undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

6
4,2 sur 5 étoiles
Coleman Hawkins Encounters Ben Webster (Verve Originals Serie)
Format: CDModifier
Prix:9,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce disque n'est ni le meilleur de Coleman Hawkins, ni le meilleur de Ben Webster, ni même le meilleur témoignage de leurs nombreuses rencontres (on lui préférera "Ben Webster and Associate"), ce disque est simplement un très agréable disque de jazz. Un disque pour les néophytes, ceux à qui Archie Sheep et Ornette Coleman font peur, et pour les amateurs de jazz "classique" à déguster comme une bonne bière au coin du feu.
Pas de grosse surprises sur ce disque mais aucun moment faible, on retiendra un très enjoué "Blues for Yolanda" et les plus mélancoliques "Prisonners of Love" et "Tangerine".
Nos joyeux compères (Oscar Peterson, Ray Brown, Herb Hellis à la guitare et Alvin Stoller à la batterie) font preuve d'une cohésion et d'une joie de jouer communicative.
Pas un seul instant on ne s'ennuie à écouter les envolées majestueuses de Coleman Hawkins et de Ben Webster (quoique un peu trop rares à mon goût) et l'accompagnement sans faille de ses complices, même si on aurait préféré entendre un peu plus Peterson partir en solo.
Mais que voulez vous un disque avec Coleman Hawkins c'est un disque avec COLEMAN HAWKINS.
Du jazz très "haut de gamme", très facile d'accès, avec une forte influence de Duke Ellington mais qui réserve toujours des surprises.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'année 1957 est particulièrement riche dans la carrière de Coleman Hawkins. Après avoir enregistré "The Hawk Flies High" et "The Genius Of Coleman Hawkins", Norman Granz, producteur du label Verve, lui fait enregistrer "Coleman Hawkins Encounters Ben Webster''. Les deux saxophonistes ténors sont accompagnés d'Oscar Person au piano, de Herb Ellis à la guitare, de Ray Brown à la basse et d'Alvin Stoller à la batterie. Selon une recette bien éprouvée, tous les styles jazzistiques nous sont donnés à entendre : "Blues for Yolande" et "It Never Entered My Mind" sont deux magnifiques blues, "La Rosita" un sublime jazz latin (avec de puisants et mélodieux solos de batterie), "You'd Be So Nice to Come Home To" un swing assez virtuose, "Prisoner of Love", "Tangerine et "Shine On, Harvest Moon" trois ballades mélancoliques. Comme dans son précédent opus, Coleman Hawkins s'efforce de tirer la couverture à lui et se réserve les plus importants solos, reconnaissables à la puissance de son souffle, Ben Webster s'effaçant derrière son aîné alors que Peterson démarre tous les morceaux et s'offre quelques rapides mais néanmoins splendides solos.
Cet album de 1957 n'est pas plus novateur que les précédents mais écouter un jazz d'un telle classe, ça ne se refuse pas.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
C'est rond, c'est chaud, sublime. On a envie de laisser le monde s'écrouler autour de nous, de rester calfeutrer au coin du feu avec sa dulcinée et de laisser couler la musique superbe.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 décembre 2014
Il est bien vrai que les saxophoniste du milieu du jazz, du "mainstream" avaient le bon et gros son, pulpeux et ronronnant chez Hawkins, éructant et finissant dans le soufflet du souffle comme si celui-ci était le prolongement du son du saxophone, chez Webster. Les rencontres sont souvent présentées comme des rencontres au sommet. Ce n'est pas ici le cas bien qu'elle nous donne l'occasion d'entendre "l'inventeur du ténor" selon le mot resté célèbre de Benny Goodman à propos de Coleman Hawkins avec l'un de ses épigones les plus talentueux, au discours bien personnel, Ben Webster. Celui-ci joue bien sa partition et est parfaitement "dans son jeu" faits d'écarts dans l'émission et le contrôle du son et dans l'affirmation d'un phrasé, parfois déclamatoire mais toujours plantureux, ménageant des espaces de tension et d'apaisement auxquels succèdent des effets de souffle dans lesquelles les notes finissent par se perdre, sa marque de fabrique!...Mais le plus jeune ne demeurerait-il pas notre "inventeur"? Celui ci est dans un bon jour; il ronronne, grommelle, le son est ample, impérieux et impérial, l'imagination et les traits rapides font que sa musique, malgré ou à cause de son classicisme est toujours en recherche et ouvertes à de nouveaux horizons. (ses rencontres quelques années plus tard avec Monk, Abbey Lincoln, Max Roach et Sonny Rollins). Une imagination insatiable, des phrases sinueuses, mais toujours limpides et contrôlées, et puis ce swing un peu en arrière sur le temps de la rythmique discrète et efficace du quartet d'Oscar Peterson. L'écouter déambuler sur "Sine on Harvest Moon", en particulier, un bon moment de jazz.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 août 2015
Cela a été un plaisir de gourmet d'écouter et savourer cette musique avec un prince et un roi du saxo ténor dans leur belle période . Ceux qui ont aimé ce magnifique jazz de l'époque swing me comprendront .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 avril 2009
the C.D.case was broken in the post, but luckily the C.DC was O.K. and is Great!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Seven Classic Albums
Seven Classic Albums de Ben Webster (CD - 2012)

Soulville
Soulville de Ben Webster (CD - 1999)