undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
24
4,8 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:11,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEEle 24 octobre 2006
Été 1941. Robert E. Lee Prewitt (Monty Clift) est transféré à la caserne de Schofield, Honolulu. D'un caractère difficile, il s'attire aussitôt des ennuis. Le capitaine Holmes sait qu'il est un excellent boxeur poids moyen et lui demande de se battre pour sa compagnie. Prewitt refuse : il a juré de ne plus se battre depuis qu'il a rendu aveugle un " sparring-partner". Il est aussitôt soumis à des vexations quotidiennes et à des corvées injustifiées. Son seul ami est Angelo Maggio (Franck Sinatra)...

Fred Zinnemann, par le truchement d'une mise en scène solide, signe ici un film de guerre âpre en forme de réquisitoire contre les dérives de l'univers militaire.
Tant qu'il y aura des hommes, malgré un classicisme assumé, fait bien partie de la légende du cinéma hollywoodien notamment grâce à une interprétation aux petits oignons allant de la sensuelle Deborah Kerr, en passant par le séduisant Burt Lancaster, le bestial Ernest Borgnine ou la ravissante Donna Reed. Mais, on retiendra ici les compositions époustouflantes du tourmenté, complexe et nuancé Monty Clift et du proprement bouleversant Sinatra nous offrant via son personnage d'Angelo Maggio une composition magistrale.
11 commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2004
"Tant qu'il y aura des hommes", c'est se replonger dans cet environnement unique des années cinquante. Bien sur c'est du noir et blanc, et tout le charme est là! Atmosphère dure d'une base militaire à quelques heures de Pearl Harbor, tensions, haines, dureté des comportements, mais également une véritable histoire d'hommes et de femmes, perdus dans un monde où le passé de chacun a du mal à se frayer un chemin devant l'incertitude du moment.
Chaque scène semble avoir ouvert une porte aux versions contemporaines, les acteurs sont uniques, entiers, ne cherchez pas de morale à cette histoire, elle est simplement rare.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2007
Une oeuvre majeure du cinéma américain. Ce film qui retrace l'épisode tragique de Pearl Harbor, allie amour, émotion, action. Les acteurs, excellents, donnent une vraie dimension à leur personnage, Monty Clift est éblouissant.
11 commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2007
Un très grand film d'après l'oeuvre de James Jones (From here to eternity) sur le métier de soldat, la vie en caserne, l'amour et la souffrance.

Remarquablement interprété par Burt Lancaster, Frank Sinatra et Montgomery Clift sans oublier Deborah Kerr.

L'action se passe un peu avant le 7 décembre 1941 : L'attaque de Pearl Harbor par les japonnais qui allait changer le sort de la deuxième guerre mondiale. .

A voir et revoir

.
11 commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2014
Un des beaux et grands films sur la guerre et l'armée américaine en particulier. Deborah Kerr, Burt Lancaster et Clift Montgomery sont parfaits. Le scénario vous prend aux tripes. Encore un film inoubliable et qui ne vieillira pas de si tôt.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2013
C'est un film majeur parmi tous les films de guerre. On peut faire une comparaison avec "La ligne rouge" de Terence Mallick, car tous deux ont pour histoire originale un roman de James Jones , tous les deux ont une distribution exceptionnelle. Et pourtant le résultat est bien différent. Là où Mallick a accumulé une succession de clichés sur l'armée et la guerre aboutissant à un film prétentieux et ennuyeux, le grand Fred Zinnemann (l'homme qui réalisa "Le train sifflera trois fois" ou "Julia") compose une oeuvre homogène, avec des scènes fortes, voire mythiques - la scène du baiser sur la plage qui pourtant dure à peine plus de 3 secondes -, nous montrant des personnages divers, les plus nobles espérant l'amour, les plus vils l'ambition dans la carrière, les plus désespérés une vie "bourgeoise". Est-ce une dénonciation de l'armée ou celle-ci n'est-elle qu'un contexte - celui que connaissait le mieux le romancier - pour présenter le seul sujet qui vaille : l'homme face à lui-même ? En tout cas, au final, nous avons un chef d'oeuvre du cinéma avec en tête de distribution quelques géants du cinéma américain : Burt Lancaster, impeccable en sous-officier d'une droiture pleine d'humanité, Montgomery Clift, dont on ne sait où est la vraie place, Sinatra, plus "macaroni" que nature, soldat pour l'amitié et, à contre-emploi, Mme Deborah Kerr, l'épouse mal-mariée du sordide capitaine.
Un chef d'oeuvre qui n'a pas été gâché par cette ridicule manie de "coloriser" les films en noir et blanc ; un cinéma qui avait quelque chose à dire et le faisait sans se regarder le nombril.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2013
L'atmosphère est là : film des années cinquante, ambiance, sentiments humains et convenus, exotisme et esthétisme délicieusement désuets. La vision idéalisée et bien pensante de l'armée US avec la transgression bienvenue parce qu'elle est présentée dans un contexte où elle trouve sa justification dans les valeurs morales élevées. Envolée des cœurs sous un ciel brûlant.
Toute une époque resurgit de films en noir et blancs regardés le soir dans son salon avec les parents qui ronronnent.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2014
Ce film américain raconte l'histoire d'un militaire, ancien boxeur, dont son capitaine lui demande en 1941 de reboxer; celui-ci refuse et à partir de là, il va devenir le souffre douleur de son régiment.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce grand classique du cinéma Américain, qui a beaucoup marqué les personnes de ma génération dans leur adolescence et leur jeunesse a eu soixante ans cette année.
Eté 1941, ROBERT LEO PREWITT (MONTGOMERY CLIFT ) ,est transféré à la caserne de
Schofield dans les iles Hawaïï.
Cet homme, d'un caractère fort et bien « trempé », est fiché par sa hiérarchie comme étant ancien boxeur dans la catégorie « poids moyen ».
Il est sollicité par le capitaine HOLMES pour remonter sur le ring, afin de combattre et éventuellement aider à valoriser l'honneur du régiment, ce qui amènerait une promotion à cet
officier ambitieux et arriviste.
Pour PREWITT, son dernier combat qui se termina par un drame , son adversaire ayant perdu la vue, suite à un mauvais coup, décida de ne plus remonter sur le ring.
Pour le faire changer d'avis,le capitaine ambitieux, ordonne toutes les corvées et brimades les plus
humiliantes afin d'obliger PREWITT à revenir sur ses positions .
Rien n'y fait, et rien ne le fait et ne fera changer d'avis cet ancien boxeur.
Heureusement pour cet homme, que la bêtise humaine persécute, il y a ANGELO MAGGIO
( FRANK SINATRA ) qui le soutien ,et devient son ami.
Il y a aussi le sergent chef WARDEN ( BURT LANCASTER ) qui condamne dans son for intérieur l'attitude de son supérieur pour ses excès à l'égard de ce pauvre gars.
Un soir,alors que tous les copains sont réunis dans un bar pour se détendre , PREWITT fait
découvrir ses talents de musicien trompettiste de jazz , à la grande stupéfaction de toute l'assistance
présente.
C'est à cet instant qu' un sinistre individu, le sergent James Fatso , responsable et chef des gardes de
la section disciplinaire arrive ,sans être invité.
Il agresse ANGELO , ce qui provoque une altercation et un début de bagarre entre les deux hommes.
« Gras double » c'est l' appellation qui est attribué à cet individu, pour sa méchanceté, voire sa cruauté à l'égard des hommes qui ont affaire à lui.
Le sergent chef WARDEN s'interpose face à ce combat, et « gras double » doit se retirer , tout en menaçant ANGELO, et en lui disant, que si un jour il pouvait se venger, il ne se gênerait pas.
Quelques temps plus tard, ANGELO commet une erreur involontairement, désertion devant le service de garde. C'est le conseil de discipline, six mois dans le service dont « gras double" est
responsable. Pour cet individu vil et odieux quelle jouissance !!!
Au fil des jours ,ce sont les persécutions, la matraque, les coups répétitifs.
A force de ruse ANGELO réussit à s'évader , il retombe face à son ami , PREWITT ,le visage tuméfié par les traitements qu'il a subi , en lui disant que « gras double » avait réussi à l'avoir, qu'il
était épuisé par ses coups et tortures quotidiennes et s'effondre dans les bras de son ami, c'est la mort.
Perdre un AMI, c'est souvent aussi grave et cruel, sinon plus que de perdre quelqu'un de sa propre famille.
Le soir , à la caserne, au moment du couvre feu, Robert prend le clairon et joue la « sonnerie aux morts ». En regardant cette scène, comment ne pas être bouleversé ! En détaillant et écoutant cet homme jouer avec son talent, son immense émotion, les yeux embués de larmes en souvenir de son ami disparu.
Pour ROBERT PREWITT , la vengeance à l'égard de son Ami s'impose.
Un jour,il rencontre le bourreau et l'invite à venir s'expliquer dans un endroit calme et discret.
« gras double » se sentant menacé sort son couteau, ROBERT dit : « Je m'attendais à ton comportement lâche, moi aussi je suis armé »
C'est un combat impitoyable à l'arme blanche et « gras double » ,après un coup mortel s'effondre
ROBERT , lui aussi blessé gravement se réfugie chez son amie ANNA LORENE qui le soigne et lui porte secours spontanément.
Nous sommes dans les premiers jours de décembre 1941,et le 7 du même mois au matin, c'est l'attaque japonaise sur Pearl Harbor.
ROBERT, malgré ses blessures repart tant bien que mal afin de rejoindre sa compagnie. Il traverse
une plage à la nuit tombée, où une patrouille l'interpelle. On lui fait les sommations, et il ne répond pas. Les soldats lui tirent dessus,et il tombe foudroyé par une rafale de mitraillette.
Le premier qui arrive sur les lieux est le sergent chef WARDEN , en regardant cet homme criblé de
balles. L'homme qui avait ordonné le feu lui pose la question : « Vous connaissiez cet homme ? »
ce a quoi il répond : « Oui ! C'était un homme de caractère, envers qui j'éprouvais de l'amitié, et qui était un grand soldat.
Ce très grand classique qui ne comporte pas que des scènes de violence,nous présente aussi de grands instants d'amour. Rappelons-nous de ces baisers passionnés sur une plage d'Honolulu entre
BURT LANCASTER et la ravissante DEBORAH KERR.
Pour cet excellent film, plusieurs fois récompensé et qui connut un succès international, son
créateur FRED ZINNEMAN , voulant démontrer le délabrement moral de l'armée à une époque,
nous a présenté les hommes tels qu'ils sont et qu'ils seront toujours, dans leurs relations de camaraderie, d'amitié et aussi dans leurs relations amoureuses ,et par contradiction, avec leurs débordements et parfois leur cynisme.
Claude 72
88 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Été 1941. Robert E. Lee Prewitt (Monty Clift) est transféré à la caserne de Schofield, Honolulu. D'un caractère difficile, il s'attire aussitôt des ennuis. Le capitaine Holmes sait qu'il est un excellent boxeur poids moyen et lui demande de se battre pour sa compagnie. Prewitt refuse : il a juré de ne plus se battre depuis qu'il a rendu aveugle un " sparring-partner". Il est aussitôt soumis à des vexations quotidiennes et à des corvées injustifiées. Son seul ami est Angelo Maggio (Franck Sinatra)...

Fred Zinnemann, par le truchement d'une mise en scène solide et classique, signe ici un film de guerre âpre voire noir en forme de réquisitoire contre les dérives de l'univers militaire.
Tant qu'il y aura des hommes, malgré un classicisme assumé, fait bien partie de la légende du cinéma hollywoodien notamment grâce à une interprétation aux petits oignons allant de la sensuelle Deborah Kerr, en passant par le séduisant Burt Lancaster, le bestial Ernest Borgnine ou la ravissante Donna Reed. Mais, on retiendra ici les compositions époustouflantes du tourmenté, complexe et nuancé Monty Clift et du proprement bouleversant Sinatra nous offrant via son personnage d'Angelo Maggio une composition magistrale.
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)