Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Offenbach-Lott-Minkowski : Acte II, 5 octobre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski (CD)
Après une magnifique " Belle Hélène " ce trio infernal nous revient dans une forme éblouissante avec la version d'origine de "La Grande-Duchesse de Gérolstein", satire à peine déguisée des campagnes militaires de Napoléon III, enregistrée suite aux représentations de cet opéra-bouffe sur la scène parisienne. Là encore, succès total...
La partition d'Offenbach est un véritable coffre aux trésors regorgeant de passages d'anthologie : les Pif Paf Poum du Général Boum, le Sabre de mon père, Dites-lui, la Légende du Verre... À ces standards archiconnus s'ajoutent des airs négligés ( à tort, du reste ) dans les versions dites "traditionnelles" jusque là en vigueur : le Carillon de ma GRand-mère ou la Conspiration des Rémouleurs valent amplement qu'on s'y attarde. Quand Minkowski se lance avec ses Musiciens du Louvre dans cette bataille tel le général Fritz, l'auditeur est tout de suite pris à la gorge ; la direction est rapide, précise, sans aucune précipitation, l'écueil de la direction "Grosse-Bertha" ( normale pour de la musique militaire, me direz-vous... ) avec gros effets de tambours et de trompette est évitée : l'armée musicale du Grand-Duché de Gérolstein a du tact, tout de même !
Après avoir été la Maréchale de Richard Strauss, Dame Félicity Lott offre tout son abattage et son don musical pour incarner la Grande-Duchesse : son amour des militaires et sa connaissance de la Chanson du Régiment ne font aucun doute... à ses côtés, le soldat Fritz de Yann Beuron légitime parfaitement l'engouement suscité chez la Grande-Duchesse : le Rondo de la Bataille est dynamité avec la plus grande facilité ! Mention spéciale pour le trio des conspirateurs de Le Roux, Leguérinel et Huchet ( excellent dans sa "Gazette de Hollande" d'ailleurs ) : pathétiques mais terriblement drôles !
Séjourner au Grand-Duché de Gérolstein est un plaisir qui ne vous lâchera pas de sitôt... Demandez-vous pourquoi, après l'avoir écouté, vous ressentez le besoin de chantonner le Carillon de ma Grand-mère, au cas où vous ne me croiriez pas...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une redécouverte, 10 août 2012
Par 
Eliacin - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski (CD)
C'est une Grande-Duchesse différente de toutes les autres qu'on entend ici, car la production montée au théâtre du Châtelet en 2004 et enregistrée dans la foulée utilise une édition musicologique (merci Jean-Christophe Keck) basée sur des fragments abandonnés de la partition, de très nombreux passages réintégrés dans le corps de l'ouvrage, et qu'on n'avait pour la plupart jamais entendus auparavant.
Le plus enthousiasmant de ces ajouts est l'ample finale du deuxième acte, un ensemble de vastes proportions culminant sur un galop échevelé. Ce finale éblouissant est à mettre au niveau du meilleur Offenbach, aussi réussi que le finale du premier acte de la Périchole ou du deuxième acte de la Belle Hélène: comment pourra-t-on, désormais, jouer la Grande-Duchesse sans lui ?
Il y a aussi d'autres morceaux splendides, comme la Méditation du troisième acte, et quelques mesures ajoutées par-ci par-là (et pas toujours indispensables), qui donnent une physionomie très différente à l'ouvrage, un peu comme une fresque restaurée qui laisse apparaître, sous les couches enfin effacées d'ajouts et de repentirs, la beauté de ses couleurs initiales.

Cela dit, tout n'est pas parfait dans cet enregistrement, à commencer par les dialogues de Meilhac et Halévy, ré-écrits, et de quelle hideuse manière. Comment peut-on, quand on fait un travail aussi soigné et respectueux sur l'authenticité de la musique, aller dans le même temps le compromettre par ce massacre impudemment assumé des dialogues parlés ?

Privé de la folie scénique insufflée par l'étourdissante mise-en-scène de Laurent Pelly, il reste de ce spectacle un orchestre bien froid (la prise de son n'aide pas beaucoup) et des solistes pas toujours idéalement distribués: Eric Huchet est un prince Paul pâlichon, tandis que le timbre usé de François Le Roux dessert le général Boum plus qu'elle ne met le personnage en valeur. Il n'y a que du bien à dire, en revanche, de Franck Leguérinel, impeccable Puck, et de Sandrine Piau, Wanda amusante et bien chantée.

Pour les deux principaux rôles, on retrouve les protagonistes de la Belle Hélène: Yann Beuron est toujours ce ténor élégant et légèrement compassé, à la très belle ligne de chant, mais il lui manque décidément ce petit grain de folie dans la voix qui fait qu'il n'est pas un ténor comique. Felicity Lott non plus n'a, a priori, pas la voix du rôle (il y faut un ample mezzo-soprano, aux graves généreux), mais elle "se lâche" ici plus que dans la Belle Hélène - au prix de quelques sons vraiment laids - et sa Grande-Duchesse emporte la conviction par l'énergie qu'elle y met, et le plaisir audible qu'elle y prend - et elle l'a, elle, le petit grain de folie !

Quant à Marc Minkowski, il a beaucoup progressé, depuis ses Orphée aux Enfers de la fin du siècle dernier, dans sa compréhension de cette musique: sans vouloir faire les pieds au mur, sans plus (trop) vouloir montrer qu'il a tout compris mieux que les autres, recherchant les équilibres sans gommer les contrastes, et ne confondant pas vitesse et énergie, il dirige l'ouvrage de façon très convaincante.

On l'aura compris, à cause de toute la merveilleuse musique qu'on n'entend qu'ici, il faut de toute façon connaître absolument cette version, le meilleur enregistrement consacré par Minkowski à Offenbach.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quel bonheur de résider dans le pays de la Grande-Duchesse, 6 mars 2009
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski (CD)
Marc Minkowski poursuit avec cette interprétation de "La Grande-Duchesse de Gérolstein" son exploration du patrimoine offenbachien. Il (re)donne une seconde jeunesse à cet opéra-bouffe composé en 1866.
1. Il dispose d'un excellent plateau vocal (Dame Felicity Lott en exhubérante grande-duchesse, Sandrine Piau en Wanda ingénue, Yan Beuron en Fritz si lucide sur la condition des humbles soldats, Franck Leguérinel en baron Puck puant de vanité) aux seconds couteaux : les chanteurs-acteurs, rompus à ce style de musique et font preuve d'une remarquable diction et d'une justesse de ton (les esprits chagrins reprocheront à Dame Felicity Lott son léger accent "americain") qui nous fait regretter qu'Offenbach n'ait pas toujours été interprété ainsi : qu'il est agréable de pouvoir suivre un opéra français sans avoir recours au...livret.
2. L'accompagnement musical est fait de légèreté et de poésie telle que le prévoyait la partition autographe, Marc Minkowski nous donnant à entendre la version originelle de 1867 telle qu'il l'a reconstituée avec l'aide de Jean-Christophe Keck, spécialiste et (re)découvreur d'Offenbach : il nous restitue les passages amputés ou transformés (parfois par Offenbach lui-même) tel le grand finale de l'Acte II qui jusqu'alors était un...trio. Il évite ainsi les orchestrations hors-cadre dont a souffert la musique d'Offenbach devenue pour la postérité signe de lourdeur, de mauvais goût et même de vulgarité.
C'est de nouveau une pièce en théâtre qui nous est donnée à entendre et non une revue. On pourra regretter la réécriture de certains dialogues par Agathe Mélinand mais l'ensemble se suit avec un réel plaisir (il faut reconnaître que cette oeuvre étant politique, elle doit s'adapter aux exigeances contemporaines). La musique, elle, est bien celle d'Offenbach et, cela, on ne le soulignera jamais assez.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 9 octobre 2005
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski (CD)
Décriée l'année dernière par la critique, qui reprochait aux interprètes des problèmes de justesse, la version audio de la production 2004 de La Grande-Duchesse de Gerolstein rétablit la vérité: des acteurs qui s'éclatent, comme il en est coutume dans les productions de Minkowski et Pelly. Les morceaux de la version originelle écartés par Offenbach après la première de la pièce sont de vraies merveilles, et notamment la scène de la Conspiration des Rémouleurs ("Tournez tournez manivelles, instruments du rémouleur"). Une version à recommander, qui, comme "la Belle Hélène", de la même équipe, fera date et sera sans nul doute considérée comme référence.
J'attend la version DVD avec une impatience non dissimulée...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit