undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles13
3,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 septembre 2008
Moi, je suis musicien depuis 40 ans. Depuis 2 ans, je me rince les oreilles de la Pop dont je garde très peu de choses concrêtement aujourd'hui: Les Beatles, Brian Wilson et Burt Bacharach essentiellement. Donc, tout ça pour vous dire que si, vous aussi, vous attaquez une vidange complète du système neuro-musico-spinal, ACHETEZ CE DISQUE !!! Les musiciens du Louvre de Minkowski, je les ai vus au Festival Berlioz en 2007, et, comme le veut l'expression dans la Pop, "ça sonne grave"... Et cette musique, heu...comment vous dire, c'est l'antithèse de Cure, des Doors et d'un tas d'autres vibes glauques dont nos oreilles (et nos âmes par là-même) de quarantenaires sont teintées depuis trop longtemps. Dites oui à la vie. Ca change.
44 commentaires|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2005
Un indispensable. La musique est belle, la technique, et quelle prouesse technique, est superbe. C'est beau, gai, brillant. Les deux seuls reprochent personnels sont que l'on entend trop souvent la respiration forte de la diva et que c'est un CD fait par et exclusivement pour Cecillia Bartoli, l'orchestre est mis un peu de côté, caché dans le décor. Mais ce sont des critiques d'un amateur qui admet très volontiers ne pas être capable d'aligner une seule des notes chantées avec brillo par la fabuleuse Diva. Bref, achetez les yeux fermés, mais surtout prêt à l'écoute.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2009
Un superbe album pour découvrir des oeuvres rares comme Bartoli sait si bien les dénicher. L'interprétation est excellente, même si on peut toujours minauder sur certains détails. La virtuosité (Alta Roma) et l'émotion (lascia la spina) sont bien là. L'orchestre est parfois un peu dense mais trouve le tempo naturellement et brille de mille feux. Bref un indispensable pour l'amoureux du chant baroque.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2005
Inconditionnelle de Cecilia Bartoli, je ne suis peut-être plus objective, mais ce dernier album est lui aussi magnifique et permet à la diva d'accrocher sa voix à ces arpèges difficiles d'un répertoire moins connu, mais magnifique. Une voix utilisée comme un instrument de musique et qui sert si bien ces opéras interdits au XVIIIe siècle.
Dans la lignée des précédents ouvrages : Salieri, Vivaldi/Gluck.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2008
J'aime beaucoup Cecilia Bartoli : c'est une très bonne chanteuse disposant de qualités rarement conciliables en une seule et même personne. Elle sait donner un sens aux mots qu'elle chante, elle donne du relief aux personnages qu'elle incarne et éblouit par un souffle long et une virtuosité dans les trilles qu'elle seule possède à ce niveau. elle chante avec gourmandise, générosité et émeut (La Clémence de Titus, Rinaldo). Cela dit, depuis que l'heure n'est plus aux intégrales, elle souhaite nous faire entendre des récitals de compositeurs trop méconnus (Vivaldi, Glück, Salieri) La démarches est en soit louable et ces premiers récitals étaient magnifiques. Les choix de la solistes étaient judicieux et variés et nous laissaient entendre les facettes les plus différentes des compositeurs. Seulement ici, ce n'est pas un récital d'un seul compositeur mais de trois compositeurs : Caldara, Haendel et Scarlatti père. Du coup, au lieu de rentrer pleinement dans un compositeur, on n'effleure seulement que quelques facettes de chacun d'entre eux. Surtout qu'aucun air d'Haendel n'est une première mondiale, d'où l'intérêt relatif de ceux-ci, même si je résiste difficilement à la furia d'Un pensiero nemico di pace.
L'autre problème majeur est la redoutable alternance d'air rapide/air lent qui finit par lasser si bien que je déconseille l'écoute en continu du disque. Les airs virtuoses épatent mais sur certaines fins de phrases, le souffle semble court, les dernières mesures presque savonnées et les larges respirations très audibles. Et même si l'enthousiasme légendaire de Bartoli est toujours aussi flagrant, la finition n'est plus aussi impeccable. En revanche, sur les airs lents, la soliste diversifie davantage les phrases même si sa manière de susurrer peut surprendre (peu de nuances entre piano et fortissimo) si bien que le récital apparaît quelque peu caricatural. La critique est certes sévère mais la grande Cecilia nous avait habitués à mieux. Marc Minkowski est enthousiaste et attentif à sa soliste -plus qu'à son orchestre, brouillon de sonorité et pas toujours flatteur de sonorité (trompette)- et respire magnifiquement dans les airs lents avec elle. L'entente entre les deux artistes est évidente, le fini du disque l'est moins. Si bien que ce disque peut plaire les premières écoutes et décevoir les fois suivantes par excès d'intentions.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2005
La recette aura fait ses preuves : choisir un compositeur peu connu (Salieri), ou dont l’œuvre reste méconnue (Vivaldi, Gluck) et faire un album qui, avec la popularité de la Bartoli permet au grand public de découvrir un nouveau répertoire. Et pour l’occasion la diva s’adonne à son sport favori : la pyrotechnie vocale. Il faut avouer qu’elle les fait bien et que sa voix est impressionnante.
Pour ce dernier opus, ce sont les opéras d’un jeune Haendel période italienne qui sont à l’honneur, ainsi que Scarlatti et un certain Antonio Caldara. Pour les deux derniers, ce sont des œuvres inédites qui sont exhumées, et qui correspondent aux premières dix années du 18è siècle à Rome, quand la représentation d’œuvres scéniques profanes était interdite par l’Eglise - d'où le nom donné à l'album.
Bartoli est très subtilement accompagnée par Marc Minkowsky (et ses Musiciens du Louvre) qui soutient chacune de ses intentions musicale. Cependant, un systématisme Bartolien s’est mis en place, qui alterne airs lents élégiaques puis airs rapide à vocalises. On admire la voix, mais on n’est pas ému. On sent la professionnelle, mais pas l’artiste. C’est dommage car Bartoli défend un répertoire intéressant. Mais au final reste cette impression de vouloir nous en mettre plein les oreilles.
Ca peut fonctionner pour ceux que la virtuosité pour la virtuosité attire. Sinon, c’est un album à écouter au compte goutte, dont le texte d'introduction peut faire sourire par ses mises en parallèle avec La Dolce Vita de Fellini; et puis la Bartoli posant en Anita Ekberg...
On ne peut pas savoir tout faire… :-)
0Commentaire|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J’étais méfiant à cause du tapage publicitaire accompagnant ce disque. Le titre accrocheur et la pochette racoleuse ne me disaient rien qui vaille. J’ai tout de même fini par l’acquérir et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris.
Le programme est très bien conçu, varié et riche en découvertes. L’accompagnement orchestral des Musiciens du Louvre est parfait. Quant à Cecilia Bartoli, elle montre encore une fois l’étendue de ses qualités vocales hors normes, c’est vraiment un enchantement. Un disque que je recommande pour ses qualités artistiques.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2007
La politique de marketing est bien rôdée. On prend un concept musicologique chic qui flatte l'intelligence de l'auditeur et semble rendre la Bartoli indispensable dans le rôle d'ambassadrice. Pas de problème, tout le monde ici connaît son baroque. Et j'ai été très séduit par le style pastoral de certains airs. Bartoli réussit ce mélange très difficile de "chant qui parle". Certes, le preneur de son très complice, lui autorise des nuances murmurées qu'aucun lieu de spectacle ne tolèrerait.
En revanche, les passages de virtuosité m'ont dérouté. Bartoli interprète littéralement le terme générique qui désigne les vocalises : gorghegiatte. C'est effectivement vocalisé "dans la gorge", ce qui permet un staccato de mitraillette, précis, chirurgical et qui impressionne...une première fois. Mais au fil de l'écoute du disque, l'effet est monocorde, ne permet pas de profiler l'agogique des courbes mélodiques et parfois, Bartoli vocalise faux, son larynx finissant par se tétaniser : physiologiquement inévitable !
Minkowski est égal à lui-même : du punch, du punch et que du punch. La conduite du discours musical, les passages "divagants", la construction polyphonique sont renvoyés au placard. C'est même pas très ensemble au sein de l'orchestre, les cordes sont laissées à elles-mêmes. Certes, individuellement les musiciens sont brillants. Mais Minkowski devrait faire son métier.
11 commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2006
Cécilia Bartoli est une grande voix, personne ne dira le contraire. Mais ce qui fait une véritable "Mezzo" de scène c'est autant sa voix que sa capacité à endosser le rôle qu'elle aborde. Dans ce récital C. Bartoli ne s'adapte pas toujours aux titres qu'elle traite, il y a bien quelques moments d'émotion, mais parfois un manque de précision certain, notamment sur l'air de la Resurrezione qui illustre mes propos. Mark Minkowski, habitué des tempi rapides, fait du Minkowski, parfois ça passe, et d'autres fois pas. Il en ressort un récital trop inégal, qui fait hélas la part belle aux capacités vocales de la dame uniquement. Peut-être bien adapté au néophyte, mais les habitués de chaque rôles abordés seront un peu dérouté.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2013
Quel grand moment avec Cécilia Barttoli, cet opéra et une pure merveille et vous emporte.

TRès bon CD, conforme à la commande
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,02 €
6,99 €