Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Apprentissage de la vie... au grand large !
"Captains Courageous", Victor Fleming, 1937, NB, bonne copie, VF et VOST, nombreux bonus.

Comment un sale gosse de riche, sauvé de la noyade par un marin-pêcheur, va faire au milieu de l'océan l'apprentissage de la vie, du courage et de ses propres sentiments...
Si la parabole peut sembler simpliste et naïve à nos yeux d'aujourd'hui,...
Publié le 10 octobre 2012 par Roger Dominique Maes

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une mer impressionnante
le mélodrame est un peu banal, voire niais, et avec son accent portugais mal imité et ses bouclettes, Spencer Tracy, l'un des acteurs les plus surestimés de Hollywood, est franchement peu convaincant.
Mais les images de la mer, peut-être dues à une seconde équipe, sont ébloussantes de fraîcheur et...
Publié il y a 7 mois par Alain Masson


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Apprentissage de la vie... au grand large !, 10 octobre 2012
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
"Captains Courageous", Victor Fleming, 1937, NB, bonne copie, VF et VOST, nombreux bonus.

Comment un sale gosse de riche, sauvé de la noyade par un marin-pêcheur, va faire au milieu de l'océan l'apprentissage de la vie, du courage et de ses propres sentiments...
Si la parabole peut sembler simpliste et naïve à nos yeux d'aujourd'hui, elle est solidement traitée par Victor Fleming, alternant promiscuité, rude ou chaleureuse, au sein de la goélette, et grands horizons marins, ciels immenses, et souffle du grand vent, avec de superbes scènes de tempête, de pêches, ou de courses - tout cela filmé en "transparents" évidemment, mais la superposition est à peine décelable.

Tout le monde l'a dit, le grand atout du film, c'est la rencontre de Harvey, le rescapé, vite surnommé "Little Fish" (Freddie Batholomew), gamin arrogant, tricheur et pleurnichard, et de Manuel (Spencer Tracy), gaillard au coeur franc comme le sourire, qui n'a que des idées courtes mais fortes : on pense souvent à un personnage de Frank Capra ce qui n'est pas un mince compliment à faire tant à Spencer Tracy, plus qu'admirable, véritablement délicieux, qu'à Victor Fleming.
De plus, ce qu'il y a d'habile dans la place que le marin occupe vis-à-vis de l'enfant, et je ne sais si on le doit à Rudyard Kipling ou aux scénaristes, c'est que Manuel n'a pas celle d'un père de substitution. Il n'usurpe celle de personne. Il est le grand frère, instructeur et protecteur... Et si Manuel doit disparaître de la vie d'Harvey, c'est évidemment pour lui rendre la liberté, le délier d'une dépendance affective passionnelle qui ne pouvait être que temporaire, mais aussi pour permettre au père (Melvyn Douglas) de retrouver la totalité de ses droits. Nous sommes encore à une époque où ces droits ont un sens...

Si Spencer Tracy a été, comme de juste, oscarisé pour son interprétation de Manuel, une de ses plus belles créations, une mention particulière doit étre donnée à Freddie Bartholomew (déjà admirable en fils de l'Anna Karénine de Greta Garbo), pour l'intelligence, absolument exceptionnelle dans un enfant de cet âge (il a douze ans au moment du tournage), avec laquelle il marque l'évolution psychologique de son personnage.

Un film a beaux et grands sentiments - comme on n'en fera plus -, et tel un vent du large, rafraïchissant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très beau récit initiatique d'aventure et grand classique familial, 2 octobre 2014
Par 
FX de Vasselot (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
A dix ans et en sérieux manque d’autorité paternelle, Harvey, fils d’un riche industriel, a déjà parfaitement compris le pouvoir de l’argent et ne rechigne pas à tenter d’en profiter pour son avantage, comme faire offrir par son père une presse mécanique à son école privée, afin de forcer le club de journalisme à l’accueillir. En parfait petit manipulateur sans remord, il joue tantôt du charme de sa feinte innocence, tantôt de l’aura de la fortune paternelle, tantôt de menaces de chantage à peine voilées pour parvenir à ses fins. Mais à dix ans, on manque encore de subtilité et les manœuvres d’Harvey sont assez vite éventées. En accord avec l’école, le père décide d’emmener son fils avec lui lors d’un voyage d’affaires afin de reconquérir sa place dans l’univers d’Harvey. Mais au cours d’un jeu idiot, le garçon passe malencontreusement par-dessus bord en pleine mer. Manuel, un terre-neuva portugais le repêche miraculeusement, et le recueille à bord du We’re Here du capitaine Disko. Là, forcé à partagé la vie simple et dure de pêcheurs, Harvey va découvrir que l’argent ne peut pas tout et que l’amitié des autres se mérite, parmi d’autres leçons de vie essentielles.

Cette adaptation d’un roman de Kipling se situe dans la droite ligne des histoires d’aventure fin XIXème et début XXème siècle (RL Stevenson, Jack London), qui sont aussi des récits d’apprentissage. Cependant, les rebondissements de l’intrigue adoptent une modestie plus réaliste, et s’invite également un discours réconciliateur sur les différences sociales à l’opposé de la lutte des classes. En pleine Grande Dépression, on peut comprendre que cela ait plu. Le script prend le temps de décrire comment Harvey évolue et tente de tirer les ficelles dans son environnement habituel. Les scènes maritimes n’arrivent que plus tard, ce qui nous permet de bien saisir le bouleversement d’environnement que cela représente pour Harvey, mais aussi de comprendre la place de père de substitution que Manuel va progressivement prendre dans la vie du garçon. Cet attachant pêcheur sera le vecteur des principaux messages du film (tenir parole, ne jamais tricher, on peut atteindre le bonheur sans argent, etc). Probablement consensuelles à l’époque, ses tirades de foi charbonnière sonnent aujourd’hui étonnantes, plus aucun film actuel n’osant en montrer de telles, et méritent le détour. Les dialogues sont fins et très bien écrits, permettant aux acteurs d’exprimer leur talent, décrivant les personnages avec justesse, et distillant ses messages sans lourdeur. Un peu d’argot marin ajoute une touche d’authenticité, mais rien de grave : le film peut être vu (et sera même très apprécié) par des enfants.

Victor Fleming a adopté pour la mettre en scène un joli noir et blanc, mais sans recherche particulière. Pourtant, deux ans plus tard, il livrait un technicolor vibrant avec Le magicien d’Oz, puis cet autre chef-d’œuvre flamboyant qu’est Autant en emporte le vent, preuves de son savoir-faire. Fleming aurait pu faire du baroque et de l’esbroufe ; au contraire, Capitaine Courageux se démarque par la discrétion de sa mise en scène en parfaite correspondance avec la simplicité du sujet et la leçon d’humilité que reçoit Harvey. Notons quand même que Fleming saura utiliser sa caméra pour livrer certains plans impressionnants comme celui de la chute d’Harvey ou la quasi-collision entre le We’re Here et le Jennie Cushman.

La retenue dans la mise en scène favorise donc les scènes intimistes, permettant au talent de ses principaux interprètes d’exploser à l’écran. Spencer Tracy, que Fleming embauchera à nouveau quelques années plus tard pour son superbe Dr. Jekyll et Mr. Hyde, y gagnera son premier oscar, amplement mérité tant son interprétation de l’humble pêcheur Manuel nous convainc. Quant à Freddie Bartholomew, il atteint avec ce film l’apogée de sa carrière et de sa renommée, pourtant déjà bien propulsée par Little Lord Fauntleroy. Son interprétation du jeune Harvey est parfaite en tout point, parvenant à nous faire détester son personnage manipulateur avec un naturel confondant pour ensuite le faire évoluer de façon parfaitement crédible. La qualité et la précision de son jeu restent flagrantes encore aujourd’hui.

Capitaine Courageux est donc un très beau film familial, avec de beaux personnages plongés dans une intrigue simple et très empathique. Ses excellents acteurs, sa réalisation soignée, de belles valeurs et ses dialogues intelligents sont autant d’atouts qui en ont fait, à juste titre, un classique absolu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 An old story that is never told better, 27 mai 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
A rich brat (Freddy Bartholomew) is dysfunctional due to his environment. There is always Sheryl Temple type stories of some kid being orphaned and mistreated. Luckily this is not one of those movies. Everyone except the kid has a full understanding of the problem and good solutions. The school authorities say that he has good potential, His father takes a direct interest and it was just unforeseen circumstances that changed his life. He falls off the ship and is rescued by a fisherman. He must stay on board for the duration of the season. This makes a natural environment to learn bonding and character.

It is not the outcome, but the process, which intrigues us and some unforgettable acting by Spencer Tracy.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une mer impressionnante, 16 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
le mélodrame est un peu banal, voire niais, et avec son accent portugais mal imité et ses bouclettes, Spencer Tracy, l'un des acteurs les plus surestimés de Hollywood, est franchement peu convaincant.
Mais les images de la mer, peut-être dues à une seconde équipe, sont ébloussantes de fraîcheur et d'énérgie.
De plus Freddie Bartholomew est remarquable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Grandiose, 2 juin 2012
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
Quand l'homme est mis à l'épreuve dans l'éveil de ses sentiments, il lui est souvent difficile de les affirmer, de les vivre s'exposant au regard des autres et d'abord au sien propre. Qui suis-je ? Déjà l'enfant précoce, habile manipulateur des autres, suffisant comprend le pouvoir des mots, des phrases bien construites et dites sur autrui. Son univers à peine naissant est déjà clos. Tristesse de pantomime. Mimer la vie sans jamais l'assumer, se contenter de ses agréables atours revêtus puis jetés, sans valeur, par mondanité et superficialité était le sort réservé à ce jeune Harvey, magistralement interprété par la coqueluche de Hollywood pour les rôles d'enfants, Freddie Bartholomew. Parce qu'il fait un faux mouvement lors d'une traversée maritime, il tombe, se noie presque car sauvé in extremis par un pêcheur, Manuel. Impossibilité de revenir à New-York pour deux raisons : Gloucester est le port d'attache et la campagne de pêche d'une durée de trois mois ne fait que commencer. Patience et travail devront faire être rapidement appris par Harvey, partageant la rude vie des matelots, les joies, les coups durs, la souffrance aussi.

Réalisé en 1937 par Victor Fleming d'après le roman de Rudyard Kipling, "Captains Courageous" ("Capitaines Courageux") est un très beau film sachant capturer dans ses rets l'humanité qui ennoblit le coeur de l'homme.

Ce film est beau.

- Noir et blanc, VO, VF, sous-titrages en français et anglais notamment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 légèrement déçu, 17 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capitaines courageux (DVD)
Ce long métrage de Victor Fleming est pour moi une petite déception. Certes l'interprétation est excellente - notamment celle de Spencer Tracy qui gagna son premier oscar pour ce rôle - mais j'ai trouvé l'histoire pas toujours très captivante à suivre et la mise en scène manque aussi cruellement de punch.
Mais cela reste un film à découvrir pour tous les passionnées du cinéma des années 30 tout de même.
A noter que le film est à la fois disponible en VOST et en VF sur ce dvd.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Capitaines courageux
Capitaines courageux de Victor Fleming (DVD - 2006)
EUR 10,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit