undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles14
4,0 sur 5 étoiles
Prix:7,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un film techniquement irréprochable pour peu qu'on aime l'esprit sérial des années 30 et 40. Même si l'histoire est un peu convenue, il faut avouer que le film est d'une grande beauté plastique. Certains plans sont comme des peintures, d'autres rappellent des univers propres aux BD d'anticipation. Si vous aimez les héros au grand coeur, les ambiances "séries-noires" et les machines farfelues, alors ce film est pour vous. Une approche personnelle et très originale du cinéma emballée dans un faux blockbuster. 4 étoiles pour le film et surtout la qualité technique du DVD.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 23 novembre 2005
Dans les années 40 existait des petits films d'environ une heure où l'action prédominait et où le final s'achevait par une scène où le héros était dans une situation désespérée. Cette astuce permettait d'attirer le public pour la suite de la série. Ce film très bien fait est un hommage à ces séries. Les héros sont des archétypes, le héros sans faille, la blonde pulpeuse et un rien nunuche, sans oublier tous les seconds couteaux qui gravitent autour du couple. Le film est moins naif qu'il paraît et le final réserve une jolie surprise. Ce film a été entièrement réalisé avec des écrans bleus, tout l'environnement ainsi que les incroyables robots et machines de guerre sont virtuelles, réalisés grâce à l'intervention du Dieu informatique. L'ensemble est d'une esthétique volontairement désuette mais d'une beauté qui flatte l'oeil. Une réussite vraiment originale.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2015
Dans un monde de l'après-guerre, dans les rues de NewYork, Polly Perkins, journaliste, assiste à une attaque de robots géants.

Le Capitaine Sky, toujours prêt à intervenir lorsque le monde est en danger, accourt à bord de son avion et stoppe l'attaque...

De retour à sa base, le Capitaine Sky retrouve son ami Dex et Polly.
Cette dernière s'invite alors à partir à la découverte de celui qui a commandité l'attaque...

Ce sont les 20 premières minutes du film... Je n'en dirai pas plus.

-----------------------------

Un film fantastique, style "comics", aux effets spéciaux bluffants, à mi-chemin du film et de la bande dessinée !

Si le premier quart d'heure du film vous donne, comme à moi, l'envie d'abandonner le visionnage du CD et de le ranger dans son boîtier, NON ! Ne le faites pas !
Continuez à le visionner, car le film devient de plus en plus intéressant, surtout vers la 27ème minute.
L'intrigue se dénoue alors, l'action envahit l'écran et la deuxième partie du film est tout simplement SUPERBE !

A VOIR !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2015
"Capitaine Sky et le Monde de Demain" est un film réalisé par Kerry Conran en 2004. Il s'agit d'un film unique en son genre, sorte de mélange entre le film de science-fiction, le film d'aventures et le récit rétro-futuriste.
C'est l'histoire d'un aviateur aventurier et d'une journaliste d'investigation qui cherchent à élucider le mystère lié à la disparition de plusieurs scientifiques. Depuis le New York de 1939 envahi par des robots géants, la piste va les mener aux quatre coins du monde, à la recherche du mystérieux docteur "Totenkopf" (littéralement le docteur "tête de mort" !), scientifique et génie du mal, craint et haï par ses pairs...

"Capitaine Sky et le Monde de Demain" est un film étrange. C'est à la fois un film parfait, et une œuvre plutôt frustrante !
Conçu d'après un storyboard en 3D, le film de Kerry Conran est l'un des premiers à avoir entièrement été tourné sur fond bleu, tous les éléments ayant été ajoutés autour des acteurs en phase de postproduction.
L'esthétique du film est incroyable. Les images sont merveilleuses. L'ensemble opère un étonnant mélange de genres qui oscille entre le polar des années 30 et 40 façon Le Faucon Maltais, le film d'aventures à la Indiana Jones (autre saga qui s'inspirait des serials des années 30 et 40), la science-fiction de H.G. Wells tout droit sortie de La Guerre des Mondes, ainsi qu'à un rétro-futurisme maniaque empruntant au "steampunk" (depuis le dirigeable surplombant la ville), et surtout à son successeur à moteur : le "dieselpunk".

Quelques précisions s'imposent quant à ces histoires de "punk" : Le steampunk est un genre littéraire qui s'inscrit dans un imaginaire rétro-futuriste ancré dans une période précise : La fin du XIX° siècle et les débuts de l'ère industrielle marqués par les machines à vapeur (le terme "steampunk" signifiant littéralement "punk à vapeur", le "punk" étant lui-même emprunté au "cyberpunk" pour causes de similitudes populaires, sciences-fictionnelles, et d'un penchant pour l'anticipation). Il est indissociable de l'ère victorienne et dresse un esthétisme hérité des œuvres de Jules Verne, dans lesquelles on pouvait rencontrer d'éminents scientifiques et autres inventeurs issus de l'aristocratie londonienne en chapeau haut de forme et autre monocle, sous un ciel parsemé de dirigeables et de toutes sortes de machines volantes prêtes pour la grande aventure...
Le "dieselpunk" est le successeur direct du "steampunk". Il participe du même esprit rétro-futuriste mais substitue à la vapeur les technologies de l'électricité et du pétrole (et par extension des avions). Il se déroule ainsi un peu plus tard, depuis la première guerre mondiale jusqu'au début des années 50, principalement dans le cadre des Etats-Unis. Dans cet esprit, le film "Capitaine Sky et le Monde de Demain" en devient l'illustration la plus aboutie.
D'une manière générale, tous ces courants sont des sous-genres du "rétro-futurisme", dont le principe consiste à retrouver, à travers une certaine nostalgie teintée de visions surannées rassurantes, les visions science-fictionnelles du passé...

Parallèlement à cette esthétique connotée et ses influences littéraires, le film de Kerry Conran se plait à citer moult références de la culture populaire qui nous indiquent immédiatement l'imaginaire consacré. Ces références ne sont en rien gratuites et illustrent toutes les œuvres qui ont dû être digérées afin que "Capitaine Sky et le Monde de Demain" trouve son chemin. On commence donc par une sérieuse dose de pulps avec le "Doc Savage" créé par Lester Dent dans les années 30, auquel le personnage de "Joseph "Sky Captain" Sullivan" (Jude Law) renvoie directement par son tempérament de héros basique et séminal. On continue par une bonne louche de comics avec le Flash Gordon d'Alex Raymond, ainsi que les serials des années 30 avec sa transposition sur grand écran (Flash Gordon le soldat de l'espace). Fusée cyclopéenne, belle journaliste (Gwyneth Paltrow) et autres savants fous marquant son héritage sans ambiguïté. On poursuit par une série de films avec le King Kong de 1933, cité à moult reprises (une ombre sur l'Empire State Building, une épave de navire baptisé le "Venture" au fond des mers, un tronc d'arbre servant de pont naturel au dessus d'une jungle préhistorique, etc.).
Certaines références apparaissent en étant ouvertement citées. C'est ainsi qu'un extrait du Magicien d'Oz est diffusé dans une salle de cinéma, tandis que "Dex" (Giovanni Ribisi), l'excentrique scientifique et compère du héros, lit un pulp de "Buck Rodgers". On peut même voir "Godzilla" faire la une d’un magazine japonais ! Enfin, d'autres clins d'œil sont distillés de manière indirecte. C'est ainsi que le personnage du capitaine "Franky Cooke" (Angelina Jolie), qui dirige sa base volante avec son bandeau sur l'œil, est une transposition de "Nick Fury", un héros des Marvel Comics. Enfin, comme dit plus haut, l'ombre d'Indiana Jones, une autre œuvre postmoderne construite sur les fondations des pulps et les serials d'antan, plane du début à la fin...

Hélas, à force d'embrasser les codes de ses modèles, Kerry Conran, également scénariste de son film et donc auteur complet, embrasse également leurs naïvetés et leur simplicité candide. Cette "simplicité" originelle sera assimilée à du simplisme par plus d'un spectateur, qui ne comprendra malheureusement pas le cadeau qui lui sera adressé.
C'est ainsi que "Capitaine Sky et le Monde de Demain" essuiera un cruel échec commercial. Après avoir sué sang et eau pendant dix ans d'un labeur acharné, Kerry Conran, dont ce fut le premier et, c'est horrible de l'avouer, le dernier film, devint l'artiste maudit de son genre. Il inventa pourtant le principe du "tout virtuel", dans lequel seuls les acteurs sont réels (pauvres hères jouant devant des écrans monochromes, obligés d'imaginer les décors à venir !). C'est de cette manière que seront tournés quelques années plus tard d'innombrables blockbusters, dont les trois premier segments de la saga "Star Wars" (épisodes 1,2,3).
Mais le plus cruel, ce qui entérine définitivement son statut d'artiste maudit, c'est que Kerry Conran nous avait offert ici une œuvre indépassable (dix ans de travail, quand même !), puisque, plus d'une décennie plus tard, la beauté et la perfection des images de "Capitaine Sky et le Monde de Demain" demeurent les plus abouties de l'histoire du cinéma virtuel, comme si elles avaient imposé une limite indépassable. Le film est ainsi devenu une étape, un horizon, une limite au delà de laquelle il n'est plus possible d'aller, exactement comme le furent avant lui le Metropolis de Fritz Lang ou encore le Blade Runner de Ridley Scott.

Quand on y pense, tous ces films qui furent de cuisants échecs au box-office (la liste est longue autour de "Metropolis" et "Blade Runner", à commencer par le sublime Dark City d'Alex Proyas), sont restés uniques en leur genre. Alors que la série des "Indiana Jones", la saga "Star Wars" et le "Conan le Barbare" de John Milius générèrent un nombre incalculable de plagiats et de sous-produits tous plus mauvais les uns que les autres, "Capitaine Sky et le Monde de Demain" et ses illustres prédécesseurs dans le registre des œuvres maudites, ne donnèrent le jour à aucun pastiche et ont fini par s'imposer comme de véritables œuvres d'art tautologiques et, par extension, de pures et simples œuvres cultes...

Nous l'avons évoqué plus haut avec un certain regret : "Capitaine Sky et le Monde de Demain", c'est à la fois un film parfait et une œuvre frustrante.
Effectivement, la simplicité du script, héritée, comme on l'a constaté, des serials et des pulps de jadis, constitue autant la force que la fragilité du film de Conran. En cherchant à retrouver le parfum de ses modèles, notre long métrage n'est pas qu'un hommage aux serials des années 30. Il en est plutôt l'illustration directe, le souvenir qui prend vie. L'expérience fut donc incomprise car ce qui fut jadis cantonné au domaine de la "série B" apparaissait soudain sous le vernis du grand spectacle d'aujourd'hui. Un spectacle suranné remis au goût des dernières trouvailles technologiques.
Ce décalage entre le fond et la forme déstabilisa ainsi le grand public qui ne se senti pas attiré par la connotation. Et le film demeura un produit réservé aux geeks, comme un produit de la contre-culture marginalisé, que l'on regarde de travers avec méfiance, pour ne pas dire avec mépris, comme on regarde un ado que l'on pense attardé parce qu'il est entrain de lire un comicbook de monstres ou de super-héros...
Le premier degré du script et la candeur du film étaient parfaitement sincères, mais du coup ne possédaient aucun sous-texte particulier. C'est là que l'œuvre se révèle la plus frustrante : Elle n'est rien d'autre que ce qu'elle illustre. Elle est donc passionnante à analyser, mais l'histoire qu'elle raconte n'est finalement pas très palpitante entant que telle !
Il eut fallu que le scénario soit doublé d'un sous-texte particulier, un écho sur l'histoire ou quelque chose de l'ordre de la philosophie, ou encore de la réflexion méta-textuelle (on pense à "Metropolis" et sa parabole sociétale). Par ailleurs, à force de mettre en scène des personnages connotés, le film finit par les rendre creux. Là aussi, il manque quelque folie, quelque sens du détail, un petit plus. Ces derniers ne sont pourtant pas dénués d'aspérités (le trio amoureux étant particulièrement agressif !), mais il leur manque une aura. Ils sont trop stéréotypés et peinent à sortir de leur moule.

Malgré ses défauts, "Capitaine Sky et le Monde de Demain" demeure un film trop beau et trop attachant pour qu'on puisse lui mettre moins de cinq étoiles. C'est une œuvre qui a besoin de nous, qui a besoin de notre amour. Elle a tout simplement besoin que nous la défendions et que nous portions son étendard afin de lui réserver la place qui est la sienne dans l'histoire du cinéma. Celle d'une œuvre postmoderne qui incarne tout un état d'esprit, propre aux geeks et à la culture populaire, riche de son héritage, fière de son impertinence et de sa marginalité. Une œuvre comme nous, quoi !
Le pauvre Kerry Conran, qui nous a tout donné pour nous l'offrir, mérite au moins ça. Non ?
22 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et pour cause: "Sky captain and the world of tomorrow"(2004) est un magnifique hommage au cinéma américain de SF des années 40 et 50. Intemporel, diraient certains... oui, c'est vrai; difficile de ne pas succomber à cette brillante reconstitution de l'ambiance des thirties. On pense à "War of the worlds"(1953) ou "The day the Earth stood still"(1951) ou encore "Metropolis"(1937) le chef d'oeuvre de Fritz Lang.
Truffé de références et de détails passionnants, ce Capitaine Sky est destiné à un large public. Chacun peut y trouver du plaisir et prendre goût à l'aventure non-stop. Mais aussi aux cinéphiles tant la minutie des détails est troublante. On nous a confectionné les robots, par exemple, comme les gens de l'époque (1939) se les représentaient. N'oublions pas que la 2nde Guerre Mondiale n'avait pas encore pointé le bout de son nez! La technologie et la robotique avaient encore un bel avenir et de brillantes découvertes à faire!
Je vous recommande vivement ce DVD qui est un must pour moi: un remake de la vie passée, une reproduction d'antan. A voir absolument.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2015
l'image a été très bien travaillée pour retrouver les éclairages années 40. Du coup, attention aux écrans TV trop contrastés. J'avais préféré l'image en vidéo projection que sur ma TV . A quand la sortie en blu ray ?
C'est de la rétro science fiction. Le scénario reste très linéaire (une recherche/poursuite) mais on est transporté dans de sublimes décors , très variés, des effets spéciaux impec', avec une jeu de séduction enjoués entre les 2 principaux protagonistes .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2015
A AVOIR DANS CA DVDTHEQUE,

Un héros, sans pouvoir particulier, si, son cerveau, effets spéciaux excellents, humours au rendez-vous, scénario bien pensé,

Vraiment original, sortant des sentiers battus, on notera la présence de la séduisante Angelina JOLIE au rôle charismatique au clin d'œil british,

Bref.... Ca change du traditionnel....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2015
un vrai film en sépia avec une histoire de maitre du monde fou dans une ambiance d'après guerre. Magistral avec les robots géants, le savant fou et une intrigue enlevée. Tres belle photo, bon scénario. Divertissant et esthétique. A consommer sans modération.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2016
La description de ce DVD mentionnait une édition collector avec des bonus sous-titrés en français mais j'ai reçu une édition belge sans bonus sauf les commentaires qui ne sont pas sous-titré!!!
Vraiment déçu par cet achat.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2013
On voit assez vite que le film avait peu de moyen, et pourtant, le travail de post-production (l'image, les FX, et la façon dont les images ont été modifiées) est vraiment intéressant.
Lorsque l'on a peu de moyens, pas de gros décors, et que l'on travaille sur fond vert, si l'on a du talent, des idées et du savoir-faire, cela peut donner ce genre de résultats : une image particulière, très personnelle.
Il y a un coté Old et moderne en même temps. A la fois dans l'image, mais aussi dans l'univers traité façon 50's et même au niveau de l'histoire.

D'ailleurs, le scénario est plutôt sympathique, et la mise en scène de qualité, avec quelques trouvailles.

Bref, ce film est intéressant, et on passe un agréable moment en le regardant.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
13,46 €