Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un coffret intéressant, 23 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Messiaen Edition (Coffret 18 CD) (CD)
Attention : le commentaire précédent qui liste les oeuvres principales de Messiaen ne liste pas le contenu de ce coffret : vous n'y trouverez donc pas St François. Mais par contre l'essentiel de l'oeuvre dans des interprétations de choix : ceci dit, y-a-t-il des mauvaises interprétations d'une oeuvre de Messiaen ? Ce choix Warner n'a pas oublié les beaux Cinq Rechants, oeuvre pour petit choeur peu connue mais d'une grande subtilité : c'est un hommage au compositeur calviniste du Printemps et des Octonaires : Claude Lejeune.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'essentiel de l'oeuvre de l'un des plus grands compositeurs du vingtième siècle, dans des interprétations souvent remarquables, 27 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Messiaen Edition (Coffret 18 CD) (CD)
Olivier Messiaen est né à Avignon en 1908. Fils de Pierre Messiaen et de la poétesse Cécile Sauvage, il fut profondément influencé par les poèmes de sa mère. A l'époque de la première Guerre mondiale, il acquiert une foi catholique qui ne le quittera plus. Il entre, à l'âge de 11 ans, au Conservatoire de Paris, pour étudier le piano et les percussions, puis l'orgue et la composition. Il a notamment comme professeurs Charles-Marie Widor (1844-1937), Maurice Emmanuel (1862-1938), qui lui fait découvrir les anciens rythmes grecs et les modes exotiques, Paul Dukas (1865-1935) et Marcel Dupré (1886-1971). Il devient organiste à l'église de la Trinité à Paris à l'âge de 22 ans et, de 1936 à 1939, il enseigne à l'École normale de musique de Paris et à la Schola Cantorum. Fait prisonnier en 1940, il compose durant sa réclusion son « Quatuor pour la fin du Temps », dont la première est donnée dans le camp le 15 janvier 1941 par un groupe de musiciens prisonniers, la partie du piano étant jouée par le compositeur. Libéré en mars 1941, il retourne enseigner à Paris, où il devient professeur d'harmonie au Conservatoire. Il compte parmi ses élèves Yannis Xenakis (1922-2001), Marius Constant (1925-2004), Pierre Boulez (né en 1925), Antoine Duhamel (né en 1925), Betsy Jolas (née en 1926), François-Bernard Mâche (né en 1935), Gilbert Amy (né en 1936), Paul Mefano (né en 1937), Alain Louvier (né en 1945), Gérard Grisey (1946-1998), Jean-Louis Florentz (1947-2004), Tristan Murail (né en 1947), Kent Nagano (né en 1951), Philippe Fénelon (né en 1952), Alain Mabit (né en 1953) et George Benjamin (né en 1960). Il est mort en 1992 à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

« L'Ascension » pour orchestre (1933), le « Quatuor pour la fin du Temps » pour violon, clarinette, violoncelle et piano (1940), les « Visions de l'Amen » pour deux pianos (1943), les « Trois petites Liturgies de la présence divine » pour choeur de voix de femmes, piano, ondes Martenot et orchestre (1944), les « Vingt regards sur l'Enfant Jésus » pour piano (1944), la « Turangalîla-Symphonie » pour piano, ondes Martenot et orchestre (1948), la « Messe de la Pentecôte » (1950), le « Livre d'orgue » (1951), les « Oiseaux exotiques » pour piano et petit orchestre (1955), le « Catalogue d'oiseaux » pour piano (1956), « Sept Haïkaï » pour piano et petit orchestre (1962), « Couleurs de la Cité céleste » pour piano, ensemble à vent et percussions (1963), « Et exspecto resurrectionem mortuorum » pour orchestre (1964), « Des canyons aux étoiles... » pour piano et orchestre (1972), l'Opéra « Saint François d'Assise » (1975), « Le Livre du Saint-Sacrement » pour orgue (1984), et « Éclairs sur l'Au-Delà... » pour orchestre (1991) sont quelques unes de ses oeuvres majeures, qui font d'Olivier Messiaen l'un des plus grands compositeurs du vingtième siècle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit