Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

22 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On a dompté la « Symphonie des Mille », 12 juillet 2006
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mahler : Symphonie n° 8 ("Symphonie des Mille") (CD)
Disposant d'un plateau vocal prestigieux, de choeurs puissants et fulgurants (Staatsopernchor et Singverein réunis), et d'un orchestre aguerri à toutes les prouesses (ah les cuivres de Chicago...), Solti cumule les atouts pour embraser le colossal apparat imaginé par Mahler.

A ma connaissance seuls Bernstein ou Tennstedt en concert ont pu déchaîner un semblable déferlement d'enthousiasme dans le « Accende lumen sensibus ».
Et écoutez le maelström de la fin du "Veni Creator", stoppé net d'un revers de la main ! Epoustouflant.

La vaste deuxième partie (scènes du second "Faust" de Goethe) permet aux huits chanteurs de révéler leur poésie, tandis que le chef hongrois se montre très attentif à illustrer les ambiances délicates suggérées par le texte.

Seul le choeur final manque un peu d'envolée mais ne tergiversons pas : en un seul CD, splendidement enregistré de surcroît, cette interprétation captée en août-septembre 1971 à la Sofiensaal de Vienne reste la plus incontournable de la discographie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un indispensable de la discographie malhérienne, 18 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mahler : Symphonie n° 8 ("Symphonie des Mille") (CD)
Solti a signé pour Decca une intégrale Mahler qui ne se démode pas et cette huitième est un miracle de l'enregistrement. Parlons pour ne plus y revenir de la prise de son : dans une oeuvre si difficile à capter (cf le fiasco des preneurs de son dans la récente version de Gergiev), les ingénieurs de Decca ont fait un travail magnifique, offrant une superbe image sonore, très détaillée et qui ne laisse sans doute rien échapper du travail de Solti.
Solti sait ici mêler l'élan et l'intériorité, aidé par des solistes prestigieux, au premier rang desquels René Kollo, d'une aisance fabuleuse et John Shirley Quirck, puissant mais jamais extérieur. Lucia Popp, égale à elle-même envoûte et les autres solistes féminines (Harper ! Auger ! Minton ! Watts !) sont au diapason. Choeurs et orchestres, inspirés, offrent un jeu de nuances étourdissant de précision, passant du subtil au fracassant. La 8e de Mahler, parfois délaissée par certains chefs (Dohnanyi par exemple avoue n'avoir pas de proximité spirituelle suffisante avec l'oeuvre pour pouvoir la diriger) est une oeuvre d'une grande sincérité qui trouve sa juste place quand elle est portée par des interprètes inspirés. C'est mille fois le cas ici !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit