponyme également. "Expérimentations" assez discrètes et pertinentes.
Pour le reste, Hate Eternal cultive toujours ce death brutal, rapide, technique qui a fait leur renommée depuis "Conquering the Throne", orientant une fois de plus ses thématiques vers la gloire, le pouvoir, la destruction des opposants voire de l'humanité, une musique haineuse et occulte.
Aux premières écoutes, on peine un peu à mettre un titre en avant, tant le magma sonore se révèle dense.
Puis on parvient à distinguer les "To know our Enemies", particulièrement violent, ainsi que les trois derniers morceaux, dont "It is our Will" et l'instrumentale "Faceless one" sur lesquels Derek Rody tire particulièrement bien son épingle du jeu, proposant une rythmique complexe et groovy sur celui-ci et un ralentissement terrassant à la fin de celui-là. Son jeu complexe tout au long du disque, alternant sans cesse middle et up tempo, matraquage de fûts et cymbales en blast beat ou de manière plus musicale, ce toujours avec une précision chirurgicale et assorti aux riffs ahurissants d'Erik Rutan, est de mon point de vue un poil meilleur que sur "King of all Kings".

En bonus sur cette édition, le DVD "The Perilous Fight", avec un concert donné à Londres en juin 2006 reprenant bon nombre des titres de cet album. Erik Rutan est seul guitariste sur scène.
Également trois clips: "Powers that be", très nanard, "I, Monarch" et "The victorious Reign" plus modernes.
Enfin une interview du groupe et un documentaire sur le studio Mana.

Un album excellent à plus d'un titre, plus compact et moins accessible que son prédécesseur, donc moins efficace. Mais du Hate Eternal pur jus, violent au possible et bénéficiant désormais d'une forte identité autant musicale que conceptuelle.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2009
Un pur concentré de brutalité et de vitesse réunis dans un peu plus de 40 minutes. Le trio nous livre ici du death métal puissant servi par une excellente production, ça va à cent à l'heure et la batterie ne calme le jeu que pour la dernière piste, qui est une instrumentale. Et derrière ce bloc compact, on distigue quelques instruments plus exotique comme un djeridoo sur "to know our ennemies" ou des ambiances sur "I monarch" et "sons of darkness". Pour ceux qui découvrent le death brutal comme moi ou pour les plus connaisseurs(...qui a dit "bourrins"?), cet album est assurément à ne pas manquer.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles