undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles49
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:28,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 janvier 2004
Avec A day at the races, cette autre summum de la musique Pop qu'est A Night at the Opera ( allusion Marx) est tout aussi indispensable. Queen est incontournable et ce CD vaut son pesant d'or musical. C'est tellement vrai que c'est un lieu commun que de le répéter...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2011
L'ALBUM, celui qu'il faut avoir et qu'il faut écouter dans son intégralité. Même sur Mars on doit connaître Bohemian rhapsody, qui clôt un album de légende. Mais A night recèle d'autres trésors moins connus qui ne déméritent pas. Il s'ouvre sur une chanson revancharde, Death on two legs, dans laquelle Freddy Mercury règle ses comptes et ceux du groupe avec un manager indélicat qui les exploitait ("You suck my blood like a leech"). Suit une succession de chansons parfois très rock (Le batteur Roger taylor a une sacrée voix pour le hard, ce qui ne l'empêche pas de pousser parfois très haut dans les aigus, comme dans '39), de ballades acoustiques, d'intermèdes légers non dénués d'humour et de moments de bravoure (The prophet's song et bien sûr Bohemian rhapsody). De la fureur, du sentiment, des changements de rythme...A night at the opera, quoi !
Seulement voilà, je ne suis pas très convaincu par cette nouvelle remasterisation. Dès la première écoute, j'ai trouvé que ça manquait de relief, on frise parfois le son MP3. Impression confirmée lorsque j'ai comparé avec mon vieux CD et impression partagée, semblerait-il (lire l'avis d'un autre commentateur à propos de l'album "A day at the races"...). A vous de juger !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2003
A Night at the Opera est indiscutablement l'album qui en 1975 va propulser Queen au premier rang des groupes de rock Anglo-saxons. Seulement 3 ans après leur premier album, les 4 compères ont pris une assurance certaines et nous déballent encore quelques merveilles : Death on two Legs, un règlement de compte agressif tout en musique avec -selon la rumeur- un de leurs anciens producteurs, I'm in Love with my Car chantée par Roger Taylor une ballade renversante de non-sens et de passion... Sweet lady est un bon morceau bien rock dans la lignée de Now I'm Here (sortie dans l'album précédent), une autre ballade à la guitare acoustique : 39', chantée par Brian May, semble rappeler le souvenir des anciens combattants.
Prophets' Song, comme dirait l'autre, fera lever quelques sourcils! En effet, cet interminable chanson est un surprenant mélange de Rock épique et agressif et de chants en canon et a capela... Il faut être Queen pour faire ça! On passe du style de Enio Morricone à celui de Trio Esperança!!!
On enchaîne avec une chanson qui fera un carton dans les stades du monde entier : Love of my Life. Ici interprétée au piano (à la guitare 12 cordes en Live), c'est sans doute une des plus belles chansons d'amour que Queen ait jamais composée!
Le dernier morceau marquant est un monument du rock, une oeuvre d'art époustouflante : Bohemian Rhapsody. Ce morceau sera élu morceau rock du siècle en Angleterre : un autre mélange de slow, d'opéra et de heavy metal. Bohemian rhapsody est pour beaucoup dans la qualité de cet album, une merveille.
Belle conclusion tout de même que God Save the Queen mais c'est plutôt au groupe Queen qu'il faut faire la révérence!
A Night at the Opera est donc un super album dans lequel Queen démontre déjà une formidable aptitued à varier les styles et les mélodies.
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2011
Le "making of" est extrêmement décevant: des gens qui parlent pour ne rien dire, quelques interventions de Brian May coupées, et pareil pour le batteur. Vraiment NUL! Heureusement, quelqu'un a eu la bonne idée de mettre un bonus de 50 minutes avec enfin des interventions intéressantes! Par exemple, une vraie master class passionnante du batteur, une "extraction" du solo de guitare de Brian May sur Bohemian Rhapsody, de nombreuses interventions de Brian May sur différentes guitares et avec différents accordages ( en Drop D par exemple), des petites anecdotes très sympathiques ( le koto par exemple sur lequel Brian May joue n'est qu'un jouet bricolé!).
Rien que pour le bonus, le DVD1 vaut son prix! Pour le DVD2, j'ai été vraiment surpris par le son: d'habitude, on a droit a un "mur du son" avec une remastérisation!mais là, pas du tout, l'accent a été mis sur la guitare électrique qui "fuse" directement des hauts parleurs, c'est extrêmement déconcertant!Le son varie sans cesse!
Finalement, voici encore un très bon "Classic" excepté pour le "making of" ce qui est quand même un comble!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2011
Sorti fin 1975, cet album de Queen (leur 4éme) est tout simplement leur meilleur. Le groupe est à l'apogée de son art.
Mêlant habilement rock puissant ("Death of two legs", "I"m in love with my car", "Sweet lady"), morceaux jazzy ("Lazing on a Sunday Afternoon", "Seaside Rendezvous"), ballade ("Love of my life"), rock-folk (le magnifique '39), opéra-rock ("Bohémian rhapsody") et le sublime "The prophet's song" (peut-être le meilleur morceau du groupe), Queen prouve tout son savoir-faire et son talent.
Malgré d'autres très bons albums plus tard ("A day at the races", "News of the world", "The game" ou "Innuendo", le groupe ne retrouvera plus jamais cet état de grâce.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2009
Ce disque de queen montre qu'à cette époque les groupes pouvaient se permettre d'explorer différents genre musicaux et les regrouper au sein d'un même album. Queen passe du rock opéra, au style cabaret, à la ballade douce et sirupeuse, sans que cela ne choque et en gardant une grande homogénéité d'ensemble.
C'est aussi une période où les synthés que Queen n'a jamais su utilisés dans leurs albums postérieurs, de manière effficace, n'étaient pas encore de mise et tant mieux vu la remarque précédente, car cela donne plus de force à l'ensemble musicale.
Cet album est une référence et montre bien que Boulez n'a rien compris à la pop, car elle possède des albums de référence dont celui-ci.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2012
On m'en parlait depuis longtemps de cet album, et puis je l'ai acheté! Et franchement, je ne suis vraiment pas déçu!! Il y a une recherche merveilleuse et des orchestrations sublimes dans cette œuvre. C'en est une, même si ça n'est pas du 100%... Bref, un admirateur de Queen se doit de connaitre ce CD.... Je le dis comme je le pense!!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2013
Le meilleur album de Queen,déroutant à la première écoute,car on a l'impression de découvrir un nouvel album de ce groupe mythique.Dommage qu'il n'existe que deux dvd audio de cette formation(A ma connaissance) Le son est extraordinaire,partout dans la pièce.Dommage que l'enceinte frontale ne soit mieux exploitée !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Formation britannique de rock, Queen se forme en 1970 autour de Brian May (guitare, harmonica, claviers), Roger Taylor (batterie et percussions) et Freddy Mercury (pianiste et chanteur), tous trois transfuges de Smile. Le bassiste John Deacon vient compléter ce trio un an plus tard. Queen est né. Dans le même temps, une légende voit également le jour, car Queen est aujourd'hui devenu un groupe légendaire, fédérant toujours autant (sinon plus) autour de son nom. Queen est la formation de l'Old Albion qui a engendré le plus de succès depuis trente ans, le meilleur groupe anglais de tous les temps en terme commercial. Popularisé dès le milieu des seventies, Queen a beaucoup contribué au rock et demeure une référence incontournable, de même qu'une influence majeure pour des générations de musiciens. Il compte de nombreux disques à son actif, mais celui qui, sans conteste, est Le Queen par excellence, s'appelle A Night At The Opera, quatrième album à apparaître dans sa discographie studio. Il date de novembre1975 et constitue, à mon sens, l'apogée de la bande à Mercury. Avant d'en arriver là, Queen tâtonne, cherche son style, alors plutôt orienté vers la pop (Queen/1973, Queen II et Sheer Heart Attack, tous deux de 1974), attire les premiers regards, mais ne casse pas trois pattes à un canard pour autant. A l'image de la scolarité de ma fille, le parcours initial laisse entrevoir de belles promesses, mais il relève encore du domaine du « correct, sans plus ». Il lui faut franchir un cap et Night At The Opera va le lui permettre au-delà de toute espérance. Les membres se crachent dans les mains, remontent les manches, mettent les bouchées doubles, poussent au-delà de leurs dispositions. De cet investissement monstrueux naît l'aeuvre qui nous tient encore aujourd'hui et plus que jamais, en haleine, et qui synthétise ce que Queen a su montrer jusqu'alors. Elle émerge nettement du lot des disques du moment, comme du catalogue de Queen. En un peu moins de trois quarts d'heure, Queen passe d'une popularité naissante à un statut de mythe. Car, n'ayons pas peur des mots, ce brûlot est un chef d'aeuvre colossal. Qu'y a-t-il donc ici qui puisse justifier un tel dithyrambe ? Tout. De l'excentricité, de la variété dans les styles, un usage subtil des instruments, de la maturité, de la maitrise, de la cohérence, de la prise de risques, de l'audace et de l'inspiration. Et puis y figure le classique intemporel qu'est Bohemian Rhapsody, fruit du travail énorme de tout un groupe. En effet, A Night At The Opera, modèle de rock progressif, est un sacré défi dans une époque qui voit le genre s'essouffler sérieusement. Mercury, dont c'est incontestablement l'album, atteint ici un niveau inestimable, aveuglément relayé par un line-up complice et tout acquis à sa cause. Mercury ou plutôt le sanguin Farrokh Bulsara) règle ses comptes (avec Norman Sheffield, le premier manager-voyou de Queen), riposte surtout avec son talent de compositeur, et quand on le fait sortir de ses gonds, ça donne la violente réplique qu'est Death On Two Legs, qu'il dédicace personnellement, mais sans le nommer ouvertement au fieffé gredin. Mercury est également douceur et sensibilité, comme en atteste Lazing On A Sunday Afternoon. Il rappelle ici, qu'outre le chanteur fantastique qu'il fut, il présente de fort jolies aptitudes au piano. Passé cette parenthèse plus apaisante, A Night At The Opera permet à Taylor (batterie) d'y placer une offensive plutôt marquée (I'm In Love With My Car), à Deacon un beau et calme You're My Best Friend et à May un jazzy sympa du nom de Good Company. '39, le ravageur Sweet Lady, Seaside Rendez-vous (ambiance 1930), les huit minutes assassines de The Prophet's Song, la merveille acoustique Love Of My Live et l'hommage au Star Spangled Banner version rock, immortalisé par Hendrix, livré ici dans son package anglais, Good Save The Queen, montrent que Queen déborde, sans faute note, du cadre rock traditionnel pour prospecter du côté du progressif, quant aux styles et aux influences qui accompagnent les divers titres. Le sinistre Bohemian Rhapsody, le mini opéra-rock en 6 minutes de Freddie, est la cerise sur le gâteau. Plus progressif, tu meurs ! Numéro un en Angleterre pendant neuf semaines, je ne sais combien de millions d'exemplaires vendus à l'échelle mondiale, vidéo pour le promouvoir (c'est la première fois)... j'en passe et des meilleures. Dès lors, comment échapper à cet indispensable des cédéthèques ? (PLO54)
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2008
L'ALBUM, celui qu'il faut avoir et qu'il faut écouter dans son intégralité. Même sur Mars on doit connaître Bohemian rhapsody, qui clôt un album de légende. Mais A night recèle d'autres trésors moins connus qui ne déméritent pas. Il s'ouvre sur une chanson revancharde, Death on two legs, dans laquelle Freddy Mercury règle ses comptes et ceux du groupe avec un manager indélicat qui les exploitait ("You suck my blood like a leech"). Suit une succession de chansons parfois très rock (Le batteur Roger taylor a une sacrée voix pour le hard, ce qui ne l'empêche pas de pousser parfois très haut dans les aigus, comme dans '39), de ballades acoustiques, d'intermèdes légers non dénués d'humour et de moments de bravoure (The prophet's song et bien sûr Bohemian rhapsody). De la fureur, du sentiment, des changements de rythme...A night at the opera, quoi !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)