undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_ss16 Toys cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles15
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,51 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 mai 2015
Très grand film de Cronnenberg avec l'extraordinaire Viggo Mortensen, à voir, et revoir, on ne sait pas pourquoi, l'histoire est simple, mais le traitement de Cronnenberg démontre qu'il y a des artisans et des artistes, et lui est un des derniers grands cinéastes et quand en plus il trouve son "acteur" on est dans le sublime.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tom Stall est un américain, le plus ordinaire possible. Mari aimant, bon père de deux enfants (un grand fils et une petite fille), il est bien aimé dans la communauté de sa petite ville où il tient un café sans histoires avec deux employés qui l’apprécient. Jusqu’au soir où deux hommes débarquent à la fermeture, veulent braquer la caisse, violer une serveuse et tuer tout le monde. Tom parvient à tuer les deux agresseurs en légitime défense. Applaudi de tous, mais fuyant sa célébrité éphémère, il fait forcément la une des journaux télévisés pour sa bravoure. Suite à cela, des types louches de Philadelphie arrivent à leur tour et commencent à insinuer qu’il serait en fait quelqu’un de très différent, quelqu’un qui aurait refait sa vie sous une autre identité. Ce type doux et tranquille a-t-il vraiment défiguré l’homme qui l’en accuse ? Ment-il vraiment à toute la communauté locale depuis quinze ans ? Est-il vraiment en train de se faire rattraper par un passé de tueur mafieux ?

Ce film dispose tout d’abord d’excellent acteurs ; Viggo Mortensen a rasé sa brabe du Seigneur des Anneaux, Ed Harris est bien inquiétant avec ses cicatrices, William Hurt est puissant en parrain maffieux, mais on retiendra surtout Maria Bello en épouse qui doit faire face aux secrets de se mari et se demander si son mariage n’est pas un vaste mensonge de quinze ans, et Ashton Holmes en fils adolescent qui est obligé de revoir un certains nombre de principes pris chez un père admiré qu’il rejette ensuite. Ensuite, A history of violence développe une bonne intrigue, même si elle n’est pas extrêmement originale. Les péripéties s’enchaînent de manière très maîtrisée, et les révélations sont savamment distillées, tout en laissant une grande place pour creuser la psychologie des personnages secondaires (notamment, et surtout, sa femme, son fils et sa fille). On se laisse tout d’abord emporter par l’histoire, même si on pourrait regretter quelques longueurs en cours de visionnage. Cependant, une fois qu’on a fini le film, on réalise que tout était important, pas une des scènes d’exposition n’était inutile, et c’est donc une impression de maîtrise totale et de construction très précise qui ressort d’une première vision. La spirale de la violence dans laquelle est prise cette famille est savamment décortiquée, et montre que chaque fois que les personnages essaient d’en sortir en refusant d’y céder (à la violence), ils y sont replongés de force avec une intensité chaque fois supérieure. Jusqu’à ce Tom finisse par utiliser les mêmes moyens que ceux qui l’agressent : il y perd son innocence, mais celle-ci sera retrouvée grâce au pardon de sa famille.

Cependant, à la fin de la première vision, on a quand même l’impression que certains aspects du films vous échappent, et qu’il est peut-être plus dense qu’il n’y paraît. Ce film conserve une apparence de simple thriller et il faut absolument le revoir deux fois pour qu’il révèle tout ce qu’il recèle. Comme par exemple, l’importance de la deuxième scène (Papa qui console sa petite fille qui a fait un cauchemar) ne réside pas dans l’intrigue (aucun intérêt dramatique) mais dans le message du film (l’origine de la violence).

Ce film, je l’ai donc vu deux fois (la deuxième fois pour faire plaisir à un ami qui n’était tenté par rien d’autre), et c’est à la deuxième vision que toutes les petites scènes annexes ont ainsi dévoilé leur importance, en complétant de manière subtile la démonstration du film par une réflexion sur l’origine du Mal. David Cronenberg surprend avec ce film qui poursuit un virage dans sa carrière amorcé avec brio par son précédent film, Spider, qui était déjà une merveille. Ses précédentes réalisations nous avaient habitués à une violence parfois très malsaine (Videodrome,La mouche,Faux-semblants) mais toujours au service de son sujet, jamais gratuite. Ici, on pouvait craindre un retour à cela, et la surprise est totale : mis à part un plan très graphique, la violence est finalement toujours hors champ. Il privilégie l’exploration méthodique de la psychologie de ses personnage pour livrer une réflexion très pertinente sur un thème qu’il connaît finalement fort bien. Il abandonne toutes les thématiques du fantastique ou de la science-fiction (la dernière fois remonte à 1999 avec le très bon eXistenZ) pour rester strictement dans le monde réel et nous livrer des œuvres puissantes (Spider).

A history of violence en est un exemple remarquable.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 août 2012
Quelle partition !
Quelle maitrise du dialogue, des images, de l'espace, du temps...! Un travail d'horloger que nous offre David Cronenberg, dans cet œuvre faussement tranquille.

Les acteurs sont magnifiques, d'une rare élégance même, et ils s'en donnent à cœur joie dans quelques scènes qui feront dates dans l'histoire du Cinéma. La scène entre William Hurt et Viggo Mortenssen est déjà culte...

Bref, Maestro on en redemande !
Classique instantané. 5/5
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2007
A History of Violence (qui, en dépit de son titre, n'est pas si violent que ça) restera de toute évidence comme l'un des meilleurs des années 2000.

Deux tueurs cyniques et désespérés sillonnent les routes, laissant derrière eux une piste sanglante.
Ils vont faire la connaissance de Tom Stall (Viggo Mortensen), père de famille aimé et citoyen respecté, qui tient le snack-bar d'une banale petite ville d'Amérique...

On croit d'abord à un polar classique, mais bien vite on comprend que quelque chose cloche dans cette histoire qui commence trop parfaitement.

Bientôt le polar remet en question les notions d'identité, de personnalité : sommes-nous condamnés, aux yeux des autres, à être définis par notre passé, avons-nous une chance de choisir celui ou celle que nous voulons être ?

Les acteurs sont tous géniaux, de Viggo Mortensen à Ed Harris, en passant par Maria Bello et les enfants.
La musique d'Howard Shore est vraiment prenante et colle très bien au film.

Enfin, le titre pourrait laisser croire à un film de violence et de cruatés gratuites. Il n'en est rien. D'ailleurs, montre en main, les scènes d'action, très intenses, ne représentent jamais que... cinq minutes pour un total de 1h40 !

Ce film est fait pour tout le monde : jeunes (à partir de 14-15 ans, je pense) et vieux. A History of Violence est à la fois un excellent film policier et une fine étude psychologique.
0Commentaire|51 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
HISTORY OF VIOLENCE est un grand thriller.

Une histoire somme-toute basique qui interroge sur les conséquences de la violence, reste un modèle de mise en scène (voir la scène du braquage du bar) ponctués de scène de violence sèche et efficace qui rappelle parfois les westerns crépusculaires du début des années 70.

Le blu ray bénéficie d'un transfert moyen.

Image : très granuleuse et définition à peine mieux que le dvd.

Son : DTS HD super efficace dans les 2 versions audio (VO+VF)

Les bonus sont intéressants dont un making of très détaillé.

Bref, pour tous ceux qui préfèrent la période VIDEODROME, DEAD ZONE et LA MOUCHE de Cronenberg (plutot que celle de FAUX SEMBLANTS, LE FESTIN NU, CRASH et SPIDER), vont adorer!!!

Si vous ne le possedez pas en DVD, achetez-le. Vous ne le regretterez pas!!!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2007
C'est une expression du vocabulaire pénal américain signifiant qu'un individu a, dans son passé, des "antécédents" de "violence"... Mais il est vrai que le titre du film (et de la BD qui l'a inspiré) joue sur plusieurs sens et, surtout, la parodie d'un essai, d'un traité sur 'une histoire de la violence". Par contre, attention, certainement pas "une histoire de violence" puisqu'en anglais "history", c'est l'histoire avec un grand H, la "grande" histoire, mais pas *une* histoire (=un récit) puisque dans ce cas, c'est "story"... (ça m'étonne, d'ailleurs, que les gens fassent la confusion, puisque le mot "story/stories" est connu et se trouve dans de nombreux titres de films, justement, mais bon...)
Cela dit, mon avis? Pas *the* chef-d'oeuvre de Cronenberg, mais un film remarquable par la précision et la maîtrise de la mise en scène et de l'écriture... Je trouve un peu curieuse, par contre, l'évolution de la carrière de ce cinéaste autrefois peut-être un peu plus subversif et moins récupérable par la critique Télérama-Libé, quand il faisait un peu moins donneur de leçon de morale sur la violence et la société actuelle (chemin qu'il semble poursuivre dans le récent Eastern Promises). Voudrait-il devenir le Haneke canadien?
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 15 novembre 2007
Ce film est fascinant. Cronenberg a réalisé un film de facture assez classique, reprenant un thème cher au Film Noir. Le spectateur est dans un univers connu, il a ses repères. La petite ville, la famille, une cafétéria, son patron (Tom) et ses clients... Tout va bien dans le meilleur des mondes. Jusqu'à l'intrusion soudaine de ces deux types dans la cafétéria tenue par Tom, l'explosion de la violence, sèche, rapide. (qui rappellera aux cinéphiles le début de LES TUEURS de Robert Siodmark, ce qui n'est sans doute pas un hasard). Retour au calme. Mais rien ne sera plus comme avant.

Ce qui est passionnant, ce n'est pas tellement de comprendre qui était Tom dans son ancienne vie (on s'en doute un peu, ce thème a été traité cent fois), mais comment les autres réagissent à ce soudain éclat de violence. Il y a ceux qui s'en félicitent, ceux qui en ont peur, ceux qui s'interrogent. Pour répondre à une chronique, dans laquelle l'auteur disait : « y'a pas tant de violence que cela dans ce film, pourquoi ce titre ? », je dirais : au contraire, la violence est au centre de tout ! Cronenberg fait le constat que la violence fascine sans doute plus qu'elle répugne. Comme dans les westerns, on voit une société bâtie sur cette violence. Le héros parvient à rétablir la situation, à revenir à un certain équilibre, une certaine harmonie, qu'en passant par cette violence. Et lorsque sa vie est menacée, c'est son propre fils qui épaule le fusil. Les armes sont au centre de cette société américaine, pays bâti à coups de revolver et de massacres. Cronenberg nous dépeint une Amérique moyenne, apparemment paisible, mais où rien n'a changé depuis Jesse James. Le constat est terrifiant. L'homme et la société dans son ensemble sont issus d'un terreau violent, et nul n'échappe à son destin.

La grande intelligence de David Cronenberg, est d'avoir choisi une forme classique pour son film : une mise en scène précise, mais sans emphase, reprendre les codes du Film Noir pour nous faire rentrer dans son histoire le plus vite et le plus facilement possible. Ma manière dont la mécanique s'emballe est remarquable, fascinante. A ce titre, le personnage de Ed Harris est une grande création ! Citons aussi la merveilleuse, la magnifique Maria Bello (très intense scène sexuelle, d'où la violence, encore une fois, n'est pas absente), et bien sûr la force et la présence de Viggo Mortensen, impérial, qui joue au minimum, comme les grands acteurs du genre (Sterling Hayden, Robert Mitchum)...

HISTORY OF VIOLENCE est un film concis, intelligent, et intense. Une très grande réussite
55 commentaires|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2015
De David Cronenberg, je ne connaissais que La Mouche, Dead Zone et ExistenZ, que je n'aimais pas trop. J'ai découvert History Of Violence sans savoir que c'était de Cronenberg et surtout sans faire le lien entre Cronenberg et ces films que je n'avais pas aimé... History Of Violence est vraiment un excellent film (c'est ce pourquoi j'ai mis le maximum d'étoiles !) que j'ai découvert en DVD... Mais il est vrai que côté Blu-ray, la restauration est assez décevante. On sent qu'au niveau image, il y a eu un travail d'effectué : les couleurs sont plus profondes, l'image est souvent plus nette, "dépoussiérée"... mais en même temps, la définition de l'image est loin d'être au top... Il y a comme une espèce de voile flou qui donne l'impression d'une image de qualité cinéma mais guère mieux. Pour ceux (comme moi) qui étaient habitués à la qualité haute définition du Blu-ray, c'est un peu décevant... La restauration du son, en revanche, est excellente, et il y a aussi les bonus à foison que n'a pas le DVD... Je pense tout de même qu'un film de ce niveau aurait mérité un traitement Blu-ray bien supérieur, bien que celui-ci ne soit pas catastrophique et comporte tout de même, je le redis, des améliorations.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2007
Le duo Cronenberg/Mortensen nous gratifie d'une plongée, ou plutôt un retour, dans la violence. Ou comment un homme a priori bien sous tous les angles se fait rattraper par son passé, pour le moins, très trouble et perturbé !

Le réalisateur David Cronenberg est déjà largement connu pour ses oeuvres (La Mouche) mais Viggo Mortensen montre à chacun de ses films qu'il est un très très grand acteur.

Le couple Cronenberg/Mortensen va encore sévir avec "Les promesses de l'ombre" pour notre bonheur de cinéphile.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
personne ne l'a remarqué
moi je ne regarde les films que en vo et la surprise vient que quand il y a des coups de feux dans le film on ne les entends quasiment pas alors qu' avec le dvd ça pétait a mort
j ai essaye de mettre en langue française pour voir la différence eh bien en français c est parfait
donc métropolitan a juge de faire honneur a la langue française eh ben je leur dit chapeau de leur connerie
sinon l image par contre est vraiment très belle et ultra coloriée
quant au film pour moi c est la grande classe je l adore
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)