undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles7
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Album vinyleModifier
Prix:23,29 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

VINE VOICEle 19 mai 2007
Après l'essai du Rising Son, Taj Mahal compose (en 68!) cet album éponyme, qui deviendra une clef de voûte du Blues-Rock. Dès le 1er titre, tout est là : harmonica amplifié, rythmique appuyée (de Ry Cooder!), basse présente (précurseur sur ce que feront John Paul Jones, Greg Riddley, Bruce ou Pappalardi), chorus assassins (l'amérindien Jesse Ed Davies), le chant déclamatoire et puissant de Taj, lignes de slide façon Elmore James, et une énergie débordante. Puis, il y a la scie qu'est "Stateboro Blues" dans une version qui sera reprise par l'Allman Brothers Band et Pat Travers. Sur "EZ Rider", Taj s'inspire même nettement de chanteurs comme Otis Redding ou Wilson Pickett.

Sur cet album, Taj Mahal reprend des vieux standards oubliés du Blues (des années 20, 30 et 40) pour se les approprier en les réarrangeants, les modernisants, les radicalisants parfois. Et ce, avec une maitrise que n'auront pas certains musiciens de plus grande expérience. Recette (et couleur sonore et musicale) que reprendront la plupart des groupes anglais du Blues Boom (et du Hard naissant...).

Une mention particulière pour cette formidable version de "Walkin' Blues", rebaptisée "The celebrated Walkin' Blues", où Taj interprète seul, tel Son House, Muddy ou Robert Johnson, (totalement impliqué) avec une guitare slide et un harmonica. Soutenu par la suite par la mandoline de Ry Cooder, puis une basse et une batterie pesante et lançinante. Une pure merveille de Delta Blues de 9 mn.

Sans nul doute que si Taj Mahal (Frederick Henery) avait persisté dans cette direction, au lieu de partir littéralement à la recherche des racines musicales noires américaines (tout à son honneur), son nom serait aussi célèbre, sinon plus, que Buddy Guy, BB King ou Albert Collins.

Présence du CD impérative dans toute collection d'oeuvres Blues ou Rock ; ne serait que pour remettre les choses à leur place.
0Commentaire8 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Henry St. Clair Fredericks pour l'état civil, il est Taj Mahal à la scène. Taj Mahal est un bluesman américain, venu tout droit d'Harlem. Frère de la regrettée Carole Fredericks, qui a eu le parcours heureux que l'on connaît avec Jean-Jacques Goldman et Michael Jones, il débute en 1961 avec les Elektras avant de poser ses valises en Californie puis de former Rising Sons avec Ry Cooder, Gary Marker, Kevin Kelly et son ami Jessie Lee Kincaid, et de publier un trio d'excellents albums de blues, pour Columbia Records : l'éponyme Taj Mahal, The Natch'l Blues et Giant Steps. J'en pince plus spécialement pour le premier, enregistré en août 67 et publié en 68. Il faut s'y intéresser de près tant ce disque est monstrueux. Ry Cooder, le cherokee Jesse Ed Davis, nouveaux entrants dans la profession, sont indissociables de la réussite de cet opus, qui bénéficie par ailleurs d'une rythmique incroyable (Sanford Konikoff et James Thomas). En fouillant dans les entrailles du Delta, Taj Mahal exhume quelques belles et jouissives perles de blues à l'ancienne (Robert Johnson, Sleepy John Estes, Blind Willie Mc Tell, Sonny Boy Williamson) et les redynamise, les modernise avec les techniques nouvelles à sa disposition, ce qui, pour son époque, est une belle surprise. La voix de Taj y est époustouflante de puissance, agréablement âpre, authentique, chaleureuse et contribue à la grande réussite de ce disque. Les guitares sont virtuoses comme jamais. Pas surprenant, dans ce contexte favorable, que l'on aboutisse à un ouvrage de cette très haute tenue. De la première à la dernière note, les premier pas du new-yorkais sont la preuve tangible que le blues et le rock ne font qu'un. Grand grand moment et je pèse mes mots...(PLO54)
22 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 7 décembre 2015
Enregistre en 1968 apres la vague british blues-boom ,voici le 1er album eponyme de Henry Saint Clair Fredericks rebaptise taj mahal,bluesman authentique par son phrase (excellent joueur de slide guitare),d'harmonica et possedant un chant possede puissant et qui proclame avec ardeur la bonne vieille musique du diable de robert johnson,sleepy john estes ou encore blind willie mctell ,tres bien produit et accompagne de ry cooder et jesse ed davis aux guitares ,les interpretations de "leaving trunk" "statesboro blues " "checkin " up my baby" ou encore "walking blues" cassent la baraque et donne une nouvelle fraicheur a ses vieux blues ,johnny winter a du ecouter cet album car il a repris tout de meme "e.z. rider" et "diving duck blues" 10 ans plus tard sur "white hot and blue",dailleurs les deux artistes ont bien bouscules les regles du genre la meme annee car l'albinos avait enregistre "the progressive blues experiment" a la meme epoque,un performer extaordinaire est ne avec cet album et qui il le confirmera par la suite.pascal49
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 6 mars 2004
36 minutes de pur bonheur qui va bien au delà de la simple expérience sonore ! Cela s'appelle le blues et quand c'est joué de cette manière, avec cet esprit, cela va bien au delà de la musique.
C'est d'ailleurs le lot de toute vraie bonne musique, non ?
22 commentaires5 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2015
c'était vraiment un super bluesman que ce Taj Mahal . je l'avais découvert à l'époque par hasard sur une compilation de musique américaine
en 1970 et j'avoue que j avais perdu le fil avec les annnées et c'est donc un retour en arrière pour moi et je ne le regrette absolument pas.
il est super bien entouré musicalement parlant et çà vaut le coup de possèder cet album.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
A l'instar de The Natch'L Blues, cet album doit être dans la discothèque d'un vrai amateur de blues. C'est juste trop bon!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 22 juillet 2007
Un des meilleurs disque du blues moderne, avec une couleur musicale indescriptible, on n'avait jamais entendu le blues joué de cette manière, coloré et chatoyant, il est toujours aussi superbe. Indispensable.
0Commentaire3 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,99 €