Commentaires en ligne


18 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 INdispensable pour les fans de ZZ Top
Cette nouvelle édition de l'album présente enfin les morceaux en version originale. En effet, dans les versions CD précédentes, le mixage avait été modifié (echo + renforcement exagéré de la grosse caisse) par rapport à l'album (vinyl) original, dans le but de rapprocher le son des albums plus...
Publié le 12 mars 2007 par jps

versus
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 A éviter comme la peste !
il faut absolument éviter cette édition. En effet sur ce CD, le son a été digitalement remixé (en réalité : dénaturé) afin de se rapprocher des sonorités d'Eliminator. Le résultat est catastrophique puisqu'il a transformé un album boogie-rock clair, net et précis en une bouillie...
Publié le 12 mars 2007 par jps


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 INdispensable pour les fans de ZZ Top, 12 mars 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
Cette nouvelle édition de l'album présente enfin les morceaux en version originale. En effet, dans les versions CD précédentes, le mixage avait été modifié (echo + renforcement exagéré de la grosse caisse) par rapport à l'album (vinyl) original, dans le but de rapprocher le son des albums plus récents comme Eliminator ou Afterburner. Le résultat était désastreux.

C'est le réel atout de cet album (mais un atout de taille) car les quelques nouvelles pistes live n'ont rien d'exceptionnel. Une ré-édition similaire a été faite pour "Fandango!" ; j'espère avec impatience "Rio Grande Mud" y aura aussi droit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 SANTIAGS et STETSONS DE RIGUEUR !, 29 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
Ce troisieme album des plus celebres barbus du Texas date de 1973 et voit leur son se durcir. Au menu,des guitares saturées et du boogie blues rock enragé au son bien gras; deux titres enchainés pour debuter,"waitin for the bus-jesus just left chicago", puis "beer drinkers §hell raisers"(dedié aux buveurs de biere et à tous ceux qui iront moisir en enfer...tout un programme!), et plus loin, un des morceaux les plus connus du rock "la grange " et son riff implacable (emprunté à "Boogie chillen" de John Lee Hooker?).

Si le groupe a connu certaines derives plus tard, prisonnier de son look et de son image de groupe pour cow boy macho (automobiles, bieres et petites pépées..), ainsi que l'utilisation controversée d'electronique dans certains albums; ce "tres hombres" le montre tel qu'on l'aime; certainement leur meilleur album avec "Deguello", en tout cas le plus representatif de leur son et de leur style.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST, 10 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST NOVEMBRE 1981 N°160 Page 51
3° Album 1973 33T Réf : WARNER WEA 56603
Ce troisième album est un disque capital dans la carrière de ZZ TOP. Il effectue en effet une synthèse parfaite
des deux premiers, alliant un blues plus ou moins agité à un rock plus éloigné des racines. Dés lors, ZZ TOP apparaît comme un de ces groupes complets capable d'atteindre le paroxysme du feeling dans toutes les catégories du rock, alors que tant de groupes se spécialisent dans leur petit domaine, et de ce fait, devient pour beaucoup un de ces orchestres rares qui peuvent à eux seuls prétendre être une incarnation du rock dans son entier. Les Américains dans leur ensemble cette fois, ne s'y tromperont pas, et la gloire de ZZ TOP, déjà énorme au Texas, va passer les frontières de l'Etat. "Tres Hombres" se vendra à plus d'un million d'exemplaires aux States, ce qui vaut au groupe son premier disque de platine. L'album possède donc deux visages, deux masques, que le trio porte en alternance. Le premier est celui du blues band inspiré. C'est d'ailleurs avec un boogie très classique, proche de Canned Heat, que ZZ TOP imposera à cet album : le fameux "La Grange", un des plus frénétiques boogies de l'histoire, à faire paraitre ceux de Status Quo pour des siestes. Toute l'Amérique va se gaver de ce single au doux parfum de scandale, puisqu'il célèbre l'un des bistrots les plus louches du Texas, la honte des honnêtes gens de l'Etat, qui d'ailleurs devra fermer peu après à la suite d'actions puritaines, mais non sans être entré dans la légende Texane grâce à ZZ TOP. Le trio, qui y signalait une fois encore son amour de Hooker, délivre par ailleurs d'autres morceaux d'anthologies du blues, comme la suite "Waitin' for the bus/Jesus just left Chicago", futur morceau de bravoure scénique, où les tres hombres enchaînent un boogie très sudiste (avec cette épineuse rythmique où deux Stats se combinent avec différents mouvements de médiator, un véritable essaim de frelons vampires) et un blues aux sonorités exceptionnelles de guitare et de voix qui rend un hommage non dissimulé au Chicago Blues et son maître, Muddy Waters, dont Gibbons reprend les plans fameux et déjantés dans son solo. Mais "Tres Hombres" porte aussi un autre masque, celui du hard-band, aux riffs gras et homicides, ceux de "Master of sparks","Move me on down the light","Precious and grace", celui de la crispation sonore (avec toujours cette présence hendrixienne permanente et évidente dans le chorus bouillonnant de "Sheik". ZZ TOP a dès lors atteint un stade de plénitude dont il n'est pas près de descendre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pelouse verte, 17 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (Album vinyle)
Le groupe a tout pour me déplaire : pochette verte , gars volontairement frustes , chauvins du désert , pas funky pour un flèche , et gardiens sans auto-proclamation ( pas même l'idée d'être assez fous ) d'une flamme éteinte depuis longtemps .
Mais bizarrement , à bout de mauvaise foi , je les aime bien …
Ils sont tellement caricaturaux que globalement ça me va , je les trouve marrants … je ne les écoute jamais , faut pas pousser non plus , mais je les ai !
En général , le blues , le boogie et moi ça fait trois : je ne supporte pas cet assommoir ( le bar du consensus musical ) par lequel il faut obligatoirement passer pour faire croire qu'on s'y connaît en musique cracra .
Telle moi qui vous parle par écrit , j'ai mes papiers en règle , j'ai du blues moi aussi alors que je suis plutôt une passionnée de la joie de vivre et que les lamentations rugueuses à la guitare molle ça m'a toujours épuisé les nerfs à force de rigoler .
Comme tout le monde d'un peu plus de douze ans , j'ai moi aussi crapoté autrefois pas loin des buvettes de concert , et j'ai ramené des diapos de mes errances musicales .
Je ne les ai pas vus sur scène eux mais j'en ai vu des tonnes comme eux , je ne sais plus pour quelle raison précise , mais j'étais là …
Même à Nancy , ville des kermesses , rien de plus banal qu'un concert de blues ! Dès que tu joues un peu mal , tu fais du blues .
Tout le monde fait du blues …
Du coup , j'ai les lourdingues , les approximatifs , les chiantissimes : j'ai Hooker , tous les Johnson , y compris ceux qui ne s'appellent pas Robert , j'ai Hendrix , les Doors ! Le pauvre Johnny Winter … j'en ai du blues , mais ça me gonfle à peu près autant qu'un documentaire sur les boulons .
À part peut-être Hound Dog Taylor , un vieux live où il parle sans son dentier … Il est dans un drôle d'état le vieux , il n'arrête pas de dire "I Gotcha" avec une voix pincée de gonzesse ! le "cha" c'est le blues … "gèle blouse" qu'il dit et les gens sont trop contents parce qu'il est dans la panade ! Ah les cons !
Marrant aussi ça , le "public" du blues guitarant … une étude à faire sur l'air pénétré qu'ils affichent avec la tête dodelinante appréciant en "connoisseurs" les évangiles du delta … ceux qui sont là parce que "t'ois le belouse , c'est pas pareil" … mais si , c'est pareil , c'est que des conneries ! si les guignols sur scène avaient vraiment le belouse , ils ne chanteraient pas , ils resteraient , pascaliens , à chialer dans leur turne et personne ne les applaudirait .
Font semblant …
On comprend dès lors , pareil pour le rap , que seuls les jets initiaux sont convaincants et ont cette fraîcheur des premiers slips qui giclent sur les rampes , des premières culottes qui volent dans les mottes de beurre … après , si t'y crois encore passé vingt ans , t'es con , foncièrement dégénéré , la terrine en carafe .
C'est comme ça que ça marche , le blues c'est rien que pour les débiles mentaux .
Quand on les voit à cette époque ( 1973 ) les ZZ top ont plutôt l'air de braves gars rigoureux , pas trop vilains à contre-jour dans le soleil , la silhouette encore juvénile …
On comprend aussi , ne serait-ce qu'en jetant un oeil sur les titres , qu'ils sont plutôt là pour creuser la veine du vieux klondike sans se croire encore obligés de le confirmer en se déguisant en Rabbi Jacob .
Les dégâts qu'a pu faire Louis de Funès sur le blues , ça aussi ça vaut étude …
C'est qu'après , par la conjonction d'un ennui musical propre à l'époque et d'un rejet passager de ceux qui font dans la vapeur et le sublime , qu'on les "idolocalise" en gloires régionales pataudes pour américains à tête plate mâchouillant leur ennui sur des motos à bruits de trompette .
Ils doivent pouvoir s'en acheter de la pelouse à peindre en vert quand il fait trop chaud .
Du coup maintenant , vu le succès et la renommée , les porte-clefs de Zorro pleins de clameurs et les bagnoles coruscantes avec des filles pleines de jambes dedans , ils n'ont plus du tout le belouse mais ils ont la pelouse ( I got the plouse ! I gotcha … ) des médailles plein la barbe , et des diplômes de Texans remis par Larry Haghman entre deux bitures .
Tu parles d'une malédiction !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un album au poil!, 24 janvier 2010
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
Vous aimez le country-rock, le blues-rock ? Alors cet album de ZZ Top datant de 1973 est pour vous. Tres Hombres, ça s'appelle. Trois hommes comme les trois membres de ZZ Top. Troisième album (ça fait beaucoup de trois tout ça !), qui recèle quasiment ce que les barbus ont fait de meilleur comme le titre au riff dévastateur, La Grange (un bordel texan), un boogie-blues enragé (en hommage à John Lee Hooker) sorti d'on-ne-sait-où et succès commercial s'il en est, comme le country-rock-boogie aux riffs acides et au solo acéré Waitin' For The Bus et le blues planant Jesus Just Left Chicago, liés l'un à l'autre façon Ben et Nuts, comme le Beer Drinkers & Hell Raisers (qui, comme sont nom l'indique est dédié aux bons vivants, aux buveurs de bière qui iront pourrir z'en enfer), plutôt hard rock, Masters Of Sparks, Precious And Grace (rock country), Shiek, morceau un peu zarbi et en guise de final, un très bon Have You Heard. Ca schlingue bon les grands espaces texans, les castagnes, les american trucks à donf sur les routes poussiéreuses, le sud et son blues rock trempé dans la téquila. Ils s'appellent Billy Gibbons à la guitare et au chant, Dusty Hill à la basse et au chant, et Frank Beard à la batterie. Ils viennent tout droit de Houston Texas, ils sont imprégnés de blues jusqu'aux semelles de leurs Tiags C'est excitant, bandant, récréatif, sauvage, puissant, pendant un peu plus d'une demie heure.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 A éviter comme la peste !, 12 mars 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
il faut absolument éviter cette édition. En effet sur ce CD, le son a été digitalement remixé (en réalité : dénaturé) afin de se rapprocher des sonorités d'Eliminator. Le résultat est catastrophique puisqu'il a transformé un album boogie-rock clair, net et précis en une bouillie sonore fadasse.

Achetez la version remasterisée de l'album sortie en 2006 chez Rhino Records (réf : B000CCD0HQ) : elle possède le son original et, là, c'est que du bonheur !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Le son, 8 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
J'ai découvert cette album au travers de cette reédition de ce brûlot que je possède maintenant en vynile !

il faut absolument éviter cette édition au profit de la version remasterisée de 2006. Car sur ce CD, le son a été digitalement remixé (en réalité : dénaturé) afin de se rapprocher des sonorités d'Eliminator.

Le résultat est catastrophique puisqu'il a transformé un album boogie-rock clair, net et précis en une bouillie sonore fadasse le tout sopoudré par une batterie au son F.M.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 retour au source, 7 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
Avec se troisième album,zz top reviens au blues avec des titres comme "waitin' for thé bus","jésus just left chicago","la grange",la superbe ballade "hot,blue and nighteous","beer drinkers & hell raisers"qui aurait pus figurer sur eliminator.9a reste le meilleur album de zz top.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 BLUES ROCK...., 12 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
Bien avant la grande mutation qui en fit un power trio racoleur à la sauce MTV, ZZ Top avait une âme qui ressemblait aux grands espaces du Texas. Une âme dédié à un sud fait de poussière, de blues rock transpirant de tequila et de textes simples dans lesquels buveurs de bière, comme bordel notoire gagnait en respectabilité sur des accords sincères. En 1973, le Top n'est pas encore une machine à tubes, mais un groupe qui vient de sortir du lot grâce à deux albums aux racines apparentes. Bien accueillis par le public, si ces deux disques permettent de clore les quelques paris restés ouverts quant à l'avenir du groupe, c'est avec Tres Hombres que s'affirment définitivement les nouveaux hors la loi.

Guitariste particulièrement doué, assisté d'une paire rythmique lui assurant une confortable marge de manoeuvre, Billy Gibbons est vraiment un cas à part. Car, au-delà, d'une influence marquée Delta Blues, ce sont le toucher et le jeu de l'homme qui feront signature tout au long de la carrière du groupe. Rares sont les solistes qui, comme lui, pensent la musique comme un ensemble. Chez Gibbons, ce n'est pas la technique qui est mise en avant, mais la recherche d'émotions, le plus souvent au travers d'un distilla de notes choisies. Plus prolixe sur cet album, c'est en d'autres temps et performances que le guitar hero nous prouvera toute sa subtilité.

En attendant ces autres soirs, loin des futurs clichés, Tres Hombres se révèle un album de blues rock sobre et excitant. En quelque sorte, une récréation musicale nous entraînant de courants forts en respirations sauvages à la rencontre d'un sud fait d'histoires de mauvais garçons et de bars mal famés. Servi par une guitare omniprésente, un binôme haute pression, chaque titre possède cette identité propre, ce caractère unique faisant les disques dont on se souvient immédiatement dès les premiers accords. Dans ce climat de réussite, c'est donc sans étonnement que l'on passera du rock le plus flagrant au blues d'un Jesus Just Left Chicago.

Créé sur la base d'un riff emprunté à l'icône John Lee Hooker, puis transporté par la basse de Dusty Hill et Frank Beard à la batterie, la Grange est le morceau qui fera hit, tout en propulsant l'album en haut des Charts américains. Sans avoir eu besoin de s'armer de synthétiseurs, ZZ Top produit ici son meilleur album.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 TREE HOMBRES, 6 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tres Hombres (CD)
ANCIEN DISQUE DES ANNEES 1970 TOUJOURS UN PLASIR DE LES ECOUTER SURTOUT LA GRANGE ANCIEN BORDEL AUX ETATS UNIES D'AMERIQUE
VOILA LE COMMENTAIRE DE 20 MOTS REMPLIS
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Tres Hombres
Tres Hombres de ZZ Top (CD - 2006)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit