undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Killing Joke
Format: CDModifier
Prix:9,70 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 juillet 2010
le premier et mythique album de la blague qui tue, tous les titres sont des classiques, un must absolue.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Inquiétant, lourd, agressif, le premier album des Anglais de Killing Joke est un cri primal et une aeuvre essentielle dans l'invention du post-punk.

Bien qu'on puisse assimiler Jaz Coleman & Cie à la queue de la comète punk d'Albion, leur musique va bien au-delà de celle de leurs devanciers. Là où des schémas empruntés au reggae, à la soul, au funk ou à l'electro formaient l'essentiel des groupes punks cherchant à se diversifier (Gang of Four, Ruts, Clash, Damned, etc.) Killing Joke ajoutait une saleté, une lourdeur, une urbanité qui les différenciait définitivement. Et une totale maîtrise de leur sujet pour couronner la réussite.

Cette musique n'est pas technique, les musiciens impliqués connaissaient probablement leurs limites et comment les retourner en forces. Pour le coup, cette relative rudesse donne à la musique des accents tribaux qu'on ne soupçonnerait pas dans ce genre de musique. Les rythmes sont souvent lents mais ne manquent jamais de dynamique grâce à des lignes de basse simples mais efficaces qui complètent à merveille la performance toute en lourdeur de Paul Ferguson à la batterie. La guitare, étrangement, semble comme reléguée au second plan, à un effet sonore certes de très bon gout mais auquel on pourrait aisément substituer un autre instrument.

Evidemment, parler de Killing Joke sans mentionner la voix écorchée vive de Jaz Coleman serait impensable. Tel qu'on le connait toujours aujourd'hui, Jaz livre une performance possédée. Juste ce qu'il fallait à cette musique pour réellement exister. Pour s'en convaincre, il suffit d'examiner l'instrumental de l'album. Pas désagréable au demeurant avec son côté dub-punk-discoïde, il n'est du niveau d'aucune autre composition présentée ici simplement parce que Jaz n'y est pas (enfin, il y est mais uniquement aux claviers) et que sa verve inimitable y manque cruellement.

Cerise sur le gâteau, le remaster est de grande qualité. Les basses et l'amplification n'y ont pas été trop boostées, défauts généralement constatées sur les remasters baclés disponible sur le marché (et sur un trop grand nombre de sorties récentes mais c'est un autre débat..).

En résumé, en plus de n'avoir pas pris une ride plus de 30 ans après sa sortie, l'éponyme n°1 de Killing Joke (le groupe en sortira un second en 2003) est un album important dont les influences se retrouvent partout chez à peu près tout ce qui se rapporte au rock industriel, au rock gothique, au post-punk et à pas mal de formations de metal aussi.

Essentiel donc, tout simplement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Killing Joke, à l'image de son leader Jaz Coleman, a toujours été un groupe imprévisible, capable du meilleur comme du pire.
Avec ce 1er Cd en 1980, on a affaire au meilleur. Rythmiques implacables, guitares tranchantes, voix « habitée ». Plus que de la new-wave ou du post-punk, ce disque est un genre à lui tout seul.
Une structure dansante, des textes engagés (en ce sens « Wardance » symbolise parfaitement cet album). Aujourd'hui on est encore frappé par ce côté implacable (« Bloodsport »), avec une pochette de Cd qui évoque la fameuse danse macabre à la fin du film d'Ingmar Bergman « Le Septième Sceau ».
Peut-être pas aussi « accessible » que leur plus connu « Nightlife » ; ce 1er Cd est tout de même essentiel dans la discographie de Killing Joke.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mmxii
Mmxii de Killing Joke (CD - 2012)

What's THIS for...!
What's THIS for...! de Killing Joke (CD - 2005)

Laugh ? I Nearly Bought One !
Laugh ? I Nearly Bought One ! de Killing Joke (CD - 1992)