undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles5
4,4 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:12,50 €+ 2,79 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bon film noir de Robert Wise de 1947 adapté d' un roman de James Gunn. Réalisé juste avant son excellent western "Blood On The Moon" (1948) avec Robert Mitchum.

Lawrence Tierney, d' une froideur sans remords, assassine sa compagne du moment et l' amant de passage de celle-ci et s' enfuit. Claire Trevor qui découvre les deux cadavres, mais ne veut pas prévenir la police, prend le même train que Tierney pour San Francisco. Ils font connaissance.

La mise en scène à pas feutrés de Wise est l' un des meilleurs atouts du film. La détermination sans aucune morale de Tierney provoque une telle fascination-répulsion sur Claire Trévor qu' elle ne sait plus où est la frontière entre le bien et le mal. Quand Tierney épouse la belle Audrey Long, on se demande si Claire Trévor veut la mort de sa "soeur de lait" ou pas. On aura même pitié pour le minuscule et lâche Elisha Cook. Le détective privé joué par Walter Slezak a dû inspirer par sa morphologie et ses coups montés, l' énorme M.Emmett Walsh dans "Blood Simple" (1984) des frères Coen. En plus Slezak détient la morale du film !

Très bonne copie et photographie noir et blanc de Robert De Grasse.
Version originale et version originale sous-titrée française.
Le film prend encore plus de valeur après plusieurs visions.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici, de mon point de vue, un film noir assez moyen avec le pourtant très célèbre Lawrence Tierney (1919 - 2002), cet acteur au visage carnassier qui fera un retour remarqué – et remarquable – au cinéma, au cours des années 90, notamment dans le premier film de Tarantino (le fameux Reservoir Dogs)... « Né Pour Tuer » (« Born To Kill », c’est le titre original, le film sortit en salles en 1947) fut l'un des derniers films de Robert Wise (1914 - 2005) pour les studios de la RKO. Wise, après avoir été le monteur d'Orson Welles, comme vous le savez (« Citizen Kane » et « la Splendeur des Ambersons »), s'essaie à la réalisation et à tous les genres (westerns, film noir, science fiction, romance, adaptations d'œuvres littéraires...). Beaucoup de films donc pour la RKO dans les années quarante, jusqu'à la maturité et son premier véritable chef-d'œuvre : l'admirable The Set-Up avec Robert Ryan (« Nous avons gagné ce soir », film noir de toute beauté ayant pour toile de fond le monde de la boxe) que j’ai tout récemment chroniqué (un film à réserver au cinéphiles).

Dans « Born To Kill », rien de transcendant, une histoire menée tambour battant, un type monolithique (Lawrence Tierney dans un de ses plus grands rôles de « méchant »), un coeur dur, tellement dur qu'il en devient ridicule, et surtout l'extraordinaire Elisha Cook Jr., l'un des plus grands seconds rôles qu'ait connu Hollywood (que l'on se souvienne de sa remarquable prestation dans « l'Ultime Razzia », l’un des premiers chefs-d’œuvre de Stanley Kubrick). Il était vraiment bouleversant cet acteur! Il portait sur son visage la poisse, la guigne et toutes les embrouilles imaginables! Je dirais donc que rien que pour la présence d’Elisha Cook Jr., ce film vaut un petit détour ! Vous m’en direz des nouvelles !

Malheureusement, pour le reste, ça n’est pas terrible… « Né Pour Tuer » a été réalisé à la chaîne, si vite qu'il passe aujourd'hui tout juste pour un bon petit film de série B… Scénario invraisemblable donc (le tueur amoureux de Claire Trevor épouse en moins de quinze jours la sœur de celle-ci, histoire d'hériter de la fortune de la famille...), psychologie à peine esquissée, beaucoup de naïveté, des coups de feu, mais aussi quelques scènes mémorables (la scène sur la plage avec Elisha Cook Jr. et la vieille amie de l'assassinée qui en sait trop...). Bref, un bon petit film que les amoureux de films noirs se hâteront de découvrir, tout comme les curieux de l'œuvre de Robert Wise, un auteur qui, il faut le dire, reste encore méconnu du grand public à l’heure actuelle (plus ou moins oublié, si ce n’est que l’on cite à n’en plus finir son plus grand succès publique : « West Side Story »). On insistera pour rappeler une nouvelle fois que Tarantino rendra hommage au film noir et à Lawrence Tierney dans Reservoir Dogs (L'acteur y tient un rôle central...).
____________________________________________________________________

P.S. Film uniquement en version originale sous titrée en français. Pas de bonus. Qualité sonore : très correcte. Qualité visuelle : très correcte aussi.
22 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Born to kill est , il me semble, un cas d'école car il détourne le poncif du film noir qui fait invariablement de la femme une mante religieuse redoutable. Bien sûr, il y a une garce( formidable Clare Trévor qui apporte à son personnage une retenue brûlante) mais le véritable objet du désir ici c'est Sam, interprété par Laurence tierney, qui concentre sur sa personne la pulsion d' Eros et de Thanatos. Contrairement à ce qu'affirme Serge Bromberg dans son introduction, l'odyssée du séduisant tueur n'offre rien d'un réalisme cru et désabusé; on nage souvent dans l'invraissemblance tant les réactions monolithiques de Sam, plongé dans un monde luxueux et rêvé, semblent parfois en porte à faux par rapport aux rebondissements de l'intrigue. Qu'importe: l'histoire est habilement troussée et surtout les personnages secondaires sont croqués avec jubilation. Mention particulière à Walter Slezak( il jouait le rôle du nazi dans Life boat d'Hitchcock )mais surtout à l'inénarrable Esther Howard qui campe une Némésis portée sur la bouteille et les jeux de carte: elle est irrésistible. Petite information pour les amateurs de potins hollywoodiens :Phillip Terry, monsieur Joan Crawford numéro trois, traine son laconisme désabusé dans quelques scènes.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 février 2012
Les deux personnages principaux sont certes simplifiés , car excessifs dans la noirceur et R.Wise n'est évidemment pas Hitchcock . . Mais , quand même ( ou justement ? ) , quelle intensité primaire , quelle puissance brute , dans la peinture d'un véritable psychopathe , bloc d'insensibilté perverse , passé " de l'autre côté " dès les premières minutes du film , et d'une garce torturée et instable , ayant perdu tout repère moral , haîssable , à la limite de la " chiennerie " et de la folie , les deux détruisant tout sur leur passage ...

Les rééditions de cet éditeur de films rares et souvent passionnants ne sont pas chères , mais il faut savoir que rien n'est garanti en terme de qualité de copie , car il n'y a aucune véritable remastérisation .

Ici , le résultat est convenable , sans plus , et varie selon les moments , mais les limites apparaîtront vite avec une vraiment grande taille d'écran ...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2015
Envoi très rapide, produite neuf et de qualité. Film rare heureusement réédité dans une excellente collection de films produits par RKO dans les années 40-50
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,80 €
9,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)